Avertir le modérateur

Marque Pages - Page 2

  • Un peu de tout pour donner vie aux livres

    En bref :

    Salon Livre Paris 2018

    La Russie sera en 2018 le prochain invité d’honneur du salon du Livre de Paris . Selon 20 minutes : « Une trentaine d’auteurs russes, « reflets de la diversité et du dynamisme de la création littéraire contemporaine de la Russie », seront ainsi invités. Parmi lesquels « des auteurs reconnus internationalement, mais également de nouveaux talents, émergents et prometteurs », ont promis les organisateurs. »

    Millenium 5

    Millenium-quand-sortira-le-tome-5-de-la-saga_width1024.jpgParution de « La fille qui rendait coup pour coup » (Actes Sud), cinquième tome de la série noire suédoise Millenium. Tout comme le tome précédent, celui-ci n’a pas été écrit par le créateur de la saga Stieg Larsson, décédé en 2004, mais par David Lagercrantz. A ce propos Europe 1 précise : « "Maintenant, j'ai (Lisbeth) dans le sang", a confié l'écrivain au quotidien Dagens Nyheter, sous contrat pour un livre supplémentaire. "Il n'y en aura pas plus", a-t-il affirmé. "Je veux faire autre chose, être indépendant. Beaucoup d'auteurs écrivent la même chose livre après livre. Ils ont tout mon respect mais je veux faire de nouvelles choses maintenant". Le quatrième livre "Ce qui ne me tue pas", sorti dans 47 pays, a été vendu en six millions d'exemplaires. » La succession est ouverte.

    Romain Duris publie un livre

    Publier un livre permet-il de devenir célèbre, ou faut-il être célèbre pour pouvoir publier un livre ? Romain Duris acteur connu et reconnu a trouvé un éditeur (Textuel) pour publier « Pulp », un album de ses dessins évoquant d’après lui, le désir et la sensualité. Invité de France 3 il explique : « C'est une passion non pas cachée, mais personnelle, intime. (...) J'ai besoin physiquement à chaque fois de me retrouver seul et le dessin est un très bon exutoire, un très bon moyen pour se retrouver face à quelque chose qui nous appartient. »

    La politique dans des cases

    Le Depute Grand Angle.jpgEurope 1 a consacré une chronique à la BD politique « un outil ludique et civique pour comprendre le pouvoir » à l’occasion de la parution de l’album « Le député » de Xavier Cucuel pour le scénario et de Al Coutelis pour le dessin (Grand Angle). Dans sa conclusion la journaliste souligne : « La BD, quand elle est sourcée par les acteurs de cette vie politique ou par des journalistes, est un formidable outil pour les lecteurs et les électeurs. Outil ludique et civique. Elle est devenue un média d’information politique à part entière. » Le nom de Jean-Louis Debré figure parmi les remerciements aux personnes qui ont permis l’écriture de cet ouvrage.

  • Le juste prix littéraire

    Les sélections des prix littéraires peuvent être des pistes de lecture, et ces titres choisis par des professionnels sont censés représenter ce qui se fait de mieux dans le genre. Vous trouverez ici les ouvrages, tous éditeurs confondus, qui vont concourir pour les prix Goncourt et Renaudot 2017 :

    9782081395534.jpgNos richesses, Kaouther Adimi (Seuil) Goncourt & Renaudot

    Un certain M. Piekielny, François-Henri Désérable (Gallimard) Goncourt & Renaudot

    Taba-Taba, Patrick Deville (Seuil) Goncourt

    Un loup pour l'homme, Brigitte Giraud (Flammarion) Goncourt

    La Disparition de Josef Mengele, Olivier Guez (Grasset) Goncourt & Renaudot

    Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel,  (Gallimard) Goncourt

    La Serpe, Philippe Jaenada (Julliard) Goncourt & Renaudot

    Nos vies, Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel) Goncourt

    Bakhita, Véronique Olmi (Albin Michel) Goncourt

    Niels, Alexis Ragougneau (Viviane Hamy) Goncourt

    Trois jours chez ma tante, Yves Ravey (Editions de Minuit) Goncourt

    Summer, Monica Sabolo (J.-C. Lattès) Goncourt

    Les Rêveuses, Frédéric Verger (Gallimard) Goncourt

    L'Ordre du jour, Eric Vuillard (Actes Sud) Goncourt

    L'Art de perdre, Alice Zeniter (Flammarion) Goncourt et Renaudot

    Indocile, Yves Bichet (Mercure de France) Renaudot

    Le fou du roi, Mahi Binebine (Stock) Renaudot

    Mes pas vont ailleurs, Jean-Luc Coatalem (Stock) Renaudot

    Le déjeuner des barricades, Pauline Dreyfus (Grasset) Renaudot

    Innocence, Eva Ionesco (Grasset) Renaudot

    Le chemin des fugues, Philippe Lacoche (Rocher) Renaudot

    Toutes les familles heureuses, Hervé Le Tellier (J.-C. Lattès) Renaudot

    Fief, David Lopez (Seuil) Renaudot

    L'empereur à pied, Charif Madjalani (Seuil) Renaudot

    Le Songe du photographe, Patricia Reznikov (Albin Michel) Renaudot

    Mécaniques du chaos, Daniel Rondeau (Grasset) Renaudot

    Nos années rouges, Anne-Sophie Stefanini (Gallimard) Renaudot

    Bonne lecture, et bon pronostics.

     

    Dernière minute : Le cinquième prix littéraire «  Le Monde  » a été attribué mercredi à Alice Zeniter pour son roman L’Art de perdre (Flammarion).

  • Etes-vous bibliomane ?

    1211.jpgUn livre, deux livres, cent livres, et on a vite fait de se retrouver avec une bibliothèque de milliers d’ouvrages. On les lit mais souvent on les garde aussi.

    Cet été Slate.fr nous expliquait (à partir d’un article paru dans Atlas obscura) que la bibliomanie était « Un trouble obsessionnel compulsif, lié au trouble de la thésaurisation ou syllogomanie, qui se manifeste par la collection, l'acquisition ou/et l'accumulation de livres en tous genres et dans de telles proportions que la santé ou les relations sociales de la personne souffrant de ce trouble psychologique peuvent s'en trouver endommagées. »

    Un phénomène que l’article fait débuter en 1800 et cite deux cas. Celui de Richard Heber qui, à partir de 1804, commença à collectionner un total de 146.000 livres rares, répartis dans huit maisons, ou celui d’Aloïs Pichler, docteur et universitaire, nommé bibliothécaire de la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg en Russie, et qui détourna, les amenant chez lui, quelques 4 500 ouvrages consacrés au parfum ou à la théologie.

    « Que ferons-nous de nos bibliothèques ? » s’interroge sur son blog Mathieu Bock-Côté, chroniqueur du Journal de Montréal : « Je viens de ressentir pour la première fois l’angoisse des intellectuels dès qu’ils comprennent qu’ils mourront un jour : qu’arrivera-t-il à leur bibliothèque ? Qui en voudra ? Qui la comprendra ? Qui comprendra les milliers de petits émerveillements à l’origine de tel achat, de tel passage souligné, de tel signet oublié ? Que se passe-t-il si nos enfants n’en veulent pas ? Faudra-t-il la disperser, la vendre, la liquider ? »

    Et même lui ne croit pas trop à la solution qu’il propose : « L'objectif me semble soudainement assez simple : faire assez d'argent tout au long de sa vie pour fonder un centre de recherche qui accueillera notre bibliothèque en lui conservant son unité. Mais en écrivant cela, je suis parfaitement conscient d'entrer dans le domaine du fantasme ! Faut-il d’ailleurs être victime de démesure pour croire que tout ce qui a du sens pour nous en aura pour ceux qui viendront après ? D'ailleurs, j'y pense après coup : qui voudra encore, dans cinquante ou soixante ans, d'une bibliothèque faite de livres en papiers ? »

    Des livres, des livres, chez les particuliers, dans les bibliothèques, mais peut-on évaluer leur nombre ? C’est encore Slate.fr qui nous l’apprend « Combien de livres ont été publiés dans le monde depuis l'invention de l'imprimerie ? Quelle est la taille du savoir écrit produit par l'humanité ? Selon les algorithmes de Google, la réponse est proche de 130 millions soit exactement 129.864.880 ». Et ces chiffres datent de 2010.

    On n’a pas finir de réfléchir à l’avenir de nos livres.

    Photo : La libreria Trinity College, Dublin.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu