Avertir le modérateur

Edition

  • Quelques petites choses à savoir sur le dernier prix Goncourt

    lordre_du_jour.jpgPublié fin avril 2017 « L’ordre du jour » d’Eric Vuillard était déjà un succès de librairie.

    Comme le souligne Le Monde, le livre de petit format (10 x 19cm) compte 150 pages.

    « L’ordre du jour » raconte les circonstances de l’annexion fulgurante de l’Autriche par Hitler en 1938.

    Son auteur né en 1968 (4 mai) à Lyon a déjà publié huit livres. Il est également cinéaste et a réalisé deux films, « L'homme qui marche » et « Mateo Falcone ».

    Eric Vuillard vit à Rennes.

    Les éditions Actes Sud qui publie « L’ordre du jour » étaient dirigées il y a encore quelques mois par Françoise Nyssen aujourd’hui ministre de la culture. Ce qui, d'après les commentateurs, n'aurait eu aucune incidence sur le choix des jurés.

    La mention « Récit » figure » sur la couverture, généralement le jury Goncourt ne sélectionne que des romans.

    Le jury du Goncourt l’a désigné au troisième tour de scrutin, par six voix contre quatre. Au sein des jurés, Patrick Rambaud est un de ses principaux soutiens.

    Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt a déclaré sur France Inter : « S'il n'avait pas eu cette écriture, Eric Vuillard n'aurait jamais eu le Prix Goncourt ».

    Avant le Goncourt, Eric Vuillard s’est vu attribuer depuis 2010 plusieurs prix dont le prix Joseph Kessel en 2015 et le prix Alexandre Vialatte en 2017.

    BiblioObs nous apprend 10 choses à savoir sur l‘auteur, et entre autre que « des librairies se seraient même inquiétés de voir récompensé un livre qui ne coûte « que » 16 euros. »

    Pour terminer, donnons la parole au lauréat (cité par Ouest-France) : «C’est toujours utile de relire l’histoire. Il y a des coordonnées qui se répètent, la concentration du pouvoir économique, la restriction des Libertés publiques. Nous vivons une époque trouble. L’acte d’écrire me permet d’y voir plus clair.»

  • Très chers beaux livres

    Le musée du Louvre nous invite à participer à l’achat du Livre d'heures acquis en 1538 par François 1er, et qui connu ensuite plusieurs propriétaires, Henri IV, Marie de Médicis, le cardinal Mazarin, avant de partir pour l’Angleterre au 18ème siècle. Son prix est de 10 millions d’euros et le Groupe LVMH de l’homme d’affaire Bernard Arnault s’est engagé à en payer la moitié. Restent à trouver les 5 millions manquants pour lesquels l’opération "Tous mécènes" est lancée par Le Louvre.

    Présenté comme un joyau de l'orfèvrerie et de l'enluminure de la Renaissance ce livre de petit format - 8,5 cm de hauteur x 6,5 cm de largeur – comporte seize peintures et de nombreuses initiales décorées. Sa reliure est en or émaillé ornée de pierres précieuses et de deux grandes plaques de cornalines gravées (pierres semi-précieuses). Il est accompagné d’un signet ou marque-page en forme de colonne sertie de rubis et de turquoises (voir photo)

    Le Livres d'heures est visible à Paris, jusqu’au 18 janvier 2018 dans le cadre de l’exposition "François Ier et l'art des Pays-Bas" présentée au Louvre.

    françois 1er,marcel pagnol,éditions les saints pères,bernard arnault

    Autre beau livre, mais beaucoup, beaucoup plus abordable - 149 euros quand même -, le manuscrit de "La Gloire de mon père" de Marcel Pagnol édité par les éditions Les Saints Pères.

    Un éditeur spécialisé dans la publication de reproductions de manuscrits originaux et dont le catalogue propose déjà les œuvres d’Apollinaire, Victor Hugo, Jules Verne, Marcel Proust, Jacques Prévert, Boris Vian. Des fac-similés de qualité qui permettent d’approcher le travail de création de ces auteurs, l’écriture, les ratures, les ajouts à des textes devenus des grands classiques de la littérature.

    "La Gloire de mon père" paru en 1957, est le premier titre de la série "Souvenirs d'enfance" de Marcel Pagnol. Il sera suivi par "Le château de ma mère", "Le temps des secrets" et "Le temps des amours". Ces romans ont également été adaptés plusieurs fois au cinéma et récemment en bande dessinée.

    françois 1er,marcel pagnol,éditions les saints pères,bernard arnault

  • L'école de la lecture

    Vaste campagne que celle lancée par le ministère de l’Education sous l’intitulé « Ensemble pour un pays de lecteurs ».

    Le Parisien explique : « Le principe est très simple : partout en France, les plus de 50 ans sont invités à pousser la porte des écoles, pour lire des histoires aux enfants et ainsi leur transmettre le goût de l'écrit, socle indispensable à la réussite, non seulement en français, mais dans toutes les matières.»

    L’opération est soutenue par l’Etat mais aussi par l'Association des maires de France, et un grand nombre de personnalités du monde littéraire Bernard Pivot en tête. Les noms de Yann Queffélec, Daniel Pennac, Marc Levy, sont également cités. La presse régionale devrait y être associée.

    Cette mobilisation prend effet le 12 octobre à l’Institut de France en présence de Madame Hélène Carrère d'Encausse, Secrétaire perpétuel de l'Académie française, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, d’Eric Orsenna de l’Académie française (par ailleurs chargé d'une mission sur l’adaptation des horaires d’ouverture des bibliothèques publiques), et d’Alexandre Jardin, écrivain, ex-candidat à l’élection Présidentielle, et créateur en 1999 de l’association Lire et faire lire.

    Cette association étroitement liée à l’opération « compte aujourd’hui 18 000 bénévoles âgés d’au moins 50 ans qui interviennent dans plus de 11 000 structures éducatives pour organiser des séances de lecture en petit groupe, une ou plusieurs fois par semaine, tout au long de l’année scolaire, pour stimuler chez de jeunes enfants le goût de la lecture et favoriser leur découverte de la littérature. » (Source Education.gouv.fr)

    Le même site Education.gouv.fr dévoile que « Selon une étude de la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) menée en 2016, 22,5 % des 760 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans qui ont effectué leur Journée défense et citoyenneté (JDC) maîtrisent mal la lecture. Leur déchiffrage est lent et leur compréhension de ce qui est lu faible. » Ce constat est une des raisons de l’opération « Ensemble pour un pays de lecteurs » qui dès l’école maternelle devrait permettre aux enfants de se sensibiliser à la lecture et au livre.

    Un objectif déjà fixé par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen qui a déclaré vouloir, elle aussi, «favoriser la lecture dès le plus jeune âge» car elle «permet de comprendre et de découvrir le monde». 

    Françoise Nyssen

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu