Avertir le modérateur

encre électronique

  • L’encre électronique

    Sans le papier et l’encre qui permettent d’imprimer les mots et les images, le livre n’existerait pas. Si on connait les processus de fabrication de la pâte à papier, à partir de bois, de chiffons, ou de papier recyclé, on connaît moins la composition des encres utilisées par les imprimeurs et dont le premier inventeur fut Johannes Gutenberg. Composées d’un mélange de pigments, de liants, et de solvants pour le séchage, elles permettent de garder la trace de l’imagination des auteurs.

    Le papier et les encres utilisées depuis des siècles voient arriver aujourd’hui sur leurs plates-bandes les liseuses et l’encre électronique. Sur le site Ecranflexible.com, on trouve une définition (schéma explicite à l’appui) de cette nouvelle encre : « L’encre électronique est constituée de minuscules capsules contenant des microparticules noires et blanches chargées électriquement (négativement pour les noires, positivement pour les blanches). Les capsules sont disposées entre deux feuilles transparentes de verre ou de plastique (pour obtenir un écran souple), chacune dotée d’un circuit imprimé semi-conducteur. A l’application d’un champ électrique positif à la surface de la feuille, les particules noires migrent vers la surface et deviennent visibles. Idem pour les particules blanches lorsqu’un champ négatif est appliqué. »

    Cette technologie se retrouve sur la plupart des e-books mais connaît déjà des limites puisque la couleur en est encore absente. Plusieurs sociétés comme E-Ink, Plastic Logic ou Ricoh travaillent à son évolution, notamment sur la rapidité d’affichage de l’encre qui permettrait de visionner des images HD ou des vidéos tout comme sur les tablettes tactiles. En 2012, ActuaLitté indiquait « Mais il y a aussi la couleur, un passage obligé pour proposer aux lecteurs une véritable expérience de la BD numérique. Sur ce terrain, E-Ink devra rivaliser avec Plastic Logic, qui a dévoilé il y a peu son premier écran e-ink flexible et en couleur. Même si le progrès est visible, les couleurs restent ternes et ne rendent pas encore totalement justice à l'encrage des dessinateurs, ou à la mise en page des magazines. » Un an après ActuaLitté notait quand même que les constructeurs restaient circonspect face aux nouvelles technologies d’écrans couleur. 

    powercoat.jpgL’encre électronique semble cependant avoir de beaux jours devant elle car des secteurs comme la publicité ou la grande distribution s’y intéressent. On parle même de son utilisation sur du « vrai » papier comme l’annonce Graphiline.com à propos du PowerCoat d’Arjowiggins Creative Papers. Une invention qui devrait permettre d’imprimer « sur du papier déjà équipé de fonctions numériques ». Florent Taillandier sur le site du CNET détaille cette information et dévoile que la société E-Ink travaille depuis des années à intégrer son encre électronique sur la surface des objets, mais aussi sur du tissu et du papier justement, video à l’appui.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu