Avertir le modérateur

andré frère

  • "C’que c’est beau la photographie"

    Le livre photo a une place toute particulière dans l’édition, plus proche du domaine artistique et artisanal que de la grande diffusion, même si le succès colossal de Yan Arthus Bertrand pourrait démontrer le contraire.

    Le site spécialisé Photographie.com publie le compte-rendu de deux tables rondes organisées début juillet 2013 à l’occasion de la semaine professionnelle des Rencontres d'Arles, sur le thème «  Les nouveaux cadres de l’édition ».  Celles-ci traitaient plus particulièrement de la photographie et réunissaient Benoit Rivero, responsable photo chez Actes Sud, directeur adjoint de la collection Photo-poche, Lou Mollgaard responsable des relations publiques chez Taschen un très grand éditeur photo, André Frère éditeur, Vincent Marcihacy, fondateur d'Aman Iman Publishing, Eric Higgins, fondateur des éditions Chez Higgins) et Grégoire Eloy (photographe).

    La journaliste Roxana Traista expose le cadre du débat: « Baisse des ventes en librairie, surproduction, diminution de la durée de vie des livres sur les rayons, paupérisation du réseau de libraires, les problèmes du secteur de l'édition photo sont connus. Comme le souligne Benoît Rivero, la production de livres a augmenté de 750% par rapport à 1975. Cette abondance éditoriale traduit l'engouement actuel pour la photographie et pour le métier de photographe, et soulève la question d'un nouveau schéma en matière de communication et de diffusion. Dans ce contexte en mutation, "ce qui n'a pas changé, c'est la notion d'accompagnement et de complicité entre un photographe et son éditeur," affirme-t-il. "Si on relit l'histoire du livre photo, on voit bien que cette relation humaine entre le créateur et le diffuseur, ainsi que la dimension pratique et professionnelle de l'accompagnement, sont invariables. " »

    L’auto-édition est au centre de la discussion et Benoît Rivero explique "Dans la relation auteur - éditeur, il y a un dialogue qui est fondé sur l'expérience de l'éditeur. Les ouvrages auto-édités comprennent parfois beaucoup d'erreurs, parce qu'il n'y a pas eu de conseil pour l'éditing, pour la maquette, pour les associations d'images, pour le format et pour mille autres choses." Une position que partage Eric Higgins  "Le numérique simplifie la vie mais ne résout pas tous les problèmes, (...)"   

    L’édition est une chose mais le livre n’existe que s’il est diffusé et, dès lors, l’importance des libraires est déterminante. André Frère souligne que les "librairies des musées et des lieux culturels fonctionnent de mieux en mieux. Notre collaborateur IDEA books (diffuseur spécialisé dans les librairie des institutions culturelles) place de plus en plus de livres chaque année, contrairement aux diffuseurs classiques." De son côté, Taschen adopte une stratégie offensive avec un site web en plusieurs langues, onze boutiques en Europe et aux Etats-Unis et une présence accrue dans des concept stores.

    Grégoire Eloy conclut : "La photo est une expérience qui passe par les hommes et pas juste par des grands ordinateurs. Il est important de confronter son propre regard à des personnes extérieures, que ce soient des galeristes, des éditeurs, des graphistes, des imprimeurs, etc, même si on finit par faire de l'auto-édition."

    Débats très intéressants à lire dans leur intégralité sur Photographie.com :

    Partie 1

    Partie 2

    Voir la mer.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu