Avertir le modérateur

télérama - Page 7

  • Fan de Game of Thrones ?

    Game of Thrones vous connaissez ? Les romans ou la série télé ? Un véritable phénomène mondial qui doit son succès au bouche à oreille de ses fans et, depuis 2011, à une adaptation télévisée copieusement pimentée de scènes de sexe et de violence.

    En France, la série qualifiée de « heroic fantasy médiévale » est connue sous le titre Le Trône de fer et est publiée par les éditions Pygmalion (Flammarion). Particularité, les quatre volumes de l’édition originale ont été « découpés » en 15 volumes, également disponibles (sauf les 3 derniers) dans la collection de poche J’ai lu.

    En juin 2013,  Aurélie Champagne présentait ainsi l’auteur George R. R. Martin, écrivain prolifique, il a même écrit des livres pour enfants, dans un article publié sur Rue89 : « Issu d’une famille fauchée du New Jersey, ce fils d’un docker a connu plusieurs vies avant « Game of Thrones » : ado introverti, fan de comics et d’échecs, il voyait les filles « comme de flippants aliens ». Tour à tour journaliste, objecteur de conscience pour échapper au Vietnam, écrivain prolifique mais sans le sou, il commence à bosser sur des séries télé pour remplir son frigo dans les années 80 (« La Belle et la bête », « La Quatrième Dimension »). Au début des années 90, Martin revient à l’écriture et met toutes les frasques que les studios lui refusent dans une grande saga située au pays imaginaire de Westeros. C’est le début de « Game of Thrones ». Dans cette saga, on retrouve la fascination de George R.R. Martin pour le faste, le nombre et « les femmes à la tête bien faite », malignes et douées pour le pouvoir. »

    Le succès n’est pas tout de suite au rendez-vous, raconte la journaliste de Rue89, et si le premier tome de la saga n'obtient qu'un « accueil honorable », la suite rencontrera assez vite son public, même si les tomes 3 et 4 se feront attendre en raison de la complexité d’écriture. C’est avec l’adaptation des livres par la chaîne de télé américaine HBO que les personnages de l’île de Westeros atteindront une notoriété planétaire.

    Ce que confirme Charles Dupêchey de Pygmalion au site MyBoox.fr « L’impact de la série télévisée sur les ventes de livres est total. Cela a multiplié par dix les ventes de livres! Le dernier tome, sorti avant la diffusion de la série aux Etats-Unis, avait été vendu à 8 000 exemplaires. Aujourd’hui, nous sommes à 55 000 exemplaires tirés dont 35 000 ont déjà été mis en vente ! »

    Comme toujours une série à succès génère des sites web où les passionnés retrouvent toutes les informations sur son univers. On peut citer La Garde de nuit (plus de 5000 articles et 27 millions de visites), et Gameofthrones.fr plus axée sur la série télévisée.

    Et l’intérêt pour Game of Thrones a peu de chances de faiblir, non seulement parce que la série est l'une des plus téléchargées, parce que la quatrième saison est en cours de tournage, parce que que la série est couverte de récompenses, mais aussi parce que George R.R. Martin n’a toujours pas terminé l’écriture du cinquième tome, lequel doit en principe clore l’aventure.

    Pour en savoir plus, Télérama annonce pour son numéro n°3324 à paraître le 25 septembre un dossier sur « L’autre mystère de Game of Thrones » ou « Comment une série de fantasy médiévale, genre habituellement réservé à un petit cercle d'initiés, a-t-elle pu devenir un des plus grands succès du moment, en diffusion comme en téléchargement ? Pour tenter de percer ce mystère, nous avons mené l'enquête et interrogé les fans... »

     

    Game of Thrones, Télérama, Pygmalion, J'ai lu, Charles Dupêchey, Westeros, HBO, George R. R. Martin

  • Léa Seydoux et la rentrée littéraire

    Télérama a choisi de dédier la totalité de la couverture de son numéro « Spécial rentrée littéraire » à la pulpeuse actrice Léa Seydoux, pourtant l’hebdomadaire n’en consacre pas moins de 12 pages au livre et aux auteurs (n°3319, dans les kiosques jusqu’au 30 août). Au menu un entretien avec l’écrivain américaine Laura Kasischke, une question « à quoi servent les prix littéraires ? » à propos de la parution du livre de  Sylvie Ducas « La Littérature, à quel(s) prix ? » (La Découverte), un dossier sur «  La mutation de l’animal lecteur », une rencontre avec l’écrivain Alan Hollinghurst « écrivain culte outre-Manche, « gay » mais pas que », et la série « 1913, un été en France », qui évoque Marcel Proust, Gaston Gallimard et Charles Péguy. Petit supplément, un reportage sur les Cévennes où « depuis trois siècles, les protestants s’accrochent à leurs montagnes. La plume à la main et y entretiennent un bel esprit de résistance. »

    Le Figaro publie la liste des écrivains les plus riches dévoilée par le magazine économique américain Forbes. Les chiffres bruts : 

    Le Top 10 des écrivains les mieux payés du monde en 2011.

    1. James Patterson (94 millions de dollars)

    2. Stephen King (39 millions de dollars)

    3. Janet Evanovich (33 millions de dollars)

    4. John Grisham (26 millions de dollars)

    5. Jeff Kinney (25 millions de dollars)

    6. Bill O'Reilly (24 millions de dollars)

    7. Nora Roberts (23 millions de dollars)

    8. Danielle Steel (23 millions de dollars)

    9. Suzanne Collins (20 millions de dollars)

    10. Dean Koontz (19 millions de dollars)

    Un commentaire accompagne cette liste « Il ne vous aura pas échappé que ces 15 auteurs sont tous de langue anglaise. Cette hégémonie est-elle un nouveau signe de l'endémique protectionnisme américain ? Ou bien est-ce la preuve de la totale incuriosité du grand public pour les romans venus d'ailleurs ? »

    Le Nouvel Observateur nous annonce 555 nouveaux livres pour la rentrée littéraire. Parmi eux « C'est, dès septembre, un beau cadeau de Noël de la maison Sonatine : le scénario inédit d'un film que le maître italien avait écrit après «Huit et demi», et qu'il regretta toujours de n'avoir jamais tourné. Dans « Le Voyage de G. Mastorna », qui devait être interprété par Marcello Mastroianni, et filmé en noir et blanc comme « La Dolce Vita », Fellini raconte le voyage d'un homme qui ne se sait pas encore mort dans un au-delà étrangement semblable au monde des vivants, créatures felliniennes comprises. »

    product_9782070141173_195x320.jpgLa Croix nous apprend le décès à 95 ans de « Henri Bertaud du Chazaud, le « grappilleur » de mots », linguiste et lexicographe qui comptait Anna Gavalda parmi ses admirateurs. Au journal elle déclare « Dans mes livres, je glisse toujours des mots que l’on ne trouve que chez lui. L’une de mes nouvelles à paraître contient le terme « pchuteux », qui désigne un jeune homme prétentieux. J’aime lui emprunter des expressions anciennes ou à caractère régional. » Il est l’auteur du « Dictionnaire de synonymes, mots de sens voisin et contraires » paru en 2007 et réédité en 2013 dans la collection Quarto de Gallimard.

    Je retourne à la plage (profiter des quelques heures qui me séparent de la rentrée... littéraire bien sûr).

    A bientôt.

  • Tablettes ou liseuses ?

    Les abonnés de Télérama ont récemment reçu avec leur hebdo culturel un petit fascicule de 8 pages ayant la forme d’une liseuse. Une façon originale de promouvoir le dernier Samsung Galaxy Note 8.0 qui se présente comme « la tablette parfaite pour les amoureux des mots » en « mode lecture » (Reading mode). D’autant plus que l’opuscule invite à découvrir « 5 nouvelles inédites écrites par vos auteurs préférés ! », Marc Levy, Maxime Chattam, Françoise Bourdin, Irène Frain et Joël Dicker, à télécharger sur le site de la marque coréenne. Tablette tactile « traditionnelle » le Samsung s’ouvre à la lecture et vante son produit : « vous disposez d’une luminosité et d’un contraste parfaits, pour une expérience idéale de lecture, quelles que soient les conditions d’éclairage. D’une taille idéale pour une bonne prise en main et grâce au S Pen qui permet des annotations rapides, lire n’a jamais été aussi agréable, même en mobilité. » Des arguments imparables, si on fait abstraction du prix : 399 euros.

    Cette offensive publicitaire est un épisode de plus dans la lutte que se livrent les fabricants de liseuses et de tablettes pour s’emparer du marché de la lecture sur écran.

    Une évolution expliquée dans le Journal du Geek : « Finalement, et Apple avec iBooks y est sans doute pour quelque chose, les fabricants ont tenté de transformer leurs liseuses en tablettes orientées lecture. Les deux principales illustrations de ces tentatives sont la Kindle Fire HD et la Kobo Arc. Ces deux produits restent des liseuses, mais avec une – très – large palette de fonctionnalités supplémentaires comme navigation Web, lecture de vidéo, installation d’applications. Tout cela est permis par l’utilisation d’un écran tactile capacitif traditionnel en lieu est place d’un écran e-ink. » Le site propose aussi un comparatif de ces deux tablettes.

    Avec l’arrivée de marques comme Samsung dans ce domaine, le choix des lecteurs va se compliquer encore plus. En janvier 2013, le site Les numériques ne proposait pas moins de 23 liseuses dans un comparatif sur l’ergonomie, l’intuitivité, les réglages, l’écran...

    Le groupe Chapitre.com – qui par ailleurs ferme brutalement 12 grandes librairies en France – lui aussi lançait en février 2013 la tablette « Multimédia » Gbook Arnova, créée par le groupe français Archaos et était qualifiée de « low cost » en raison de son prix très bas.

    La compétition fait rage entre les fabricants et on se souvient des pleines pages de publicité dans la presse – juste avant la période de Noël – pour Kindle. Aujourd’hui des rumeurs annoncent que Microsoft rachèterait pour 1 milliard de dollars la chaine américaine Barnes & Noble qui fabrique la gamme de eReader Nook.

    Au mois d’avril Télérama consacrait un dossier au livre numérique en s’interrogeant « Comment tourner la page ? » et écrivait que, si au Etats-Unis il représentait 22% du marché total du livre, en France celui-ci n’atteignait que 1%. Le magazine décrivait les nouveaux livres à venir « un ouvrage historique de Max Gallo ponctué d'archives vidéos inédites commentées par l'auteur ; un livre-application sur le périple d'une Française à Tokyo ; un roman interactif bilingue pour apprendre l'anglais ; la visite de L'Enfer de Dante illustré par Botticelli... ». La conclusion était donnée à Raphaël Couderc, de l'institut GfK, qui précisait : « Pour l'instant, on devrait surtout parler de livre numérisé. Le livre numérique, lui, sera un réel nouvel objet. » Complémentaire du livre imprimé, et donc moins menaçant pour lui. »

    Photo : La liseuse, de Jean-Jacques Henner (1883) « empruntée » au site De ma plume à vos oreilles

    laliseusejeanjacqueshenner.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu