Avertir le modérateur

éditions finitude

  • Sur un air de Nina Simone*

    en-attendant-bojangles.jpgAvez-vous lu « En attendant Bojangles » ? Si oui, vous êtes un des 150 000 lecteurs de ce roman d’Olivier Bourdeaut, paru en janvier 2016.

    Un vrai best-seller publié par les éditions Finitude qui le résument ainsi : « L’optimisme des comédies de Capra, allié à la fantaisie de L’Écume des jours. »

    Un livre dont peu d’éditeurs voulaient, envoyé par la Poste et qui finit couvert de prix en 2016 : Grand Prix RTL / Lire, Le Roman des étudiants France Culture / Télérama, Prix roman France Télévisions, Prix Emmanuel-Roblès, Prix de l’Académie de Bretagne, Prix Hugues Rebell, et la liste n’est pas close.

    Une aventure éditoriale que L’Express raconte : "Qui aurait parié 1 kopeck sur ce premier roman d'un inconnu de 35 ans, au titre dissuasif, publié par une toute petite maison bordelaise, Finitude ? "Sûrement pas moi ! confie Bourdeaut, yeux clairs, mèche BCBG et éternel pull bleu sur une chemise blanche, qui le font ressembler à ces personnages de play-boy désenchantés des romans de Fitzgerald qu'il affectionne tant. Toute ma vie, j'ai été un loser. Mon seul diplôme, c'est mon acte de naissance."  

    20 minutes nous rappelle que c’est l’intuition de deux éditeurs, Thierry et Emmanuelle Boizet, qui a permis la découverte du livre et de son jeune auteur : « « On ne peut jamais savoir quel va être le succès d’un livre mais il y a des signes. Dès qu’on l’a eu entre les mains, on a vu qu’il avait un potentiel, mais cela ne fait pas tout. Il a été très vite acheté par de très grosses maisons d’édition à l’étranger dès fin septembre, avant sa sortie en France en janvier », raconte Thierry Boizet. L’auteur avait aussi envoyé son manuscrit à cinq éditeurs parisiens qui n’ont pas répondu ou ont refusé de le publier. La petite maison d’édition bordelaise, créée et tenue par le couple, est la seule à accepter de publier l’auteur. »

    Et Thierry Boizet dévoile leur secret d’éditeurs : « On a toujours publié au coup de cœur, les auteurs qu’on aimait. Des auteurs morts comme Raymond Guérin ou Georges Perros par exemple. On recherche des inédits, comme les textes d’Herman Melville ou plus rarement, on réédite. »

    Cette histoire fait partie des belles surprises de l’édition. J’ai souvent rappelé dans ce blog que le manuscrit de Harry Potter avait été refusé par de nombreux éditeurs, il ne reste à souhaiter à Olivier Bourdeaut et aux éditions Finitude le même succès.

    * "L'histoire et les mots venaient tout seuls, de manière sautillante. Et puis, j'ai eu un gros coup de bol. Un ami avait rempli mon iPod de musique et un matin, pendant que j'écrivais, Mr. Bojangles, de Nina Simone, est passé. Ce morceau épousait exactement le cours de mon récit et j'ai décidé de l'intégrer à mon roman." Olivier Bourdeault dans L'Express.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu