Avertir le modérateur

Editeurs

  • Certains livres ont du (grand) caractère

    Les lecteurs sur tablettes numériques connaissent bien cette possibilité technique d’augmenter la taille des caractères pour améliorer le confort de lecture. Les lecteurs plus traditionnels – sur papier - ont toujours la possibilité ou de se munir de lunettes adaptées, d’une loupe, ou... d’acheter des ouvrages imprimés en gros caractères.

    En 2016, le Huffington Post publiait un article sur cette particularité éditoriale et dévoilait qu’il existe 6 maisons d'édition en gros caractères en France. Celles-ci, précisait le journal, « éditent les ouvrages choisis à 8000 exemplaires minimum, pour approvisionner les 7000 bibliothèques du pays, les rares libraires qui les acceptent et les particuliers qui achètent en direct, auprès de la maison. » Et de citer en exemple le cas du livre Les grandes et les petites choses de Rachel Khan, blogueuse au HuffPost, vendu à 3000 exemplaires en format classique et qui a trouvé un nouveau public en étant réédité en corps 18.

    Le public visé est celui des déficients visuels, une population estimée à 1,5 million d’individus, selon une étude réalisée en 2005 par la Direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques, mais également celui des « actifs de 30 ou 40 ans dont les yeux collés aux ordinateurs et autres appareils émettant une lumière bleue fatiguent ». Autre public celui des personnes âgées qui semble lui aussi porteur en raison de l’allongement de l’espérance de vie.

    éditions de La Loupe,Le Huffington Post, Jean d'Ormesson, Alban du Cosquer, les éditions Feryane, Large vision, Parmi les éditeurs spécialisés dans ce format on peut citer Large vision, le « pionnier de l'édition en gros caractères » selon le Huffington Post, les éditions Feryane, et les éditions de La Loupe dont le fondateur Alban du Cosquer déclare « C'est un marché de niche, mais on s'en sort » précisant que « On évalue entre 300 et 400.000 euros le chiffre d'affaires de chaque maison ».

    Créées en 2002, les éditions de la Loupe occupent ce marché avec « plus de 750 livres édités et 500 000 exemplaires vendus » (source Pleine vie). Leurs atouts, la présence de titres récents dans leur catalogue (y figure Un hosanna sans fin de Jean d’Ormesson – « Texte taille 20 »), et un site internet adapté aux malvoyants avec un test de lecture permettant à l’acheteur puisse de commander le livre correspondant à sa vision. Dès l'achat du second livre, les frais de port sont gratuits.

    Cet article est publié en corps 14.

  • Les livres dans la poche

    Le livre publié au format poche est peut-être une des solutions à la crise qui traverse le monde de l’édition aujourd’hui. Son prix de vente et son accessibilité restent ses atouts majeurs.

    Au mois d’août Livres Hebdo constatait que les livres de poche, étaient les « champions de l’été » et que, dès fin juillet, les versions poche des long-sellers s’installaient durablement parmi les meilleures ventes.

    Henri Filipacchi, Daniel Filipacchi, Le Livre de Poche, Actualitte.com, Livres Hebdo, Guillaume Musso

    De nombreuses collections existent et beaucoup d’éditeurs ont la leur. Tous prennent exemple sur Le Livre de Poche « inventé » et popularisé en France par Henri Filipacchi le père du grand patron de presse Daniel Filipacchi. En 2017, France Culture lui consacrait une émission et écrivait : « Lorsqu'il lance la collection du Livre de Poche en 1953, Henri Filipacchi saisit une idée dans l'air du temps et qui a déjà fait son chemin à l'étranger, en Angleterre (avec la collection Penguin Books depuis 1935) et aux Etats-Unis notamment. Pour avoir travaillé sur de prestigieuses collections, telles que "La Pléiade", il a une grande connaissance du secteur de l'édition et de sa distribution. Il veut à présent impulser une nouvelle dynamique : rééditer dans un format plus petit et à moindre coût un classique pour le rendre plus accessible. Un idéal de démocratisation culturelle qu'il connaît bien, lui qui a sillonné les routes de France dans les années 1930 avec un "bibliobus", un bus transformé en bibliothèque. »

    Henri Filipacchi, Daniel Filipacchi, Le Livre de Poche, Actualitte.com, Livres Hebdo, Guillaume Musso« Sur les 50 livres les plus achetés en 2018, 32 étaient des “poche” » titre le site spécialisé Actualitté.com qui rajoute : « Avec 11,9 millions d’exemplaires écoulés en 2018, le format poche a été le grand vainqueur. Et les auteurs français ont manifestement brillé de mille feux. On sait que Guillaume Musso a été le meilleur vendeur avec 1,6 million d’exemplaires sur l’année. »

    L’édition au format de poche reste pour les éditeurs une formule très rentable puisque qu’elle permet de poursuivre l’exploitation de nouveautés parues dans un format plus conventionnel (et plus cher), mais aussi de puiser dans un fonds de titres classiques dont les droits sont désormais dans le domaine public.

    Autre atout du livre de poche sa diversité éditoriale, littérature générale, policiers, essais, documents, pratique, classiques, de quoi envisager son avenir avec sérénité.

    A lire également : http://marquepage.20minutes-blogs.fr/archive/2013/02/28/le-livre-c-est-dans-la-poche.html

  • La vie des grands groupes d’édition

    Rien n’est simple en ce moment dans le monde de l’édition confronté à une baisse des ventes et à de nombreux rachats et restructurations.

    Dupuis, Dargaud, Fleurus, Edifa, Séverin Cassan, La Martinière, Nathan, Bordas, Robert Laffont, Plon, Le Cherche midi, Arnaud de Puyfontaine, Marion Glénat-Corveler, éditions Glénat, Nathan, Bordas, Robert Laffont, Plon, Le Cherche midi, La Découverte,livres hebdo,  Jacques Glénat, Pierre Conte, La Découverte, Vincent Bolloré,Editis, Vivendi, Le Seuil, Média-Participations,Rustica,C’est le cas aux éditions La Martinière-Le Seuil où, nous apprend Livres Hebdo, les salariés protestent contre les conditions d’intégration au sein de Media-Participations, récent repreneur du groupe. Après un premier avertissement en décembre le personnel a manifesté le 29 janvier devant le siège pour dénoncer un accord sur le temps de travail, les modifications des contrats de travail, la réorganisation interne, et le déménagement des bureaux vers le nouveau siège de Média-Participations, dans le 19ème arrondissement de Paris. Dans une précédente interview à Livres Hebdo, Vincent Montagne, le P-DG de Média-Participations expliquait qu’il avait supprimé deux postes de direction éditoriale, jeunesse et beaux livres et rajoutait à propos du plan social : « Il y avait une holding de 75 personnes environ qui regroupait des fonctions supports, des commerciaux et des éditeurs : nous avons dû supprimer un tiers des postes, un autre tiers rejoint les équipes de Pluriad, notre structure support, et le dernier tiers doit normalement rejoindre Le Seuil ou La Martinière. » Une équipe qui verra arriver un nouveau directeur général Séverin Cassan. Le P-DG s’est aussi engagé à ce que chaque maison conserve son identité propre comme c’est le cas à Média-Participations avec Dupuis, Dargaud, Fleurus, Edifa ou Rustica.

    Autre groupe qui risque de connaître quelques changements, Editis dont Vivendi société appartenant à Vincent Bolloré vient de finaliser le rachat fin janvier. Editis regroupe quelque 50 maisons d'édition dont Nathan, Bordas, Robert Laffont, Plon, Le Cherche midi, La Découverte. "Cette acquisition s'inscrit dans la logique de construction d'un grand groupe de contenus, de médias et de communication", a précisé le groupe dans un communiqué. Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi, devient également président du conseil d'administration d'Editis, tandis que Pierre Conte, directeur général du groupe d'édition, est confirmé à son poste.

    Transition plus facile au sein du groupe Glénat, où le fondateur Jacques Glénat associe désormais à ses décisions sa fille aînée Marion Glénat-Corveler. Celle-ci devrait reprendre les rênes du groupe, une des dernières maisons d’édition françaises basée à Grenoble et Paris où sera bientôt construit un nouveau siège. En 2019, les éditions Glénat spécialisées dans la bande dessinée, les loisirs, fêteront leurs cinquante ans d’existence. Leur chiffre d'affaires est de plus de 55 millions d'euros et elles emploient 156 personnes.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu