Avertir le modérateur

albert camus

  • Insécurité routière et littérature

    La littérature verse un lourd tribut aux accidents de la route. En ce début d’année on apprenait que l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens avait trouvé la mort à 73 ans, dans un accident de la route à Marie-Galante, en Guadeloupe. Editeur et directeur de collection chez Flammarion et Hachette, il avait fondé en 1983, sa propre maison d'édition, P.O.L. Télérama écrit à son propos : « Les éditions P.O.L, laboratoire de la littérature française contemporaine dans ce qu'elle a de plus neuf et original ? Certes. Mais, loin de demeurer marginaux ou invisibles, les auteurs de chez P.O.L – ils s'appellent notamment Emmanuel Carrère, Mathieu Lindon, Marie Darrieussecq, Nicolas Fargues, Jean Rolin, Atiq Rahimi, Patrick Lapeyre...– accumulent aujourd'hui les succès de librairie et les prix littéraires. » Paul Otchakovsky-Laurens est également le réalisateur du film « Editeur » dans lequel il évoque son métier.

    Autre accident récent, celui qui a coûté la vie en août 2017 en Normandie, près de Pont-L'Évêque à Gonzague Saint-Bris passager d’une voiture conduite par sa compagne. Celle-ci a été mise en cause et a comparu début janvier 2018 devant le tribunal correctionnel de Lisieux pour homicide involontaire. Fils d’éditeur, écrivain, il était l’auteur de plus de 50 ouvrages, son dernier livre « Les aristocrates rebelles » (Les Arènes) est paru après sa mort.

    On se souvient également de l’accident de Roland Barthes en 1980, percuté par un véhicule rue des Ecoles à Paris alors qu’il sortait de la brasserie Le Balzar et se dirigeait vers le Collège de France où il professait. Il avait 64 ans. En 2015, cet accident suscitera le roman de Laurent Binet « La septième fonction du langage » (Grasset), dans lequel il imagine que l’écrivain a été assassiné. Une œuvre de pure fiction mais qualifiée par Le Point de « roman le plus drôle et le plus savant de la rentrée littéraire ».

    Emmanuel Carrère, Mathieu Lindon, Marie Darrieussecq, Nicolas Fargues, Jean Rolin, Atiq Rahimi, Patrick Lapeyre, Paul Otchakovsky-Laurens, Gonzague Saint-Bris, Roland Barthes, Albert Camus, Myriam Lebret, Bernard de Fallois, Marcel Pagnol, Robert Merle, Raymond Aron, Jacqueline de Romilly, Fernand Braudel, Joël Dicker

    Photo L'Yonne républicaine.

    Plus loin encore, le décès d’Albert Camus prix Nobel de littérature 1957, le 4 janvier 1960, dans un accident où il se trouvait en compagnie de son éditeur Michel Gallimard qui lui, éjecté de la Vega Facel, succombera à ses blessures. Comme l’écrit Myriam Lebret dans L’Yonne républicaine : « On retrouve dans la voiture, après l'accident, le manuscrit inachevé du Premier homme. Ainsi qu'un billet de train. »

    Mais il ne faut pas tirer de généralités de ces exemples, la route n’est pas la seule cause de décès des écrivains et des éditeurs. Dans le même temps on apprenait la disparition de Bernard de Fallois, 91 ans, président et fondateur en 1987 des Editions de Fallois, dont Le Monde nous apprend qu’il a publié « Plus de 800 romans français et étrangers, essais, ouvrages philosophiques, études historiques. » Dans son catalogue d’auteurs on peut citer Marcel Pagnol, Robert Merle, Raymond Aron, Jacqueline de Romilly, Fernand Braudel, et Joël Dicker, dont le roman « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert », a été un best-seller mondial.

  • Bibliothèques en mouvements

    Les bibliothèques sont des lieux de vie très importants pour les livres. Généralistes ou spécialisées elles font parler d’elles, en France et en Turquie.

    Les bibliothèques service public

    La date de remise du rapport d’Eric Orsenna et Noël Corbin, inspecteur général des affaires culturelles « Voyage au pays des bibliothèques - Lire aujourd'hui, lire demain », prévue pour le 20 décembre est reportée à une date ultérieure qui sera précisée par le Ministère de la Culture. Actualitté écrivait à ce sujet avant cette annonce : « Au Sénat, à l'occasion des discussions sur le budget de la Culture, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a déjà pu annoncer un objectif ambitieux : celui « d'accompagner environ 200 bibliothèques dans une transformation en maisons de service public, soit 2 par département ». Et cette transformation suppose l'extension des horaires d'ouverture des établissements. Rappelons que le gouvernement a d'ores et déjà annoncé une hausse de la Dotation Générale de Décentralisation, qui peut être utilisée par les collectivités pour subvenir aux dépenses de fonctionnement liées à l'ouverture des bibliothèques. D'une enveloppe de 80,4 millions € à l'origine, elle a été augmentée de 8 millions € par arbitrage présidentiel. »

    La bibliothèque des femmes ne déménage plus

    La Mairie de Paris qui voulait faire déménager la bibliothèque Marguerite-Durand, spécialisée dans l'histoire des femmes et du féminisme, y a finalement renoncé devant la forte mobilisation d’un collectif « Sauvons la BMD » et du personnel. Elle restera donc dans ces locaux actuels en attendant une autre solution et des moyens pour pouvoir mieux fonctionner.

    La Turquie détruit des livres

    Le magazine Les Inrocks nous apprend que le pouvoir Turc à fait retirer 139 141 ouvrages des 1 142 bibliothèques du pays. Tous ces livres sont « accusés de faire de près ou de loin la "propagande" de Fethullah Gülen », opposant du président Recep Tayyip Erdogan qui l’accuse d’avoir fomenté en 2016 la tentative de coup d’Etat contre lui. Les Inrocks racontent que les titres visés font l’objet d’une « enquête » mais : « les livres incriminés dépassent largement le cas de Gülen : des ouvrages de Spinoza, d'Albert Camus ou encore de Louis Althusser ont été accusés de faire la propagande du terrorisme et interdits dans la foulée, selon la Deutsche Welle. Camus, écrivain et philosophe français, est notamment accusé par le pouvoir turc d'avoir fait partie d'une "organisation terroriste". »

    Best-sellers et choix des bibliothécaires

    Enfin, à lire sur le site Revue Critique de fixxion française contemporaine, une très intéressante et dense contribution de Cécile Rabot (Université Paris-Nanterre), qui analyse le statut et la place des best-sellers dans les prêts des bibliothèques. Elle écrit : « Amenées à juger la production éditoriale pour décider de leurs acquisitions et à mettre en avant certains ouvrages et certains auteurs à travers leurs actions de valorisation et d’animation, les bibliothèques de lecture publique font partie de l’institution littéraire, qui, comme l’a analysé Jacques Dubois, participe à constituer, renforcer ou perpétuer la valeur des œuvres et des écrivains. »

    Revue Critique de fixxion française contemporaine, Cécile Rabot, Spinoza, bibliothèque Marguerite-Durand, Françoise Nyssen, Eric Orsenna, Noël Corbin, Fethullah Gülen, Recep Tayyip Erdogan, Albert Camus,

  • Le foot au pied de la lettre

    Grand événement footballistique l’Euro 2016 est présent sur tous les médias et même dans les librairies. Si on s’intéresse au foot et aux livres, les journaux nous donnent quelques conseils de lecture.

    Le journal féminin Elle propose une sélection de onze titres qui va de « Comment regarder un match de foot ? » (Solar) à « Parlons foot » de Michel Platini (Hugo Doc), en passant par « Le système Benzema » (Mazarine), « Maradona, ma vérité » (Hugo sport), et « La face cachée des bleus », sous titré « Dans les coulisses de l’équipe de France » (Mazarine).

    De son côté RTL écrit : « L'Euro commence le 10 juin, mais il se dispute aussi en librairie. Pas moins de 150 livres consacrés au foot viennent de paraître. » Parmi eux la radio en sélectionne quatre : « Football de légende » un hors-série de la revue Desports dans lequel 30 écrivains brossent le portrait de 30 joueurs d'exception, « La Littérature marque des buts » anthologie réunissant des textes de Nabokov, Céline, San Antonio, Salman Rushdie, Albert Camus (Folio), « Le Mercato d'hiver » un polar de l'écossais Philipp Kerr (Le Masque), « Rien à foot » réédition d’un livre paru en 1998 avec des dessins du regretté Cabu accompagnés des aphorismes caustiques de Jean-Loup Chiflet (Chiflet et Cie).

    Le site spécialisé Actualitté nous apprend (abonnés) que : « La revue numérique Délibéré lance, durant toute la durée de l'Euro de football, une chronique dans laquelle des écrivains commentent les matchs de la compétition. Dans la lignée de la chronique "Footbologies" que tenait toute la saison 2015-2016 l'universitaire Sébastien Rutés, la revue culturelle numérique Délibéré établit un pont entre football et littérature à l'occasion de l'Euro 2016. "Le temps de la compétition, durant un mois, le sport devient prétexte à littérature et la chronique de match se transforme en exercice de style" »

    Avec la participation des écrivains « John King pour l’Angleterre, Víctor del Árbol pour l’Espagne, Sam Millar pour l’Irlande… Pour la France : Jean-Bernard Pouy, Hubert Artus, Thomas B. Reverdy, Bernard Chambaz et de nombreux autres jusqu’à la finale du 10 juillet. »

    Enfin on citera le livre de Guy Carlier « Qui veut tuer Mathieu Valbuena ? » (Cherche midi) qui n’a pas plu au magazine So Foot et au sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps qui a déclaré à son propos : « Je n'ai pas vraiment compris le projet initial de Guy Carlier. C'est vrai que Mathieu a vécu une saison difficile, sportivement et personnellement, qui l'a éloigné de l'équipe de France. Mais en football, rien n'est définitif. En revanche, pour moi, ce livre a été difficile à lire et m'a définitivement éloigné de la littérature. »

    histoire-de-la-coupe-d-europe-de-l-uefa-9782849333631_0.jpg

    Photo : Couverture de « L'histoire du championnat d'Europe de football de l'UEFA - Euro 2016 France » de Liam McCann (éditions Contre-dires).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu