Avertir le modérateur

éditions le pommier

  • Michel Serres philosophe universel

    "La philosophie ne sert à rien et sert à tout. Je crois que ce qui n’a aucune valeur et qui a toutes les valeurs, c’est ce qu’il y a de plus important. C’est précisément ça que cherche la philosophie, ce fameux couteau suisse qui sert à tout." Michel Serres (invité par France Culture).

    51BFq1zHb+L._SX334_BO1,204,203,200_.jpgLa disparition du philosophe Michel Serres à 88 ans, n’est pas passée inaperçue et « une pluie d’hommages » l’a accompagnée dans les médias. Les médias il les connaissait bien, souvent invité à parler de l’actualité ou de ses ouvrages, mais également pour avoir animé pendant 14 ans avec Michel Polacco une chronique régulière sur France Info « Le sens de l’info ». Autant de moments de curiosité et de sagesse que l’on peut encore réécouter sur le site de la radio.

    Michel Serres pratiquait une philosophie bien ancrée dans son époque comme en témoigne cette vidéo réalisée en 2013 par la librairie Sauramps lors de la publication de Petite Poucette (éditions Le Pommier). Citation : « Nos sociétés occidentales ont déjà vécu deux révolutions : le passage de l'oral à l'écrit, puis de l'écrit à l'imprimé. Comme chacune des précédentes, la troisième, - le passage aux nouvelles technologies - tout aussi majeure, s'accompagne de mutations politiques, sociales et cognitives. Ce sont des périodes de crises. Devant ces métamorphoses, suspendons notre jugement. Ni progrès, ni catastrophe, ni bien ni mal, c'est la réalité et il faut faire avec. Petite Poucette va devoir réinventer une manière de vivre ensemble, des institutions, une manière d'être et de connaître... mais il faut lui faire confiance ! » 

    Vidéo :

    Serres Sauramps.pngMichel Serres était aussi un écrivain prolifique qui a publié près de 70 ouvrages sur des thèmes traitant aussi bien des Cinq sens, Les Origines de la Géométrie, Variations sur le corps, ou de Darwin, Bonaparte et le Samaritain : une philosophie de l'histoire. En 2000, il publie Hergé mon ami, (éditions Moulinsart). A son propos il avoua au Figaro littéraire, « Mon livre a voulu lui rendre une partie des trésors qu’il m’a donnés: enchantement de l’enfance, rêves de jeunesse, méditations pendant l’âge mûr et cette belle amitié dont je crois que, comme son œuvre, elle n’aura pas de fin.»

    Ses deux derniers titres parus sont Défense et illustration de la langue française aujourd'hui, écrit avec avec Michel Polacco, 2018, et Morales espiègles (éditions Le Pommier) qu’il présentait en février 2019 dans l’émission La Grande Librairie de François Busnel.

  • Page ou écran, le débat

     « Lecture sur écran, lecture sur papier, quelles différences ? Quel impact sur l'intelligence et la culture ? » . Ces interrogations ouvraient déjà en 2013 le dossier Lecture sur écran publié par le site officiel Eduscol.

    Avec l’explosion des ventes de tablettes - 53,8 millions de tablettes écoulées dans le monde (source ZDNet) - ces questions restent d’actualité surtout si l’on ajoute les heures passées sur les écrans d’ordinateurs et à jouer devant les écrans de télévision.

    Le site Atlantico lui aussi se posait la question « Lire des histoires aux enfants sur une tablette : temps de lecture... ou temps d'écran ? » en précisant « Le débat fait rage au sein des pédiatres mais aussi chez les parents pour savoir si apprendre à lire des histoires sur des tablettes numériques doit être classé comme un temps de lecture ou comme un temps de consultation d'écran. » Interrogé par Atlantico le psychopédagogue Alain Sotto, spécialisé dans les stratégies d'apprentissage pour enfants et adultes, explique que « Si on parle de l’utilisation de la tablette pour l’apprentissage, c’est très positif. La première utilité, c’est qu’on a un cerveau qui est fait pour l’action plus que pour l’écoute passive, donc l’enfant avec la tablette est dans l’action, il agit et il interagit. Cela désinhibe, il n’a pas à parler haut et il n’a pas peur d’être sanctionné. C’est le côté libre et actif qui est essentiel. Il y a aussi le coté tactile qui est intéressant et on s’aperçoit que la dextérité des petits augmente… L’inconvénient, c’est que l’enfant voudra y jouer comme sa console. »

    L’Académie des sciences elle aussi s’est intéressée au sujet et a publié en 2013 un rapport (téléchargeable au format pdf) « L’enfant et les écrans » également disponible en livre aux éditions Le Pommier. Une institution qui évalue dans son document les aspects positifs et négatifs de l’utilisation des divers types d’écrans par les enfants de différents âges. 

    Serge Tisseron, Culturemobile.net, Alain Sotto, Atlantico, ZDNNet, Académie des Sciences, Dunod, éditions Le pommier, Eduscol Le psychanalyste Serge Tisseron qui a participé à la rédaction du rapport s’est également exprimé sur le sujet dans un long entretien accordé au site Culture mobile.net Il vient aussi de publier « Rêver, fantasmer, virtualiser » (Dunod), sous-titré « Du virtuel psychique au virtuel numérique ».

    Les spécialistes, les experts, les pédiatres, les enseignants, les parents, tentent d’opposer deux types de cultures, celle du livre et celle des écrans, des outils qui pourraient s’avérer complémentaires, si, au-delà des supports, le débat s’orientait plutôt vers la pertinence et la qualité des contenus.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu