Avertir le modérateur

augustin trapenard

  • Le livre vu sur Internet

    Une grande bibliothèque

    Des photos impressionnantes de la bibliothèque Clementinum à Prague ouverte en 1622 par les jésuites qui y ont transféré les livres de l’université Charles. Elle contient plus de 20.000 mètres carré de livres.

    the-klementinum-national-library-czech-republic-1.jpg

    Une amende incongrue

    Ce blog a souvent évoqué les livres voyageurs ou ces bibliothèques de rues où chacun dépose des livres pour d’autres. Il semble que le concept n’ait pas encore séduit la mairie de Paris. Une lectrice a publié sur la page Improbables librairies Improbables bibliothèques son PV de 68 euros pour « dépôt d'ordures » sur la voie publique (sic).

    16684386_1422691284449393_1123648484871225126_n.jpg

    La lecture comme punition

    Lu dans Le Figaro :

    Punition lecture.png

    Le goût de la lecture

    Sur Twitter, Augustin Trapenard animateur de l’émission Boomerang sur France Inter reprend une citation de Riad Sattouf, auteur de bandes dessinées à succès :

    Sattouf Tintin.png

    Speed dating d’auteurs

    5 minutes pour présenter votre projet de livre et convaincre un éditeur, c’est ce que proposera les 6 et 7 mai 2017 le Festival du livre de Charleroi.

    16649140_10211913579463723_2724557642994521289_n.jpg

  • Livre Paris peut mieux faire

    Bilan douloureux pour le dernier salon du livre à Paris, devenu Livre Paris, avec une baisse annoncée de 15% de ses entrées. En 2015, la baisse de la fréquentation était déjà de moins 10%.

    Le débat risque de s’ouvrir sur l’opportunité de cette manifestation et de son utilité pour les professionnels, et pour le public. Le site Actualitté.com ouvre la discussion avec un titre provocateur : « Livre Paris : plutôt que “vendre de la moquette”, réfléchir à “un véritable futur” », et débute ainsi son dossier « Quatre jours de livres, de lecture, de dédicaces, et la nouvelle manifestation parisienne, Livre Paris « a tenu ses promesses », jure le communiqué de presse. Quelles promesses ? Et à qui furent-elles formulées ? On l’ignore. Reste que cette « première édition du renouveau » rit fort, pour convaincre son auditoire. Parce qu’en réalité, le plus important Salon littéraire a essuyé une violente claque. »

    Un camouflet médiatique aussi car si les organisateurs revendiquent une meilleure couverture presse, des spécialistes du livre comme Augustin Trapenard (Canal+, France Culture) n’ont pas hésité à donner ouvertement leur avis négatif sur Livre Paris, que beaucoup continuent à appeler salon du livre de Paris (à revoir sur Actualitté.com).

    En cause, le sens d’une manifestation sans âme, où les exposants à chaque édition sont moins nombreux et paient leur stand très cher. En 2016, le droit d’entrée pour le public était de 12 euros, le prix d’un livre. Sans oublier le lieu, la porte de Versailles, vaste zone excentrée à la périphérie de Paris, et que beaucoup jugent inadaptée au livre.

    Pourtant les manifestations dédiées au livre peuvent séduire un large public. C’est le cas du Livre sur la place à Nancy avec ses 180 000 visiteurs, ou de St Maur en poche organisé par le très médiatique libraire Gérard Collard, et dont la 7ème édition se déroulera du 18 au 19 juin 2016 avec pour marraine Tatiana de Rosnay.

    Des évènements qui ont une approche plus culturelle et moins commerciale du livre, peut-être est-ce la clé du succès.

    Le prochain Livre Paris (Salon du livre de Paris) aura lieu du 23 au 26 mars 2017.

    smPoche-2015-2-120X176-APPLAT-light.jpg

  • Le livre à quel prix ?

    Les livres sont-ils trop chers ? Quelle est la valeur d’un livre ? Que gagne un auteur sur la vente de son livre ? Les livres numériques à quel prix ? Combien coûte un livre neuf ou d’occasion sur Internet ? Quelques réponses autour du prix d’un livre :

    « Beaucoup de gens écrivent, mais il n'y a que 3000 auteurs qui touchent plus de 7500 € par an, en France. Bien sûr, on citera toujours les 100 auteurs qui gagnent très bien leur vie, mais en réalité, être auteur, c'est très important. Parce que c'est un accomplissement, mais ce n'est pas, souvent, un métier à temps plein. C'est quelque chose que l'on fait en parallèle à un autre métier, ou on est enseignant, chercheur, ou écrivain avec l'espérance d'un prix, parce que c'est les grands prix qui permettent de faire exploser les compteurs, si j'ose dire.», Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition et PDG de Média Participations, « L'interview éco », diffusé sur France Info (source Actualitté)

    Lu dans Le Huffington Post « Dans cette librairie espagnole, le client choisit le prix de ses livres ». Début de l’article : « Prenez autant de livres que vous le souhaitez et payez le prix que vous voulez. C’est vous qui choisissez. Voici la philosophie - sans arnaque ni trucage - de Tuuu Librería, la branche la plus culturelle de l’ONG Yooou. Dans sa boutique de la rue Covarrubias, à Madrid, les livres ont de la valeur, mais pas de prix, et chaque euro déboursé sert à financer des projets de promotion de la lecture en Espagne et en Amérique latine. “Ce que nous voulons c’est que chaque citoyen nous donne ce qu’il veut ou ce qu’il peut, qu’il pense à la valeur des livres et ce que nous pouvons en faire, en toute liberté”, indique Carmen Chato, responsable du projet. »

    Augustin Trapenard, s’interroge dans Le and journal de Canal + « Combien touche un auteur par livre vendu ? » Réponse en video :

    Trapenard.jpg


    L’avis d’une auditrice de France Inter et la réponse du président directeur général du groupe Hachette Livre : « Soyez sympa, achetez des livres », répondra Arnaud Nourry, à cette auditrice qui, à l'antenne, revendiquera non sans audace qu'elle a choisi de pirater des livres numériques, plutôt que de les acheter. Trop chers, estime-t-elle, et ne reflétant pas le véritable coût de ce qu'est la dématérialisation des œuvres. »

    Enfin, les reproches du Syndicat de la Librairie Française détaillés par le site Next Inpact : « quand vous allez sur des marketplaces, il y a un mélange des genres entre l’occasion et le neuf. Des livres neufs sont proposés avec des réductions parfois de 25 %. S’ils sont neufs, c’est illégal. S’ils sont d’occasion, il y a quasiment une tromperie pour le consommateur, préjudiciable, car on lui inculque l’idée qu’il peut obtenir des livres neufs à un prix très inférieur à celui trouvé normalement ». Pour le SLF, « nous ne sommes pas contre les marketplaces ni les ventes d’occasion, nous voulons simplement de la transparence. Dans l’univers physique, quand vous allez dans les librairies Gibert par exemple, on sait ce qu’on achète, entre ce qui est d’occasion et ce qui est neuf. Sur Internet, et notamment Amazon, on dilue trop souvent la perception du prix unique. »


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu