Avertir le modérateur

calmann-lévy

  • 524 livres pour la rentrée dont un mystérieux

    Plus de 524 romans sont annoncés pour la rentrée 2019 ; 336 romans français et 188 étrangers précise Livres Hebdo. Parmi ceux-là un ouvrage « mystère qui affole les éditeurs parisiens » titre M le supplément magazine du Monde.

    Un nouvel Houellebecq ?, un essai de Brigitte Macron ?, les « mémoires » d’Alain Delon ?, des confessions inattendues du Pape ?, voire un livre dans lequel Laeticia Hallyday dirait « ses quatre vérités » ?, les supputations vont bon train sur un auteur qui pourrait défrayer la chronique littéraire car le premier tirage est annoncé à 250 000 exemplaires.

    On comprend que les autres éditeurs soient inquiets de cette concurrence qui risque de balayer toute autre médiatisation, même le livre de Michèle Obama n’avait été diffusé que à 150 000 exemplaires nous apprend Le Monde. « Cette rumeur nous complique la tâche, car, si c’est un livre politique, il risque de tout écraser. Alors, on est obligé d’échafauder des scénarios pour, éventuellement, décaler nos sorties ! » déclare Sylvie Delassus, directrice de collection chez Stock citée dans l’article.

    Laurent Telo, M magazine, Livres hebdo, Babelio, Laurent Binet, Bérengère Cournut,  Plus plausible la liste des romans que nous annonçait Livres Hebdo dès le mois de mai avec une série de chroniques présentant les titres de la rentrée à venir en commençant par Sylvain Prudhomme (Par les routes,  Gallimard) suivi d’Ingrid Seyman (La Petite conformiste, Philippe Rey), d'Hélène Gaudy (Un Monde sans rivage, Actes Sud), Jean-Luc Coatalem (La Part du fils, Stock), Mathilde Forget (A la demande d'un tiers, Grasset), François Garde (Roi par effraction, Gallimard), Guillaume Lavenant (Protocole gouvernante, Rivages), Mathilde Chapuis (Nafar, Liana Levi) ou encore du japonais Akira Mizubayashi (Ame brisée, Gallimard).»

    Autre titres, les 48 mis en avant par le site Babelio, de Laurent Binet à Bérengère Cournut et qui inclut l’incontournable roman annuel d’Amélie Nothomb.

    Cependant aucun tirage exceptionnel n’est à attendre de ces listes, on se contentera donc de l’explication que donne Laurent Telo auteur de l’article du Monde : « Une dernière hypothèse pourrait mettre tout le monde d’accord, mais elle est elle-même le fruit d’un on-dit impossible à vérifier : le livre sous X serait publié chez Calmann-Lévy, mais tiré seulement à 25 000 exemplaires. Un étourdi aurait rajouté un zéro. »

  • Les bas et les hauts du monde de l'édition

    Situation contrastée pour le monde de l’édition qui voit dans son ensemble ses ventes de livres baisser mais où quelques maisons arrivent individuellement à tirer leur épingle du jeu. Autre paradoxe les regroupements et rachats d’éditeurs fortifient des enseignes souvent très anciennes.

    « Plus de livres proposés et moins de ventes : l’amer constat de l’édition en 2018 » titre Le Monde dans sa rubrique économie. Celle-ci détaille « Le Syndicat national de l’édition (SNE) a annoncé, mercredi 26 juin, une baisse de 4,38 % du marché par rapport à 2017, à 2,67 milliards d’euros. Le nombre d’exemplaires vendus s’est étiolé (− 2,5 %, à 419 millions) alors que la production a augmenté de 2 % pour atteindre un record de 106 799 livres (nouveautés et rééditions confondues). Plus de livres proposés mais moins de ventes : tel est l’amer constat pour 2018. » En cause les méventes des livres de littérature, les livres scolaires, les dictionnaires et encyclopédies mais aussi les ouvrages de documentation, les ouvrages de sciences et techniques, les arts et les beaux livres. Seules les ventes de bandes dessinées et de mangas restent « presques » stables, tout comme les ouvrages consacrés à la religion et les livres pour la jeunesse.

    Le magazine Livres Hebdo s’est lui intéressé aux 200 premiers éditeurs français et plus particulièrement aux 10 qui ont connu la plus forte croissance de 2017 à 2018. En tête de ce palmarès l’éditeur Bernard de Fallois avec une progression de 264% de son chiffre d’affaires due notamment à La disparition de Stéphanie Mailer de Joël Dicker, écoulé à plus de 550 000 exemplaires toutes éditions confondues.
    Suivent Calmann-Lévy nouvel éditeur de Guillaume Musso, l’Iconoclaste (Adeline Dieudonné), puis Fayard (Michelle Obama) et Allary (Riad Sattouf), « tous dopés par des succès hors normes ». Livres Hebdo constate que Média-Participations arrive en quatrième position, après l’absorption du groupe Le Seuil-La Martinière et précise que De Fallois et Allary sont aussi classées parmi les 20 éditeurs les plus rentables en 2018.

    Le Monde, Livres Hebdo, Bernard de Fallois, Joël Dicker,Calmann-Lévy,Guillaume Musso, l’Iconoclaste, Hachette Livre, Editis, Madrigall, Media-Participations, Lefebvre Sarrut,Allary, Riad Sattouf,Fayard,  Challenges commentant l’article de Livres Hebdo écrit « Hachette Livre, la branche édition du groupe Lagardère, domine toujours très largement le monde de l'édition française en pleine restructuration », et rajoute « Aujourd'hui, les cinq premiers éditeurs français (Hachette Livre, Editis, Madrigall, Media-Participations et Lefebvre Sarrut, éditeur spécialisé dans l'édition juridique et fiscale qui publie notamment le Dalloz) affichent tous un chiffre d'affaires supérieur à 500 millions d'euros. »

  • Un ministre chez les Bourgois, Musso et Collard, et un Furet à Douai

    Le monde de l’édition

    Dans Le Point, Frédéric Mitterrand explique les conditions de son arrivée à la tête des éditions Christian Bourgois après en avoir écarté Dominique Bourgois veuve du fondateur de cette maison qui la dirigeait depuis la mort de son mari il y a 12 ans. En résumé, la holding de la famille Mitterrand dirigée par l’entrepreneur Olivier Mitterrand est entrée dans le capital des éditions et en a pris le contrôle total quelques mois après. Interrogé sur le fait que l’ancien ministre n’a jamais été éditeur il répond : « Je connais l'angoisse de l'auteur, c'est déjà un bon début ! Mais j'ai absolument conscience que mon expérience est insuffisante, et puis j'ai 71 ans, il serait donc très présomptueux de m'installer à la tête de Christian Bourgois de manière définitive. Il faut évidemment trouver un directeur plus jeune, qui connaisse bien le contexte du marché éditorial, et c'est ce que je vais m'employer à faire. Je vais simplement aider à faire la transition dans cette maison très traumatisée. »

    Le monde de Gérard Collard

    Le médiatique critique littéraire et libraire Gérard Collard commente sur sa page Facebook le dernier livre de Guillaume Musso La vie secrète des écrivains (Calmann-Lévy). Extrait :

    éditions Christian Bourgois, Frédéric Mitterrand, Le Point, Furet du Nord Douai, Voix du Nord, Gérard Collard, Guillaume Muso, calmann-lévy« Musso n'a pas changé ! il a toujours été un excellent raconteur d'histoire, avec des personnages bien dans notre époque et qui la vive avec tous ses problèmes et dans lesquels on peut se retrouver ! Un écrivain qui a le sens du rythme, du suspense qui nous fait passer souvent un bon moment sans prétention mais efficacement. Si avoir du talent, c'est ennuyer le lecteur, alors c'est certain cet homme n'en n'a aucun ! ne vous méprenez pas, le genre groupie ou fan inconditionnel n'est pas mon genre, je n'apprécie pas tout dans ce qu'il a écrit mais il y a quelque chose de commun a beaucoup de ses romans, c'est cette impression qu'il prend un immense plaisir a nous raconter ses histoires et qu'IL n'est pas comme certains de ces écrivains pleurnichards de métier qui ne cessent de nous gaver a longueur d’émissions dites littéraires avec la difficulté, le calvaire d'écrire, le sacerdoce, le sacrifice a propos de romans faussement profonds qui sentent la sueur, destinés à un petit cénacle qui ne cesse de se lamenter sur la médiocrité des lecteurs, de certains critiques ou libraires... au moins cet homme à la pudeur et la politesse de nous éviter ce genre de clichés. »

    Le monde de la librairie

    « Le Furet du Nord ouvre son « plus beau magasin » à Douai » titre Livres Hebdo:: « Déjà présent dans le centre ville de Douai depuis 30 ans, le Furet du Nord a quitté son magasin d'origine, dans une galerie, pour venir investir un local de 900 m2 dans un superbe bâtiment Art Nouveau, style Eiffel, face à la mairie. Acquis par la ville en 2018 et entièrement réhabilité, cet immeuble, inspiré des grands magasins parisiens, offre, avec ses coursives, son grand escalier central et son bel atrium, un écrin à la chaine culturelle. Occupant 914 m2 sur trois niveaux (contre 650 m2 sur deux niveaux dans son précédent local), le Furet annonce 50000 références à l'ouverture et une offre de librairie, papeterie, jeux ainsi que presse. Au dernier étage, un espace café connecté au wifi accueillera les clients désireux de faire une pause. » Ouverture le 15 avril 2019. L’enseigne Furet du Nord est également présente à Arras, Beauvais, Béthune, Cambrai, Coquelles, Dunkerque, Lens, Lieusaint, Lille, Valenciennes, Roubaix.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu