Avertir le modérateur

dargaud

  • Les aventures de Valérian et Laureline, de l'album au grand écran

    Pierre Christin, Jean-Claude Mézières, Pilote, Spirou, René Goscinny, Olivier Delcroix, Cité des sciences, Valérian et Lauréline, Luc Besson, Dargaud« Valérian et la cité des mille planètes » l’adaptation pour le grand écran des aventures de Valérian et Laureline a attiré plus de 1.640.681 spectateurs lors de sa première semaine d’exploitation dans les salles. Un enjeu important pour le réalisateur et producteur Luc Besson, « le film le plus cher de l'histoire du cinéma français », mais également pour Dargaud, l’éditeur de cette bande dessinée de science-fiction.

    Ces aventures imaginées par Pierre Christin pour les scénarios et par Jean-Claude Mézières pour les dessins, ont été publiées dès 1967 dans le mythique journal Pilote dirigé alors par René Goscinny. Celui-ci aurait dit au dessinateur « C’est amusant, continuez ! ». A partir de 1975, ces aventures seront reprises en album, une série qui compte aujourd’hui vingt-deux tomes.

    Dans Le Figaro, le spécialiste Olivier Delcroix résume ainsi la BD : « Dès le début, la série fait des adeptes. Elle se sert principalement de la thématique du voyage dans le temps, agrémentée d'une idée simple: celle de la patrouille du temps de Poul Anderson, ces policiers temporels dont le travail consiste à se porter garant de la bonne marche du temps. Valérian est ainsi un agent spatio-temporel chargé par Galaxy-City de veiller à ce que la Terre ne soit pas «piratée» par des méchants extraterrestres. Rapidement, il rencontre Laureline, et en tombe amoureux. Il fait sa connaissance dans un épisode intitulé Les Mauvais rêves. Laureline vient du moyen âge. Le couple va très vite former un tandem très attachant. »

    Cet événement cinématographique est accompagné par la parution d’un numéro hors-série de Pilote Méga Spirou, qui rend hommage à la série et à ses créateurs. On peut y voir notamment les tapuscrits originaux de l’album « L’Ambassadeur des Ombres » qui a inspiré le scénario du film et en avant-première douze pages du prochain album à paraître en fin d’année « Souvenirs de Futurs 2 », suite du dernier opus paru « Souvenirs de Futurs ».

    Les amateurs de la série et du film pourront aussi visiter l’exposition « Valérian et Laureline en mission pour la Cité » présentée jusqu’en janvier 2018 par la Cité des sciences et de l’industrie à Paris : « Enrichie de réalité augmentée pour une visite plus immersive, l’exposition dévoile une quarantaine de planches originales, et présente les points de vue de trois scientifiques. L’astrophysicien Roland Lehoucq, le géographe Alain Musset et le paléontologue Jean-Sébastien Steyer posent ainsi leur regard sur l’Univers, les civilisations, la faune et la flore, les enjeux sociopolitiques tels qu’imaginés par les créateurs. »

  • Blake, Mortimer, et Shakespeare

    Au mois d’avril le site officiel de Blake et Mortimer publiait ce message énigmatique : « #Shakespeare400 "To be or not to be"... Révélations sur le testament de William S. dans le prochain Blake et Mortimer... » La solution ne devrait plus tarder car on annonce déjà la parution d’un album inédit signé Yves Sente et André Juillard pour la fin novembre 2016 (Dargaud).

    Sur son site France Inter titre « "Le Testament de William S.", la nouvelle aventure très littéraire de Blake et Mortimer » et dévoile l’histoire : « Shakespeare a-t’il bien existé ? Est-lui, ou un duo d'écrivains qui a créé Hamlet, Macbeth et autres chefs d’œuvres du théâtre mondial ? C’est à partir de ces questions, et de la violente polémique qu'elles suscitent entre deux clubs d'admirateurs du dramaturge anglais, que se tisse l’histoire du nouvel album de Blake et Mortimer. Entre Venise où est découvert dans le sous-sol d’un palais un mannequin mystérieux et Kensington Gardens à Londres, où les Teddys sévissent en détroussant les riches passants, l’enquête, à la fois littéraire et policière, est aussi vivante que passionnante. »

    Une nouvelle aventure pour les deux personnages, Sir Francis Blake, militaire de carrière et membre du M15 les services secrets britanniques et son ami le professeur Philip Mortimer, spécialiste en physique nucléaire, créés en 1946 par le dessinateur belge Edgar P. Jacobs décédé en 1987 sans avoir pu finir son dernier album « Les Trois Formules du professeur Satō » Celui-ci sera achevé par Bob de Moor, dessinateur et, tout comme Jacobs, ancien collaborateur d’Hergé.

    Depuis 1996, de nombreux auteurs se sont relayés pour redonner vie à ses deux héros. Parmi les scénaristes on peut citer Jean Van Hamme, (XIII, Thorgal, Largo Winch), Yves Sente (XIII, Thorgal), Jean Duffaux, et André Juillard, Antoine Aubin, Ted Benoît (décédé en 2016) pour les dessinateurs qui ont repris à l’indentique le style de dessin de Jacobs.

    « Le Testament de William S. » sera le 13ème album paru après le décès de son créateur et le 24ème de la série. Loin de décevoir les inconditionnels, ces nouvelles aventures connaissent un grand succès, ainsi le titre « L'Affaire Francis Blake » de Jean Van Hamme et Ted Benoît s’est vendu à plus de 600 000 exemplaires.

    Le Figaro magazine a publié cet été l’album en avant-première et Le Télégramme dévoile à ses lecteurs que le dessinateur François Schuiten travaille à un album consacré à Blake et Mortimer, mais précise qu’ « Il ne s'agira pas d'une nouvelle suite classique à la série de Jacobs mais d'une adaptation très libre de François Schuiten avec comme décor principal l'immense palais de justice de Bruxelles. »

    Toujours sur France Inter Yves Sente fait durer le suspens en attendant l'arrivée de l'album dans les librairies : « Shakespeare est encore un personnage emblématique pour les Anglais de 2016. Comme il y a très peu de sources, qu'il a laissé peu de choses de lui, et même qu'entre 1585 et 1592, il disparaît : c'est le bonheur du scénariste. Mais le plaisir de l'écriture, quand on joue avec l'histoire, c'est de respecter ce que l'on sait, pas de la transformer... En 150 ans, les historiens ont attribué la paternité de Shakespeare à 80 personnalités. Faire la 81ème n'a pas d'intérêt. Il faut essayer une piste différente... »

    A suivre comme on dit dans la bande dessinée.

    20968.jpeg

  • Le retour de Gai-Luron

    gai-luron_nouvelles_aventures.jpgAprès Lucky Luke, Blake & Mortimer, Astérix, Iznogoud, et quelques autres séries de bandes dessinées emblématiques, ce sont aujourd'hui les aventures de Gai-Luron, création de Marcel Gotlib, qui sont reprises par deux nouveaux auteurs Fabcaro (scénarios) et Pixel Vengeur (dessins).

    On a pu découvrir cet été sur le site Internet du Monde les premières planches de cet album dont la parution est annoncée pour la rentrée.

    Gai-Luron a été créé par Gotlib en 1964 pour l’hebdomadaire pour enfants Vaillant devenu Pif, puis plus tard Pif gadget. Personnage secondaire de la série Nanar, Jujube, et Piette publiée dès 1962, il en deviendra assez vite le principal héros comme nous l’apprend sa fiche Wikipedia, car ce chien aux faux air de Droopy (Tex Avery) a sa propre biographie.

    En 1969, les bandes dessinées de Gai-Luron seront reprises par le dessinateur Henri Dufranne.

    Une quinzaine d’albums seront publiés par divers éditeurs et une dizaine par Audie, maison d’édition qui éditera à partir du 1er avril 1975 le mensuel Fluide Glacial créé par Gotlib et Jean-Jacques Diament. Le magazine, racheté depuis par Flammarion, lui a d’ailleurs dédié en 2014 un numéro spécial « De Pilote à Fluide glacial » pour ses 80 ans.

    L’œuvre de Marcel Gotlib est considérable et a fortement marqué la bande dessinée moderne par sa créativité et son humour. Dessinateur mais aussi scénariste pour d’autres confrères, Alexis, Mandryka, Solé, il a reçu en 1991 le Grand prix de la Ville d’Angoulême dans le cadre du festival de bande dessinée, et en 2014, le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme a présenté une grande exposition rétrospective de ses dessins.

    Au mois de juillet 2016, le magazine L’Express lui a également consacré un hors-série.

    Parmi ses plus importantes créations on peut citer « Les Dingodossiers » sur des scénarios de  René Goscinny, et « La Rubrique à brac », tous sont publiés par les éditions Dargaud.

    En 1993, Gotlib a publié « J’existe, je me suis rencontré » (Flammarion). Ce roman autobiographique sera réédité en 2014 par Dargaud.

    Actuellement les albums de Gai-Luron sont disponibles aux éditions Fluide Glacial qui publieront le 26 septembre « Les nouvelles aventures de Gai-Luron qui sent que tout lui échappe – Tome 1 ».

    Le site officiel de Gotlib.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu