Avertir le modérateur

céline

  • Le foot au pied de la lettre

    Grand événement footballistique l’Euro 2016 est présent sur tous les médias et même dans les librairies. Si on s’intéresse au foot et aux livres, les journaux nous donnent quelques conseils de lecture.

    Le journal féminin Elle propose une sélection de onze titres qui va de « Comment regarder un match de foot ? » (Solar) à « Parlons foot » de Michel Platini (Hugo Doc), en passant par « Le système Benzema » (Mazarine), « Maradona, ma vérité » (Hugo sport), et « La face cachée des bleus », sous titré « Dans les coulisses de l’équipe de France » (Mazarine).

    De son côté RTL écrit : « L'Euro commence le 10 juin, mais il se dispute aussi en librairie. Pas moins de 150 livres consacrés au foot viennent de paraître. » Parmi eux la radio en sélectionne quatre : « Football de légende » un hors-série de la revue Desports dans lequel 30 écrivains brossent le portrait de 30 joueurs d'exception, « La Littérature marque des buts » anthologie réunissant des textes de Nabokov, Céline, San Antonio, Salman Rushdie, Albert Camus (Folio), « Le Mercato d'hiver » un polar de l'écossais Philipp Kerr (Le Masque), « Rien à foot » réédition d’un livre paru en 1998 avec des dessins du regretté Cabu accompagnés des aphorismes caustiques de Jean-Loup Chiflet (Chiflet et Cie).

    Le site spécialisé Actualitté nous apprend (abonnés) que : « La revue numérique Délibéré lance, durant toute la durée de l'Euro de football, une chronique dans laquelle des écrivains commentent les matchs de la compétition. Dans la lignée de la chronique "Footbologies" que tenait toute la saison 2015-2016 l'universitaire Sébastien Rutés, la revue culturelle numérique Délibéré établit un pont entre football et littérature à l'occasion de l'Euro 2016. "Le temps de la compétition, durant un mois, le sport devient prétexte à littérature et la chronique de match se transforme en exercice de style" »

    Avec la participation des écrivains « John King pour l’Angleterre, Víctor del Árbol pour l’Espagne, Sam Millar pour l’Irlande… Pour la France : Jean-Bernard Pouy, Hubert Artus, Thomas B. Reverdy, Bernard Chambaz et de nombreux autres jusqu’à la finale du 10 juillet. »

    Enfin on citera le livre de Guy Carlier « Qui veut tuer Mathieu Valbuena ? » (Cherche midi) qui n’a pas plu au magazine So Foot et au sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps qui a déclaré à son propos : « Je n'ai pas vraiment compris le projet initial de Guy Carlier. C'est vrai que Mathieu a vécu une saison difficile, sportivement et personnellement, qui l'a éloigné de l'équipe de France. Mais en football, rien n'est définitif. En revanche, pour moi, ce livre a été difficile à lire et m'a définitivement éloigné de la littérature. »

    histoire-de-la-coupe-d-europe-de-l-uefa-9782849333631_0.jpg

    Photo : Couverture de « L'histoire du championnat d'Europe de football de l'UEFA - Euro 2016 France » de Liam McCann (éditions Contre-dires).

  • Fabrice Luchini l’homme qui fait aimer les textes

    Louis-Ferdinand Céline, Arthur Rimbaud, Roland Barthes, Victor Hugo, La Fontaine, Sacha Guitry, Charles Peguy, Chrétien de Troyes, Fabrice Lucchini, Rimbaud, Molière, Céline, Flaubert, Labiche, Laurent Terzieff, Paul Valéry,  Louis-Ferdinand Céline, Arthur Rimbaud, Roland Barthes, Victor Hugo, La Fontaine, Sacha Guitry et même Charles Peguy ou Chrétien de Troyes, Fabrice Lucchini a lu, ou plus souvent dit - de mémoire -, les textes de ces auteurs. Des écrivains du répertoire qui l’ont « métamorphosé » explique-t-il à Culturebox.

    Amoureux du verbe et de la littérature, le comédien a bâti nombre de ses spectacles autour d’eux. Sur le blog des « Luchinistes » (sic) on trouve cette citation à propos de son travail : « Voilà : si on ne s'est pas demandé comment l'écrit pouvait devenir de l'oral, si on ne s'est pas demandé comment oraliser l'écrit sans le trahir, alors on ne peut pas réussir. C'est quoi, l'écrit ? Ça n'a l'air rien de rien, cette question, mais on doit se la poser de façon quasiment névrotique. L'imprimé, c'est des cicatrices, pas des mots. Je parle des cicatrices organiques dont les mots sont porteurs. Les mots sont des planches jetées sur un abîme. Et un acteur, c'est celui qui déchiffre non pas les mots mais les cicatrices. Dès l'âge de 26, 27 ans, je ne me suis plus occupé que de ça : les cicatrices. Je suis un obsédé de la note. La note qui se trouve dans la phrase. C'est ça, travailler un texte. Mon obsession, avec Céline, était la suivante : comment restituer la perfection de l'écrit dans une oralité qui ne trahisse pas les intentions premières de l'œuvre ? Voilà. Cette obsession est devenue une passion. »

    A propos du spectacle « Poésie ? » qu’il joue actuellement et jusqu’à fin juin à Paris et où il dit des textes de Rimbaud, Molière, Céline, Flaubert, Labiche, il explique :

     « J’ai eu envie de me confronter de nouveau à des textes de pure poésie, des textes de pure littérature, de pur théâtre… Après une année passée aux côtés de Laurent Terzieff et en souvenir des dîners qui prolongeaient nos représentations, j’ai eu envie de lui rendre un hommage discret, lui qui disait : “être un poète, c’est une manière de sentir”»

    En 2014 dans Le Figaro il racontait la genèse du spectacle : « La poésie ne s'inscrit plus dans notre temps. Ses suggestions, ses silences, ses vertiges ne peuvent plus être audibles aujourd'hui. Mais je n'ai pas choisi la poésie comme un militant qui déclamerait, l'air tragique : « Attention, poète !» J'ai fait ce choix après avoir lu un texte de Paul Valéry dans lequel il se désole de l'incroyable négligence avec laquelle on enseignait la substance sonore de la littérature et de la poésie. Valéry était sidéré que l'on exige aux examens des connaissances livresques sans jamais avoir la moindre idée du rythme, des allitérations, des assonances. Cette substance sonore qui est l'âme et le matériau musical de la poésie. »

    Si Fabrice Luchini "passeur de textes", se passionne pour les auteurs, il raconte aussi sa vie dans « Comédie française » (Flammarion) qui vient de paraître.

  • Quand les écrivains guident nos promenades

    Le "Da Vinci Code" de Dan Brown avait un peu lancé la mode et nombre de ses millions de lecteurs avaient voulu retrouver les lieux cités dans le best-seller, que ce soit à Paris avec le musée du Louvre ou l’église St Sulpice, mais aussi à Londres avec l'Abbaye de Westminster. Ce type de tourisme culturel a toujours de nombreux adeptes.

    Le site TimeOut propose une carte interactive de Paris « pour marcher sur les traces des classiques de la littérature » et leurs auteurs, Emile Zola, Michel Zévaco, Guy de Maupassant, Gustave Flaubert. Au total seize écrivains de notre patrimoine littéraire. La carte est présentée ainsi : « A travers leurs plumes, ils ont pris la Ville Lumière pour décor. La preuve avec le plan interactif ci-dessous qui associe les rues parisiennes à leurs apparitions dans les grands classiques que l’on savoure à l’école, particulièrement dans les filières littéraires. Rappelons-nous le poème de Guillaume Apollinaire, « sous le pont Mirabeau coule la Seine et nos amours », nous l'avons tous appris un jour. Même chose pour le roman de Victor Hugo dont le titre fait référence à la cathédrale de Paris, Notre-Dame. »

    En 2013, l’hebdomadaire Marianne consacrait un article au « boom du tourisme littéraire » et expliquait : « Les itinéraires de découverte d'une ville sur les traces d'un héros de roman connaissent un grand succès, d'Italie jusqu'en Ecosse. Une alternative aux habituels circuits culturels.» L’auteure de l’article, Agnès-Catherine Poirier, citait Toni Sepeda, enseignante de l'histoire de l'art à l'université américaine de Venise, qui pendant les vacances organisait des visites guidées de la Venise du commissaire Brunetti, personnage de roman policier créé par sa compatriote Donna Leon.

    Le site France.fr propose, lui, de « découvrir la France dans la littérature » du Paris est une fête d’Ernest Hemingway, à Etretat, repaire d’Arsène Lupin, le héros de Maurice Leblanc, et à la Provence de Marcel Pagnol et Jean Giono. De son côté Terre des écrivains dresse une liste non exhaustive des lieux ayant inspiré ou été fréquentés par les écrivains, et si le site ne semble pas avoir été mis à jour depuis 2015, les liens restent actifs comme ceux, par exemple, qui vous amènent au Havre sur les pas de Gustave Flaubert, Jean-Paul Sartre, Benoît Duteurtre, Céline, Stendhal, Simenon, ou celui qui vous invite à une balade littéraire avec Proust à Paris. Citation extraite du site : "Je pense que tous les lieux gardent une empreinte. C'est peut-être cela la littérature : l'obsession de la trace. » Jean-Paul Kauffmann

    Autre site (photo) à visiter : http://lafrancevueparlesecrivains.fr/

    Bonnes ballades et… n’oubliez pas le guide.

    ecrivains.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu