Avertir le modérateur

actes sud

  • Ces livres qui expliquent la politique… aux enfants

    On connaît déjà les livres politiques publiés pour accompagner une campagne électorale, on connaît moins les livres destinés à la jeunesse et qui permettent de comprendre le fonctionnement de nos institutions et celui du monde politique.

    328694.jpgLe quotidien 20 minutes s’interroge « Présidentielle: Pourquoi les livres politiques pour les enfants s’arrachent en librairie », et nous donne l’occasion de découvrir de très nombreux titres, dont certains comme « La démocratie en BD » de Nathalie Loiseau et Aki (Casterman), qui s’est écoulé à presque 8 500 exemplaires depuis sa parution en janvier 2017, ou « Les présidents de la République » de Jean-Christophe Mazurie et Vincent Cuvellier (Actes Sud), vendu à 4 000 exemplaires.

    Le journal cite d’autres titres « Léa veut voter » de Nathalie Dargent, et Yannick Thomé (Milan), « Les valeurs de la République expliquées aux enfants » ouvrage collectif (Play Bac), ou « C’est quoi la politique » du dessinateur Jacques Azam (Milan).

    Des albums qui atteignent des scores de vente honorables pour l’édition grâce notamment à leur mise en valeur par les libraires, comme l’explique l’article de 20 minutes, et qui ont le mérite d’inculquer aux enfants (et à leurs parents ?) les bases et les valeurs de notre système démocratique.

    Parmi les candidats à l’élection présidentielle seul, semble-t’il, Jean-Luc Mélenchon aura proposé une adaptation en BD de son programme L’Avenir en Commun ?”, réalisée par Méla Ka, Reno Pixellu et Olivier Tonneau. Les 40 planches de ce récit sont diffusées sur le site officiel du candidat mais n’ont pas été réunies en album par un éditeur.

    2be2fa601cbdd5b1c202c7af150c20.jpgPour compléter la liste on peut également citer le livre de Denis Langlois paru en 1983, « La politique expliquée aux enfants », illustré par Plantu, et édité en italien, espagnol, coréen, mais depuis introuvable dans sa version française. Son auteur, profitant de cette année électorale a décidé de le mettre à jour et de créer un site où il est désormais accessible gratuitement : la-politique-expliquee-aux-enfants.fr. Cette initiative fait aussi l’objet d’une campagne de financement participatif sur Ulule pour rééditer le livre en version papier.

  • Magyd Cherfi le gaulois

    MagydCherfi.pngA la mi-octobre, le Parisien magazine publiait en couverture une photo de Magyd Cherfi posant en compagnie Laurent Ruquier. C'était à l’occasion de la remise du Prix du Parisien Magazine, une distinction décernée par un jury de neufs libraires, et dont l’animateur télé est le parrain depuis 2014.

    Le magazine présentait ainsi l’auteur : « Vous connaissez sa gueule, sa gouaille et ses chansons. Mais Magyd Cherfi, la voix de Zebda, groupe culte des années 1990, est aussi écrivain. Dans "Ma part de Gaulois" (30 000 exemplaires écoulés chez Actes Sud depuis août), il raconte à la fois un pan de notre histoire nationale et sa jeunesse. Lui, le gosse de la banlieue toulousaine, né en France en 1962 de parents algériens. »

    Dans l’interview qui accompagne cette annonce du prix, il évoque ses premiers recueils, "Livret de famille" (2004) et "La Trempe" (2007) et justifie ce thème autobiographique récurent : « Je ne sais que m’écrire. Je serais incapable de traiter de thèmes qui m’échappent, inventer des personnages d’autres horizons. Ado, je me rêvais cinéaste, à la manière des réalisateurs italiens des années 1970, inventeurs d’histoires familiales qui étaient aussi des chroniques d’une époque. C’est peut-être un peu ce que je fais en écrivant une saga sur l’immigration. L’inconscient collectif a installé un Français moyen avec des « coordonnées » précises, une couleur, un prénom – Paul, Pierre, François. Peau mate et cheveux bruns, les Maghrébins ont peut-être des droits et des papiers français, mais au regard de ce “Français type”, ils ne le sont pas. »

    A la question « Comment est né votre amour des mots, des livres ? » il répond : « Par un long cheminement. Madame Bovary, de Gustave Flaubert, a été une découverte folle. C’était pour moi la France dans toute sa splendeur : le style, la langue, la description de la campagne, la bourgeoisie, le romantisme, l’ennui même. Il y a eu, aussi, Une vie (Guy de Maupassant). J’ai eu l’impression d’épouser le destin français en lisant ces livres. Je suis une caricature, non ? Autre caricature, je suis tombé amoureux de ma prof de français (rires). J’avais 15 ans. Elle, 30. Elle n’était pas spécialement belle, démodée au possible, mais tellement prof de français ! » « Quel chemin parcouru en trente ans, jusqu’à Actes Sud ! », souligne-t’il.

    Un chemin qui risque de se prolonger encore, car outre son succès de librairie, le passage de son auteur le 29 octobre dans l’émission On n’est pas couché (France 2), « Ma part de Gaulois » figure dans la première sélection du prix Goncourt.

    9782330066529.jpg

  • Salman Rushdie à propos de son dernier livre

    Deux-ans-huit-mois-et-vingt-huit-nuits-de-Salman-Rushdie.jpgA l’occasion de la parution en France de son dernier livre "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" (Actes Sud) l’écrivain Salman Rushdie s’est exprimé dans de nombreux médias dont Les Inrocks et France Culture. Petit florilège :

    "J'essaie d'écrire de la fiction mais c'est le monde qui prévaut." France Culture

    " Normalement, j’ai besoin d’une forme, d’une structure à l’avance pour écrire, c’est la première fois que mon approche est aussi souple, que je m’autorise des expériences : des personnages disparaissent, d’autres changent, etc. J’ai adoré travailler comme ça. J’ai découvert une nouvelle façon d’écrire. " Les Inrocks.

    "Je n’aime pas les livres ou les textes qui m’expliquent ce que je dois faire." France Culture

    " Les gens ont commence à se méfier de la fiction, comme si elle était liée au mensonge, donc qu’on ne pouvait la « croire ». Cela m’inquiète, mais je crois que la littérature, comme n’importe quel domaine, a ses modes, et les modes changent. Et puis du moment que les gens lisent toujours des livres, c’est tout ce qui m’importe. Dans mon parcours personnel, mon livre précédent était tellement non fictionnel que j’ai eu envie d’écrire quelque chose de différent. " Les Inrocks.

    "Il faut se moquer de la religion, car la religion est absurde avant tout" France Culture

    " Qu’on me donne le droit d’être juste un écrivain. Je ne veux plus être « l’écrivain à la fatwa ». J’ai écrit « Joseph Anton » pour donner aux gens tout ce qu’ils voulaient savoir sur la façon dont j’ai vécu cette fatwa et en finir une bonne fois pour toutes. " Les Inrocks.

    Présentation du livre par France Culture : « Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits est un conte merveilleux qui interroge notre vie contemporaine à la lumière de l’histoire et de la mythologie. Échappés de leur univers aussi fabuleux qu’ennuyeux, des djinns viennent mêler leur immortalité fascinée à la finitude des hommes, et partager la folle aventure de leur active et permanente déraison.À la fois inspirée par une tradition narrative deux fois millénaire et enracinée dans les multiples préoccupations du temps présent, portée par une langue où l’épique le dispute au comique et la légende à la méditation philosophique et politique, une fiction fastueuse et envoûtante, d’une puissance narrative et imaginaire à couper le souffle. »

    L’intégralité de l’entretien dans Les Inrocks (article payant).

    L’intégralité de l’émission de France Culture.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu