Avertir le modérateur

bayard

  • Le livre pour la jeunesse fait salon à Montreuil

    Avec + 5,2 % de croissance et 324 millions de chiffre d’affaires en 2016, le secteur du livre jeunesse ne se porte pas trop mal et la prochaine édition du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis qui l’an passé a accueilli près de 175 000 visiteurs, devrait le démontrer.

    Montreuil 2017.pngAu programme de cette 33ème édition, 2000 signatures, des expositions, des débats, des librairies, des ateliers, et de nombreux stands d’éditeurs, réunis autour du thème « Miroir (s) d’enfance (s) ». Deux anniversaires particuliers seront célébrés, celui des 40 ans des personnages Tom-Tom et Nana (éditions Bayard) et les 25 ans de Titeuf créé par Zep (éditions Glénat). Autre point fort, la « Ruche Transbook » espace dédié « aux nouvelles formes d’écriture, qui s’appuie sur les applications, la réalité virtuelle ou augmentée, et les nouveaux médias » comme le détaille Télérama dans son supplément spécial distribué pendant l’événement. Ce même document publie la liste des, romans, livres illustrés, bande dessinées, sélectionnées pour les Pépites, prix attribués par le salon.

    On trouvera aussi parmi les stands celui de La Charte des Auteurs et Illustrateurs jeunesse. A cette occasion et pour deuxième année consécutive, cette association a réalisé une campagne pour montrer la situation difficile des créateurs du secteur. Dans une série de trois vidéos « Dans la peau d’un auteur jeunesse » au ton très ironique, sont exposés en images les problèmes actuels des auteurs. A voir sur le site Actuallité.com

    De son côté, un collectif Artistes-Auteurs demande que les auteurs fassent grève à l’occasion de la manifestation de Montreuil et du festival de la BD à Angoulême en janvier 2018. Il dénonce l’augmentation généralisée de 1,7% de la CSG et explique que si cette hausse va être compensée chez les actifs par une baisse des autres cotisations sociales, ce ne sera pas le cas pour les artistes-auteurs au statut déjà précaire, et demande une compensation de la part des pouvoirs publics.

    Paradoxe, si les auteurs ont des difficultés à vivre de leur travail, des marques comme Mc Donald’s s’investissent dans le livre jeunesse. Dans des publicités publiées dans la presse à l’occasion du salon de Montreuil la chaîne de restauration rapide écrit : « Depuis 2015, Mc Donald’s, en partenariat avec Hachette Jeunesse, propose le choix entre « un livre ou un jouet » » dans ses menus pour enfants, et précise que trois collections ont déjà été lancées. Une initiative soutenue par le Centre national des Lettres qui aurait permis de distribuer 25 millions de livres.

  • Bibliothèques numériques et livres jeunesse

    Les initiatives se multiplient pour amener les jeunes à la lecture sur les tablettes numériques. A ce sujet Les Echos écrivent « L’année 2013, c’est aussi celle où les ventes de tablettes numériques devraient pour la première fois dépasser celles des ordinateurs portables en France. Or la lecture est en haut de la liste de leurs usages. »

    Lors du dernier salon du livre jeunesse de Montreuil a été présenté, Storyplay’r un service de bibliothèque jeunesse numérique en ligne pour tablettes, qui fonctionne sur abonnement (4,90 euros) comme Netflix pour les films ou séries aux Etats-Unis, ou Deezer pour la musique. Cité par O1net, son fondateur Thomas Salomon explique « la mission de Storyplay’r n’est pas de détourner les enfants du livre papier. Bien au contraire, dans un monde dominé par l’image et le jeu vidéo, notre ambition est de redonner le goût de la lecture aux plus jeunes enfants, en leur proposant plus d’histoires, plus souvent, sur un support interactif qu’ils plébiscitent. » L’application permet aux parents de devenir les narrateurs de l’histoire en enregistrant leur propre voix. Uniquement disponible sur iPad.

    Autre offre : Totam présentée par Le Figaro comme « la première librairie numérique jeunesse » qui la décrit ainsi « D'ores et déjà accessible depuis un poste fixe, elle le sera via mobile au premier trimestre 2014. La plupart des grands éditeurs jeunesse participent à l'aventure. Avec un produit d'appel : la « TotamBox », qui permet d'accéder, pour 9,99 euros par mois, à une sélection de livres, musiques, vidéos et applications. »

    Le même journal indique que « Les éditeurs jeunesse se ruent sur le numérique » et précise « Les écrans (téléviseurs et tablettes) deviennent incontournables. Nathan a poussé la logique en s'associant à SFR pour lancer, fin 2011, Dokéo TV, une chaîne documentaire proposée aux 3 millions d'abonnés triple play (télé, téléphone, Internet) de l'opérateur, avec bibliothèque de livres enrichis, cours d'anglais, jeux avec la télécommande… De son côté, le groupe Bayard a relancé son site Internet Bayam (ex-BayardKids), avec jeux, dessins animés, coloriages ou contes à écouter, qui revendique 70 000 utilisateurs réguliers, dont 15 000 abonnés payants. Le groupe, grand acteur de la presse jeunesse, a également ouvert début mars une librairie numérique pour smartphones et tablettes, le J'aime Lire Store (250 ventes par jour)."

    Du côté des grands éditeurs spécialisés les offres se succèdent. C’est le cas de Gallimard Jeunesse, qui propose 2 applications issues de la collection « Mes premières découvertes », et de Nathan avec une douzaine d'applications, dont trois dérivées du héros de son magazine T'choupi pour les moins de 3 ans, vendues 2,39 euros sur iPhone et 3,99 euros sur iPad. Hachette n’est pas en reste avec des applications adaptées de sa collection « Passeport » pour les révisions de vacances (Le Figaro).

    ipad-iphone.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu