Avertir le modérateur

actes sud

  • Galeries d’art et édition

    Antoine Gallimard, Jacques Glénat, Robert Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson, André François, Savignac, Actes Sud, Photo Poche, La Croix, Patti Smith, Livres HebdoRobert DelpireFin septembre disparaissait Robert Delpire, 91 ans, éditeur, directeur artistique, et créateur de la collection Photo Poche (qui continue à être publiée par Actes Sud). Fondateur du Centre national de la photographie il fut aussi un éditeur qui exposa dans sa galerie au cœur de St Germain des prés à Paris, les œuvres de photographes, Robert Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson mais également de dessinateurs, André François, Savignac. Le quotidien La Croix écrivait à son propos : « Directeur artistique de la revue L’Œil à ses débuts, fondateur d’une agence de publicité, producteur de films, Robert Delpire fut enfin le commissaire de plus de 150 expositions photographiques qui ont circulé dans le monde entier. En 2017, ses textes sur la photographie ont été rassemblés et publiés sous le titre « C’est de voir qu’il s’agit » aux éditions Robert Delpire. »

    Autre éditeur, autre domaine, la bande dessinée. En 2009, Jacques Glénat, a racheté et rénové à grand frais le couvent Sainte-Cécile à Grenoble, des bâtiments historiques du XVIIème siècle. Il en fera son siège social mais aussi un lieu d’expositions. Grand amateur d’art, c’est en 2013 qu’il ouvre à Paris une galerie pour présenter le travail de ses auteurs. Situé sur le Carreau du Temple au centre de la Capitale, l’espace accueille les planches originales d’albums édités par Glénat, mais également des travaux plus personnels des dessinateurs. A signaler que la galerie ouvre en janvier et pendant quelques jours une antenne à Angoulême lors d’un festival de la bande dessinée.

     Le site de la Galerie Glénat.

    Antoine Gallimard, Jacques Glénat, Robert Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson, André François, Savignac, Actes Sud, Photo Poche, La Croix, Livres HebdoRobert Delpire

    Le 11 novembre 2017, ce sera au tour des éditions Gallimard d’ouvrir les portes de leur galerie au 30-32 rue de l'Université 75007 Paris. Selon Livres Hebdo qui annonce l’événement la première exposition "Autour de Patti Smith : Rimbaud, Genet, Camus, etc." sera consacrée, du 11 au 18 novembre, à l'artiste à l'occasion de la parution le 26 octobre de l'édition intégrale illustrée de Just Kids. On pourra y voir une sélection de pièces originales inédites, issues des Archives historiques de l'éditeur, mises en lien avec l'univers de la chanteuse. Livres Hebdo conclut ainsi son article : « Fruit d'un projet porté depuis plusieurs mois par Antoine Gallimard, la Galerie Gallimard s'inscrit dans une longue tradition de dialogue entre l'art et la littérature au sein de la maison. En 1931, Gaston Gallimard avait créé la Galerie de la NRF, qui s'est maintenue durant trois ans, avant de lancer dans l'après-guerre la Galerie de la Pléiade, dont les portes se sont définitivement fermées en 1951. »

  • Une éditrice ministre de la Culture

    Pour la première fois depuis longtemps le ministère de la Culture a été attribué à une professionnelle du secteur en l’occurrence François Nyssen, directrice des éditions Actes Sud.

    Petite revue de presse :

    La Provence, « Interview Françoise Nyssen : "Le rapport éducation-culture m'importe énormément"

     […] « Aviez-vous imaginé être ministre un jour ?
    F.N. :
    Jamais ! Surtout pas. Mais on ne dit pas non quand on vous appelle. J'ai un profond respect de la République, on a une responsabilité, donc on y va.

    Quelle ministre de la Culture voulez-vous être ?
    F.N. :
    Quand on est éditeur, on est très préoccupé par la diffusion. La culture, on doit l'accompagner dans sa création et dans sa diffusion aussi. C'est une possibilité de lien social à recréer avec les gens, en général.

    De quelle culture serez-vous la ministre ?
    F.N. :
    La culture nourrit tout, c'est la relation à la beauté, à l'environnement des idées, elle embellit notre vie. C'est important de la faire partager, on ne doit plus être dans l'entre-soi. »[…]

    Le Figaro, « Françoise Nyssen, une éditrice sur tous les fronts »

    […] « C'est une enfant plutôt secrète qui peuple sa solitude en dévorant des romans. Malgré ce goût précoce pour la lecture, elle choisit de faire des études de sciences, parce que cette discipline lui paraît plus simple que la littérature. (…) En 1978, elle emménage à Paris où elle travaille au ministère de la Culture, à la direction de l'architecture. Mais très vite, elle rejoint son père Hubert Nyssen pour l'aider dans son projet de maison d'édition. C'est là qu'elle rencontre son second mari Jean-Paul Capitani qui entre aussi dans l'aventure d'Actes Sud. La maison d'édition, qui ouvrira des bureaux à Paris mais dont le siège social reste à Arles, agrège autour d'elle un espace culturel, un cinéma, une librairie et une salle de concert, qui attire des artistes de toutes les disciplines. » […]

    Slate, « Chère Françoise Nyssen, je vous adore, mais... »

    […] « Enfin, et surtout, si à première vue, elle parait ô combien légitime au poste de ministre de la Culture, on en est pas moins face à un vrai problème de conflit d'intérêts. Comme me l'a soufflé un confrère, «c'est comme si  Hulot avait des actions EDF». En effet, comme le stipule le Comité des ministres du Conseil européen aux États membres, «un conflit d’intérêts naît d’une situation dans laquelle un agent public a un intérêt personnel de nature à influer ou paraître influer sur l’exercice impartial et objectif de ses fonctions officielles». Or, les décisions que devra prendre Françoise Nyssen ne vont pas concerner que le cinéma, les intermittents ou les droits d'auteur. La politique culturelle concerne aussi le livre et les choix qu'elle fera auront nécessairement un effet direct sur les finances et l'activité d'Actes Sud, ainsi que sur les librairies et les maisons d'éditions placées sous pavillon Actes Sud. Si on ne peut soupçonner Françoise Nyssen d'âpreté au gain ou de népotisme, le problème mérite d'être soulevé. »[…]

    Bonus, un entretien accordé à Télérama en 2015.

    F Nyssen.png

    Photo : Capture d’écran vidéo MProvence TV.

  • Un nouveau gouvernement très littéraire

    Et si l'amour du livre et de l'écriture était le fil rouge de la composition du premier gouvernement d’Emmanuel Macron ? On connaît son goût pour la littérature (blog du 11 mai 2017) mais son équipe gouvernementale comporte quelques écrivains et une éditrice de renom.

    On commencera par le premier ministre Edouard Philippe dont on a appris après sa nomination qu’il était l’auteur, avec Gilles Boyer, de deux livres « L'Heure de vérité » (Flammarion, 2007), et « Dans l'ombre » (Lattès, 2011, collection Romans contemporains). Un thriller politique qui raconte une élection présidentielle minée par les trucages et les trahisons, à l'issue de laquelle le Premier ministre qui allait être nommé se révèle in extremis être un criminel » (source Wikipedia). Le Monde le cite « J’écris des livres ; je l’assume ; c’est mon plaisir. » Edouard Philippe, en tant que maire du Havre est le créateur du festival littéraire « Le Goût des autres » qui en est à sa 6ème édition.

    lgda2017-bandeaufb.jpg

    François Bayrou, ministre de la Justice, s’est lui aussi illustré dans ce domaine. Homme politique, trois fois ministre de l’Education nationale, il a écrit plus d’une quinzaine d’ouvrages dont quelques-uns consacrés à l’histoire ; « Henri IV, le Roi libre » (Flammarion, 1994), « Henri IV raconté par François Bayrou » (Perrin jeunesse, 1998), et « Ils portaient l'écharpe blanche » qui raconte la saga des Protestants, des Guerres de religion à la Révolution (Grasset, 1998). Particularité il est aussi un personnage de fiction dans le roman de Michel Houellebecq « Soumission » (Flammarion, 2015) dans lequel il est nommé par l’écrivain… Premier ministre (en 2022).

    Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a lui aussi publié quelques livres. Normalien, agrégé de lettres modernes celui dont Le Figaro dit qu’il a « la plume élégante et allègre » est l’auteur de plusieurs livres politiques mais également de « Musique absolue. Une répétition avec Carlos Kleiber » (Gallimard, 2012), un premier roman qui lui vaudra les éloges du milieu littéraire et sera couronné de plusieurs prix.

    Enfin, le poste très exposé de ministre de la Culture a été confié à Françoise Nyssen, directrice des éditions Actes Sud fondées en 1978 par son père Hubert Nyssen. En novembre 2016 France Culture lui consacrait une série d’émissions titrée « Actes sud ou l’histoire d’un engagement ». D’un engagement à l’autre, mais toujours avec une grande idée de la culture.

    Françoise-Nyssen-Actes-Sud-550x363.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu