Avertir le modérateur

alain bentolila

  • La lecture et son apprentissage

    La Machine à lire (mieux et plus)

    Connaissez-vous les « peu lecteurs » ? Une catégorie définie par le linguiste Alain Bentolila et que l’on découvre dans l’article consacré par 20 minutes à la « Machine à lire ». Une méthode d’apprentissage de la lecture expérimentée au Havre et qui va être étendue à toutes les écoles. Selon le quotidien « la méthode consiste à faire lire des enfants d'âges variés sur des tablettes numériques, avec lesquelles ils peuvent alterner les phases d'écoute et de lecture d'un texte. L'objectif est que les phases audio soient progressivement réduites et les phases de lecture de plus en plus allongées, afin que les enfants puissent « tenir la distance » et lire de plus en plus longtemps. » Présentée à la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, celle-ci a déclaré à propos de cette innovation : « Quand on voit le nombre d'élèves qui rentrent au collège et qui en sortent sans maîtriser les fondamentaux de la lecture et de l'écriture, soit globalement un élève sur cinq, et le nombre d'adultes qui ne maîtrisent pas suffisamment les mots de la langue française pour pouvoir s'exprimer, on se dit qu'il faut consacrer toute notre énergie à cette priorité-là. »

    La lecture pour se faire plaisir

    Connaissez-vous la bibliothérapie ? Europe 1 a consacré une chronique de l’émission le Grand direct de la santé au bien être que peut apporter la lecture. Martine Perez, médecin généraliste, a expliqué à l’antenne que « Des enquêtes britanniques menées à ce sujet ont conclu que les Anglais qui lisent plus de deux heures par semaine sont "20% moins dépressifs" que ceux qui ne lisent pas. La lecture et la découverte de nouveaux horizons permet de s'évader, ainsi que de se projeter dans le temps et l'espace. Il serait même question de prescrire la lecture sur ordonnance de l'autre côté de la Manche. »

    Littérature et réalité

    Apprendre, lire pour ne pas déprimer, Télérama rajoute une autre qualité à la lecture, celle de permettre d’affronter la dureté du réel. Le magazine cite la professeure de littérature Hélène Merlin-Kajman qui vient de publier Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature ( Gallimard, coll. NRF essais) : « Outre la jouissance esthétique, le texte littéraire véhicule des émotions, des affects, et c'est là une dimension de la lecture que les « lecteurs professionnels », enseignants, critiques, chercheurs, ne prennent plus en compte, mettant en péril le précieux « partage transitionnel » de la lecture. »

    Elle explique « j'ai essayé de trouver des ponts pour expliquer quand même aux élèves comment la littérature nous parle aussi du monde réel, malgré ce filtre, ou même grâce à lui. On peut rapatrier le monde réel dans la lecture littéraire – et cela offre la possibilité de regarder ce monde réel autrement, de biais. Et c'est partant de cela que j'essayais de les intéresser aussi à la forme, à la façon dont c'était écrit.

    Video :  le grand lecteur Umberto Eco dans sa bibliothèque ( Document La Grande Librairie ).

    U. Eco.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu