Avertir le modérateur

archimag

  • Des livres partout

    Le site Archimag.com présente le Library Hotel (l'hôtel bibliothèque), un établissement new yorkais installé sur Madison Avenue et qui classe ses livres selon le sytème Dewey :

    (…) Pour les non initiés, sachez que la classification décimale de Dewey est un système inventé en 1876 par le bibliographe américain Melvil Dewey visant à classer l'ensemble des ouvrages d'une bibliothèque. Cette classification comporte 10 classes, divisées chacune en 10 divisions, elles-mêmes sub-divisées en 10 sections. C'est donc sur ce système que le Library Hotel a organisé ses 60 chambres réparties sur dix étages. Chaque étage correspond donc à l'une des dix classes retenues par Dewey (philosophie, religion, sciences sociales, langues, sciences pures, techniques, beaux-arts et loisirs, littérature, géographie et histoire, et connaissances générales). Chacune des chambres de chaque étage correspond elle aussi à une sous-division de la classe à laquelle elle appartient et est décorée de manière unique avec des livres et des œuvres d'art explorant un sujet particulier de sa catégorie. (...)

    libraryhotel_salon.jpg

    Au mois de septembre Télérama nous parlait des BücherboXX inventées par Konrad Kutt en 2010 :

     (…) Chez les bibliothécaires, on parle parfois de « tiers-réseau », ou de bibliothèques « hors les murs ». Cette expression va comme un gant à ces cabines, vestiges urbains d’un univers des communications quasi englouti avec le dernier millénaire. Le concept, au carrefour du do it yourself, de l'économie solidaire et de la micro-bibliothèque, n’a pas de mal à trouver sa place dans une capitale qui se pique de préserver ses élans utopiques et ses valeurs libertaires… Chacun peut y déposer et y prendre plusieurs livres. On compterait une quinzaine de ces BücherboXX à Berlin. Le concept a essaimé en France, avec quelques répliques du côté de Versailles et de Grenoble (appelées cette fois-ci BiblioboXX). A Berlin, certaines sont également spécialisées : l’une accueille des livres en français, une autre des titres anglophones… La capitale allemande compte une quinzaine de ces cabines transformées en mini-bilbiothèques. (...)

    a-berlin-la-bibliotheques-retourne-a-l-etat-sauvage,M367131.jpg

  • Quand les lecteurs sauvent le livre

    A Lyon, une librairie sauvée par les riverains

    Le quotidien La Croix raconte comment une petite librairie de quartier lyonnaise, ouverte dans les années 1950 a été sauvée de la fermeture par la mobilisation de huit de ses clients : « En moins de dix jours, huit habitants réunissent les 80 000 € nécessaires pour occuper les lieux. « Nous aurions pu être bien plus nombreux », rapporte Cédric Doat, comblé de voir que « lorsqu’un projet de quartier se monte, les habitants suivent ». Certes, la librairie, ce n’est pas leur rayon. Qu’importe, ils convainquent La Procure de les accompagner. La chaîne spécialisée accepte d’assurer la gestion du stock, par l’une de ses libraires. L’après-midi, une salariée embauchée par la société montée par les habitants prend la suite. Comme les autres, la décision a été arrêtée par mail, ou en se croisant dans la rue. Quand ce groupe de paroissiens n’en débat pas sur le parvis de l’église Saint-Pothin…

    A voir ci-dessous : Un reportage de France3 Rhône-Alpes sur La librairie classique, 42, avenue Maréchal de Saxe 69006 Lyon.

    Librairie Classique.png

    En Syrie, une bibliothèque sauvée par des étudiants.

    Lu dans Archimag : « Stoppés dans leurs cursus universitaire et privés de vie culturelle, de jeunes syriens ont choisi de créer une bibliothèque pour lutter contre l'ennui et tenter d'oublier les bombardements. Ils sont jeunes, syriens, et auraient sauvé près de 11 000 livres des décombres grâce à leur initiative. C'est dans une cave de Daraya, petite localité majoritairement sunnite située dans la banlieue de Damas, qu'Abu Malek et ses compagnons ont créé une bibliothèque destinée à offrir un espace de lecture et d'étude aux habitants. »

    Les livres récupérés dans les maisons démolies ont été répertoriés pour être rendus à leurs propriétaires à la fin du conflit.

    Europe : Les ventes de livres en progression

    « Le livre vit, le livre revit » titre Arte qui écrit : « Les gens ne lisent plus, il n'y en plus que pour internet et les smartphones" : ce petit air lancinant, nous l’entendons tous les jours. Et pourtant, le livre n’est pas mort et est même en progression dans plusieurs pays européens. Aux Pays-Bas, l'année 2015 s'est terminée en beauté : + 4,8%. Même tendance en Italie et en Espagne. En France, on établit désormais la hausse des ventes de livres à 1,7 % en 2015, selon les chiffres du Syndicat national de l'édition. Pour l'édition française aussi, une telle croissance est inédite depuis 2009. »

    A voir dans le même article, l’entretien video avec Michèle Petit, anthropologue spécialiste de la lecture, pour qui « le livre est un repère en période troublée : il permet de trouver du sens. La lecture aiderait à surmonter les épisodes douloureux et les moments de rupture. »

    michèle patir,la librairie classique

     

  • Petite revue de presse de la vie du livre

    Des livres édités, mais pas tous lus

    En 25 ans, deux fois plus de livres sont publiés nombre d’entre eux ne sont même pas lus. Un extrait l’article de BFM TV : « Ce n'est donc pas parce qu'on publie deux fois plus de livres qu'on lit deux fois plus. Le doublement des titres sur les 25 dernières années a été compensé par une division par deux des tirages et des ventes, aujourd'hui tombés à des niveaux très faibles. Ainsi, un livre est édité désormais à moins de 6.000 exemplaires en moyenne, et se vend à 4.000 exemplaires à peine, selon le SNE. »

    Interrogés, Jean-Hubert Gailliot et Sylvie Martigny, à la tête de la petite maison d'édition Tristram précisent : "Il y a énormément de livres qui se vendent à moins de 500 exemplaires, tous éditeurs confondus, de Gallimard à Grasset en passant par P.O.L. Et dans ces livres-là, beaucoup ne dépassent pas les 250 exemplaires vendus. En fait, ce n'est pas rare qu'un livre se vende à moins de 100 exemplaires". Des chiffres si faibles que "Certains jeunes auteurs ne croient pas les résultats des ventes, pensant que l'éditeur truque les chiffres pour ne pas payer les droits", rajoutent-ils. »

    o7DUIho.jpg

    Un magasin Cultura en centre-ville

    La ville de Brive est déjà connue pour son salon du livre dans quelques semaines on parlera aussi de l’ouverture en Centre ville d’un magasin de la chaîne Cultura. Une grande première comme l’explique le site de France Bleu : « Le magasin Cultura, en centre-ville de Brive, ouvrira en avril ». Détails : « Ce sera la première librairie Cultura de France à être implantée dans un centre-ville, alors que l'entreprise a pour habitude d'ouvrir des magasins en périphérie. Elle possède d'ailleurs déjà une enseigne dans la zone industrielle du Mazaud, à Brive, depuis 2001. Jean-Luc Treutenaere, le directeur des relations extérieures de Cultura, justifie cette décision. « Brive a vécu un traumatisme avec la fermeture des Trois Epis. On a été plus ou moins sollicité pour reprendre cet espace [...] L'ancien propriétaire a prouvé qu'une enseigne de centre-ville et de périphérie pouvaient coexister » avant que le groupe Chapitre fasse faillite. Alors, quand même, pour ne pas trop se faire concurrence, Cultura a sélectionné ses produits pour le magasin du centre-ville. Il y aura 45.000 références pour commencer, purement axées sur la librairie, les beaux arts, la papeterie et la jeunesse. Il n'y aura pas de CD ni de gaming ou de DVD. » Les nouveaux propriétaires annoncent que l’établissement « accueillera des conférences, des rencontres et des dédicaces avec des auteurs dans une salle dédiée au sein de la librairie. ».

    Livre papier ou ebooks, nouveau round

    Pas facile de changer ses habitudes de lectures et la technologie a beau se mettre au service de la littérature, il semble que les lecteurs continuent à privilégier le livre imprimer. C’est en tout cas ce que confirme une étude publiée par le site Archimag qui révèle que « 83 % des personnes interrogées déclarent préférer le livre papier à l'ebook et 70 % liront entre 5 et 15 livres en 2016 ». Quel que soit le support la lecture reste quand même gagnante.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu