Avertir le modérateur

babelio.com

  • Les neurones en vacances

    « J’écris 365 jours par an »  affirmait cet été Dan Brown, écrivain à succès enfin reconnu, interviewé par Bernard Thomasson sur France Info  dans « Le masque et les palmes » (où il nous dévoile aussi l’intimité estivale de Yan Queffélec et de Frédérique Hébrard).

    Dur métier, ou le plaisir d’écrire est-il supérieur au besoin de vacances ?

    Comme chaque année les médias consacrent des articles aux écrivains en vacances sans doute pour nous démontrer que les auteurs sont des gens comme tout le monde. A la seule différence peut-être qu’ils reçoivent les journalistes dans leur propriété de l’île aux Moines, en Provence, ou en Corse.

    Le JT de TF1 s’interroge sur les vacances de Jean-Christophe Ruffin, auteur, entre autre, de « Immortelle randonnée », un des plus inattendus succès éditoriaux de l’année (éditions Guérin). Si le best-seller évoque les chemins de Compostelle, c’est à la montagne, à St Gervais, que l’ex-diplomate, passe ses étés à faire de l’escalade ou des randonnées avec un autre écrivain, Sylvain Tesson. Il n’écrit pas une ligne réservant cette activité pour l'hiver.

    Donc les écrivains semblent écrire peu de juillet à août mais le cadre des vacances est idéal pour faire rêver. C’est aussi un moment propice à la lecture, et, pour les éditeurs, cela leur permet d’évoquer les livres de la rentrée.

    Sur cette mise en scène, Roland Barthes a écrit en 1957 dans Mythologies (Seuil) « L’image bonhomme de « l’écrivain en vacances » n’est rien d’autre que l’une de ces mystifications retorses que la bonne société opère pour mieux asservir ses écrivains : rien n’expose mieux la singularité d’une « vocation » que d’être contredite - mais non niée, bien loin de là - par le prosaïsme de son incarnation : c’est une vieille ficelle de toutes les hagiographies. Aussi voit-on ce mythe des « vacances littéraires » s’étendre fort loin, bien au-delà de l’été : les techniques du journalisme contemporain s’emploient de plus en plus à donner de l’écrivain un spectacle prosaïque. Mais on aurait bien tort de prendre cela pour un effort de démystification. C’est tout le contraire. » [...] (l’intégralité de l’extrait est à lire sur Sociotoile.net).

    Bon, l’écrivain en villégiature, c’est parfait pour l’image et le commerce, mais qui pourrait croire que l’imagination cesse de fonctionner dès qu’il est en short et en tongs ?

    La preuve, il existe même des « Colonies de vacances écriture » où les talents en herbe peuvent « apprendre de nouvelles techniques d’écriture », « s’initier à la reliure et à la calligraphie », ou « découvrir les métiers de l’édition ».

    Et n’oublions pas que les personnages de romans saturés d’aventures en tous genres, ont aussi droit au repos réparateur. Le site Babelio.com nous propose un quizz (niveau facile) sur le thème.

    Je retourne à la plage (avec un carnet et un stylo, au cas où).

    A bientôt.

    Vacances.jpg

  • Couples d’écrivains

    Dans un couple d’écrivains, qui fait les courses, la cuisine, le ménage, et s’occupe des enfants quand il y en a ? C’est étonnant mais ce n’est pas vraiment le type de questions que l'on se pose lorsqu’on évoque un couple d’écrivains. Une chose reste sûre, c’est l’amour qui les réunit, celui de la littérature bien évidemment, mais souvent l’amour tout court. Avec souvent quelques surprises.

    Si on connaît la liaison de Simone de Beauvoir avec Jean Paul Sartre, on connaît moins celle qu’elle eut en "parrallèle" avec Nelson Algren, écrivain nord-américain à qui elle enverra des lettres d’amour pendant plus de 15 ans. Ses courriers seront publiés par sa fille adoptive en 1997 sous le titre “Un amour transatlantique” (Folio)

    515S688TTTL.jpgLe couple Willy (Henry Gauthier-Villars) et Colette a lui aussi laissé des traces dans l’édition, et si le mari révélera et abusera du talent de sa femme, celle-ci dévoilera les hauts et les bas de cette vie commune en 1936 en publiant “ Mes apprentissages” (disponible en Livre de Poche). L’amour est également ce qui a uni George Sand à Alfred de Musset et leurs courriers enfiévrés et à double lecture en portent témoignage.

    Mais est-il si courant que deux créateurs unissent leurs destinées ? Le quizz organisé par Babelio.com permet de satisfaire notre curiosité dans ce domaine, le site de la librairie Mollat à Bordeaux également. Dans l’article consacré aux couples mythiques de la littérature sont notamment cités Francis Scott et Zelda Fitzgerald, source d’inspiration littéraire l’un pour l’autre mais « en proie à de grandes souffrances ». On y retrouve également Georges Pérec et Françoise Sagan, Marguerite Duras et Robert Antelme, mariés en 1939, ou encore les deux romanciers new-yorkais Paul Auster et Siri Hustvedt (dont la première femme Lydia Davis était déjà écrivaine).

    En 2012, Le Figaro sous le titre « Vivre d’amour et de littérature » a tenté de percer le secret de ces écrivains qui font cohabiter leurs talents. Pour la romancière Simonetta Greggio, citée dans l’article et qui vit avec un écrivain, « On parle de nos idées, de nos projets, et des manuscrits en cours d'écriture. C'est un des plaisirs qu'on partage, comme on partage les doutes. On peut même demander l'avis de l'autre. Ce n'est pas un secret, c'est une… activité permanente ». 

    Une relation de partage et de création que vivent Vincent Message et Cloé Korman, Philippe sollers et Julia Kristeva, ou Jean-Yves Cendrey et Marie NDiaye, tous répertoriés par le journal.

    On ne saura jamais vraiment quel est l’apport du talent de chacun dans la vie ou l’œuvre d’un couple d’écrivains, un métier généralement solitaire, mais dont les histoires donnent vie à des livres.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu