Avertir le modérateur

actissia

  • France Loisirs continue

    Les livres ont plusieurs vies. Ce blog a déjà évoqué les rééditions au format de poche ou les filières du livre d’occasion qui proposent une redécouverte du travail des auteurs et de l’éditeur à des prix plus accessibles pour les lecteurs. C’est également le cas des clubs du livre.

    Une récente actualité a attiré l’attention des médias sur l'un des plus connus, France Loisirs. Fondé en 1970, par l’éditeur allemand Bertelsmann et l’éditeur français Presses de la Cité, France Loisirs propose à ses adhérents une sélection trimestrielle de titres récents ou issus du fonds de littérature générale. Ce catalogue est également disponible sur Internet. On peut y constater la variété des genres diffusés, du roman à la bande dessinée (Petit Nicolas, Astérix), en passant par le livre documentaire.

    Les ouvrages bénéficient d’un conditionnement différent des titres que l’on trouve en librairie, avec une couverture originale et un mode de fabrication qui accentue le côté collection. Les livres, abonnement minimum de 5 titres par an, sont envoyés par courrier à domicile.

    France loisirs est aussi un réseau de 200 boutiques à travers la France où l’on peut retirer une commande, mais aussi trouver des romans en avant-première, et participer à des signatures comme ce fut le cas à Caen fin novembre avec l’écrivain Michel Bussi. Le club annonce des livres édité par France Loisirs qui « sont en moyenne 25% moins chers que le prix public. »

    En 2015, le groupe luxembourgeois ITS (International Technology Solutions) se portait acquéreur du groupe français Actissia, diffuseur de produits culturels dont les marques les plus connues sont France Loisirs, Chapitre.com ou encore Le Grand Livre du Mois, un autre club du livre. Au total Actissia revendique plus de 2 millions de clients. A l’époque Adrian Diaconu, président d’ITS, déclarait vouloir « faire briller à nouveau l’enseigne France Loisirs qui, durant 45 ans, a contribué au rayonnement culturel en France et dans les communautés de langue française. »

    Une ambition un peu contrariée puisque deux ans après on apprenait, début décembre 2017, l’ouverture d’« une procédure de redressement judiciaire en vue de la présentation par le dirigeant d’un plan de continuation ». Le sursis accordé par le tribunal de commerce de Paris, devrait permettre à France Loisirs de poursuivre ses activités .

    France Loisirs.png

  • La voix aux "Chapitre"

    Le point commun entre les villes de Brive, Lyon, Grenoble, Cannes, Colmar, c’est qu’elles vont voir leur librairie Chapitre fermer.

    Le groupe Actissia, groupe de distribution « multicanal » spécialisé dans la culture, les loisirs, et « créateur de lien » a décidé de fermer 12 de ses 57 librairies de sa division Actissia Retail.

    Le groupe qui possède aussi le Club France Loisirs et le Grand Livre du Mois, présente ainsi ses librairies « une vingtaine figurent dans les plus grandes librairies générales de France et bénéficient d'une forte notoriété grâce à leur image de qualité et leur ancienneté. Les libraires qui les animent mettent tout en œuvre pour conseiller et faire partager leurs coups de cœur. Ils proposent également aux clients de commander sur internet et de retirer leurs livres en librairies. »

    Une implantation dans les centres villes et une proximité qui ne pouvait que toucher la clientèle pour qui ces lieux représentent « Bien plus qu’une librairie » comme le revendique le slogan de la marque.

    Les clients se mobilisent. A Grenoble, une pétition adressée au Président de la République, dans laquelle on apprend au passage que la chaîne appartient à un fonds d’investissement américain, a recueilli plus de 19 000 signatures. Un Harlem Shake a réuni devant la librairie Arthaud, bicentenaire, une centaine de clients (photo). Michel Destot, le maire de la ville était présent.  

    A Toulouse, où l’enseigne est connue depuis des années sous le nom de Privat, c’est le maire Pierre Cohen qui est venu à la rencontre des responsables « pour apporter mon soutien au personnel de la librairie et lui faire part de la volonté de la mairie de les aider dans un éventuel projet de reprise ». La Dépêche du midi qui rend compte de cette mobilisation donne la parole à d’anciens salariés qui évoquent le passé de cette librairie familiale créée en 1903 et l’un d’eux, Georges Brielle, constate « Vous savez, la mort d’une librairie signe la fin des idées. »

    Cette inquiétude touche aussi et surtout les salariés puisque ces fermetures entraîneraient 271 suppressions d’emplois sur 1200. Le 3 mai 2013, un comité d’entreprise du groupe devrait donner les détails du plan social envisagé.

    En attendant, les maires de Toulouse et de Grenoble ont été reçus par Jorg Hagen, PDG d’Actissia, et devraient évoquer la situation de leurs librairies avec Aurélie Filippetti, ministre de la Culture.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu