Avertir le modérateur

salman rushdie - Page 2

  • Encore une rentrée littéraire

    Inrocks.pngSi l’on se réfère aux couvertures des magazines Les Inrocks et Lire qui consacrent leur Une à cet événement, c’est la rentrée littéraire. Pas moins de 560 titres sont proposés au public et la presse veut nous aider à faire notre choix.

    Les Inrocks permettent de lire le premier chapitre d'une sélection de 40 romans « Incontournables » (accès payant), et dès le 16 août, le journal avait ouvert le bal avec un entretien avec Salman Rushdie dont on pourra lire à la rentrée le dernier livre Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits (Actes Sud).

    Lire, annonce sur sa première page « Un guide complet » et un entretien avec l’écrivain Laurent Gaudé. Tout comme dans Les Inrocks, on peut y découvrir des extraits des livres de Yasmina Reza, Jim Harrison, Salman Rushdie et Ivan Jablonka.

    Lire.jpgL’Express tente un résumé, et donne « l’occasion de jeter un œil sur ces centaines de livres dans les starting-blocks avant les prix littéraires ».

    On apprend, entre autre, que « Le plus gros tirage est celui du roman d'Amélie Nothomb, Riquet à la houppe (Albin Michel), avec 200000 exemplaires. », mais aussi que Le titre le plus ambigu est signé par l'Américaine Chris Kraus, avec I love Dick (Flammarion), qui peut se traduire par "J'aime la bite", mais aussi par "J'aime Dick", ce qui n'est pas tout à fait la même chose. », et que « L'auteur le plus prolifique et protéiforme de l'année 2016 est incontestablement Joann Sfar. Après une BD, Tu n'as rien à craindre de moi, aux Editions Rue de Sèvres en avril, un polar, Le Niçois, publié chez Michel Lafon en mai, revoici le dessinateur réalisateur dès le 18 août avec un récit intimiste, Comment tu parles de ton père (Albin Michel). » 

    De son côté Le Monde nous annonce pour ce cru 2016 une « saison africaine », et de citer les auteurs Ali Zamir Anguille sous roche (Le Tripode), Imbolo Mbue Voici venir les rêveurs (Belfond). Le quotidient évoque aussi le livre de Kaoutar Harchi Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne (Fayard) » qui « retrace le parcours de cinq écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Kamel Daoud et Boualem Sansal) pour proposer une réflexion inédite et percutante sur la reconnaissance littéraire jamais pleine et entière dont ils ont fait l’objet. Avec, en creux, une question brûlante : c’est quoi un écrivain français ? »

    Une "question brûlante" que l'on peut se poser à chaque rentrée littéraire.

  • Le foot au pied de la lettre

    Grand événement footballistique l’Euro 2016 est présent sur tous les médias et même dans les librairies. Si on s’intéresse au foot et aux livres, les journaux nous donnent quelques conseils de lecture.

    Le journal féminin Elle propose une sélection de onze titres qui va de « Comment regarder un match de foot ? » (Solar) à « Parlons foot » de Michel Platini (Hugo Doc), en passant par « Le système Benzema » (Mazarine), « Maradona, ma vérité » (Hugo sport), et « La face cachée des bleus », sous titré « Dans les coulisses de l’équipe de France » (Mazarine).

    De son côté RTL écrit : « L'Euro commence le 10 juin, mais il se dispute aussi en librairie. Pas moins de 150 livres consacrés au foot viennent de paraître. » Parmi eux la radio en sélectionne quatre : « Football de légende » un hors-série de la revue Desports dans lequel 30 écrivains brossent le portrait de 30 joueurs d'exception, « La Littérature marque des buts » anthologie réunissant des textes de Nabokov, Céline, San Antonio, Salman Rushdie, Albert Camus (Folio), « Le Mercato d'hiver » un polar de l'écossais Philipp Kerr (Le Masque), « Rien à foot » réédition d’un livre paru en 1998 avec des dessins du regretté Cabu accompagnés des aphorismes caustiques de Jean-Loup Chiflet (Chiflet et Cie).

    Le site spécialisé Actualitté nous apprend (abonnés) que : « La revue numérique Délibéré lance, durant toute la durée de l'Euro de football, une chronique dans laquelle des écrivains commentent les matchs de la compétition. Dans la lignée de la chronique "Footbologies" que tenait toute la saison 2015-2016 l'universitaire Sébastien Rutés, la revue culturelle numérique Délibéré établit un pont entre football et littérature à l'occasion de l'Euro 2016. "Le temps de la compétition, durant un mois, le sport devient prétexte à littérature et la chronique de match se transforme en exercice de style" »

    Avec la participation des écrivains « John King pour l’Angleterre, Víctor del Árbol pour l’Espagne, Sam Millar pour l’Irlande… Pour la France : Jean-Bernard Pouy, Hubert Artus, Thomas B. Reverdy, Bernard Chambaz et de nombreux autres jusqu’à la finale du 10 juillet. »

    Enfin on citera le livre de Guy Carlier « Qui veut tuer Mathieu Valbuena ? » (Cherche midi) qui n’a pas plu au magazine So Foot et au sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps qui a déclaré à son propos : « Je n'ai pas vraiment compris le projet initial de Guy Carlier. C'est vrai que Mathieu a vécu une saison difficile, sportivement et personnellement, qui l'a éloigné de l'équipe de France. Mais en football, rien n'est définitif. En revanche, pour moi, ce livre a été difficile à lire et m'a définitivement éloigné de la littérature. »

    histoire-de-la-coupe-d-europe-de-l-uefa-9782849333631_0.jpg

    Photo : Couverture de « L'histoire du championnat d'Europe de football de l'UEFA - Euro 2016 France » de Liam McCann (éditions Contre-dires).

  • Les écrivains sur Twitter

    S’exprimer en 140 signes, c’est la prouesse que réalisent 200 millions de personnes chaque jour dans le monde (2,3 millions en France). Normal que l’on retrouve parmi eux quelques écrivains.

    En 2013, Bernard Pivot a publié « Les tweets sont des chats » (Albin Michel). Dans le texte de présentation, il écrivait : « Quand je me suis intéressé aux réseaux sociaux, j’ai tout de suite eu envie d’aller sur Twitter... A chacun, il est possible de considérer Twitter comme une sorte de journal personnel intermittent, lié ou non à l’actualité. D’y écrire ce que bon lui semble. D’y pratiquer l exercice de la cogitation ou l’art de l’observation. D’y convoquer des souvenirs. D’y utiliser, bien sûr, l’humour, le calembour, la farce. Ou de s’y adonner à la philosophie. Bref c’est le cas de le dire, de twitter sérieux ou amusant, sans toutefois se prendre au sérieux, ni prendre ses abonnés pour des engourdis du cervelet. C’est ce que j’ai essayé de faire pendant un peu plus d’un an. »


    La même année, Télérama recensait une dizaine d’auteurs présents sur le réseau social et expliquait : « Les écrivains qui se plaignent d’être trop nombreux en librairie s’exilent parfois sur Twitter, où ils gazouillent avec plus ou moins de bonheur. Cent quarante signes, c’est court pour pondre un chef d’œuvre mais suffisant pour maintenir le contact ou balancer une vacherie. Certains se contentent de retweeter les éloges qu’ils reçoivent, d’autres expérimentent, redécouvrent le haïku, le vers libre et solitaire, et finissent par gagner de nouveaux lecteurs. »
    Salman Rushdie, Bret Easton Ellis, Joyce Carol Oates, Haruki Murakami (en Japonais et Anglais), Jay McInerney, François Bon, Régis Jauffret, Alain Veinstein, Clément Bénech, Jean Echenoz.

    Plus récemment le site My Little Book Club a détecté « Les 5 meilleurs comptes twitter d'écrivains » et nous engage à les suivre cet été. On y trouve à nouveau Bret Easton Ellis, Régis Jauffret, mais aussi Bernard Pivot, Pénélope Bagieu, et Tatiana de Rosnay.

    Ces listes ne sont bien évidemment pas exhaustives, et il suffit de rechercher sur Twitter le nom d’un auteur favori pour découvrir que lui aussi a des choses essentielles à nous faire savoir. 

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu