Avertir le modérateur

livres hebdo - Page 5

  • Bientôt la rentrée littéraire

    Houellebecq : un livre de 156 pages ?
    Un entretien accordé au Figaro magazine, une série d’articles dans Le Monde non approuvée par lui..., on se demandait quel sens donner à tout ce bruit médiatique autour de Michel Houellebecq cet été. On le sait désormais avec peut-être la parution cet automne de « Aqualand » son nouveau roman (Flammarion). Source : blog Les Belles Phrases.

    Houellebecq.png

    Tous les bébés à la bibliothèque
    Livres Hebdo nous apprend que l'Ecosse prévoit d'inscrire de manière systématique tous les enfants à la bibliothèque : « Un programme pilote, actuellement testé dans l'agglomération de Glasgow, permettra de donner à tous les enfants une carte de lecteur dès la naissance ou au plus tard à leur entrée à l'école primaire. A partir du 1er septembre, tous les bébés inscrits sur les registres de la ville se verront attribuer une carte de lecteur. Les autres enfants recevront leur carte à l'âge de trois ou quatre ans, ou au plus tard, à leur entrée à l'école primaire. »
    Une initiative intéressante mais diversement appréciée surtout lorsqu’on sait que les fermetures de bibliothèques se multiplient dans le pays faute de financement par les autorités. Livres Hebdo précise : « Le pays a en effet perdu environ 340 bibliothèques au cours des quatre dernières années et tous les indicateurs de la lecture publique – nombre d'inscrits, de prêts, de visites, volume des collections – sont orientés à la baisse. »

    13 tonnes de bandes dessinées chez lui
    L’Obs-Bibliobs consacre un article à un passionné de bandes dessinées qui possède chez lui plus de 26 000 albums : « Damien le reconnaît volontiers : sa passion est un brin envahissante pour la famille. Mais « ma femme est extrêmement compréhensive », pointe Damien. Surtout que « la BD bouffe pas mal du budget familial » et que sa femme, Emma, n'en lit « pas énormément ». Sa fille, « un peu ».

    Les migrants de Calais lisent aussi
    " Nous venons juste de mettre en place la bibliothèque, et c’est fascinant de constater que les habitants du camp réclament des recueils de nouvelles ou encore de la poésie. Mais nous avons surtout besoin de dictionnaires érythréen, pachtoun-français et pachtoun-anglais ", explique l’institutrice britannique Mary Jones à l’initiative de ce projet. Livres Hebdo (article payant) qui relaie une information de Publishing Perspectives rajoute "L'institutrice britannique confie être dans une démarche d’offrir une "aide réelle et pratique", car "beaucoup de gens sur le site sont éduqués, et veulent des ouvrages afin de les aider à lire et parler mieux l’anglais, postuler pour des emplois ou encore remplir des formulaires".
    Agathe Auproux, l’auteure de l’article, rappelle aussi « que la ville de Calais, 17e ville la plus pauvre de France, a été la première du pays à se doter d'une Ideas box, la bibliothèque en kit conçue par le designer Philippe Starck pour Bibliothèques sans frontières (BSF), afin d'aller à la rencontre de ses habitants les plus défavorisés, éloignés des lieux du livre. »

     

  • Fermeture de la librairie La Hune à Paris

    A deux pas de l’église de St Germain-des-Près, non loin de la célèbre brasserie Lipp où se croisent hommes politiques et célébrités, la librairie La Hune (groupe Flammarion) est un des derniers vestiges de ce quartier parisien qui a fait la réputation intellectuelle et artistique de la capitale.

    Un lieu dont Livres Hebdo nous apprend que « Le droit au bail de la librairie parisienne et sa marque La Hune auraient été rachetés pour 1,3 million d’euros. Le projet est de créer une galerie-librairie dédiée à la photographie. Après plus de 70 ans d’existence, la librairie parisienne, La Hune, qui occupe un local de 300 m2 à Saint-Germain des Près, fermera définitivement ses portes le 14 juin 2015 en soirée. »

    Depuis plusieurs années les boutiques de luxe remplacent les magasins traditionnels du quartier (il reste encore un Monoprix). La Hune, longtemps située au 170 bd St Germain, entre Les Deux Magots et le Café de Flore (où s’est installée une boutique Vuitton) avait déménagé à quelques mètres rue de l’Abbaye dans les anciens locaux de la librairie Le Divan (elle aussi chassée par l’inflation des loyers et installée depuis 1997 dans le 15ème arrondissement).

    Dans un article publié par Le Monde, Denis Gheerbrant, fils de Bernard Gheerbrant, fondateur et animateur pendant trente ans de la librairie précise « La Hune va être vendue à un commerce de reproductions photographiques à l'esthétique « poster », YellowKorner. La Hune, ses murs mais aussi son nom, ce nom dont mon père avait baptisé ce qui était une première du genre, une librairie-galerie, réunissant l'avant-garde de la littérature et de la gravure », avant de s’indigner que les repreneurs veuillent garder ce nom « Que les commerçants commercent, soit, mais pas sous le nom dont mon père a fait un symbole. Pour ma mère, mes enfants et moi-même, pour tous ceux pour qui le mot culture n'est pas synonyme de marchandise, c'est un cauchemar. S'il faut lui donner un nom, ce sera celui d'usurpation. »

    la hune,denis gheerbrant,le divan,livres hebdo,bernard gheerbrant,marine relinger,serge guérin,motif,cnl,vincent monadé,jean-michel djian

    Annonçant la fermeture de La Hune, Télérama écrit « En mars, l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur) rapporte que 10 % des librairies de la Ville lumière ont été rayés de la carte depuis 2011. Del Duca dans le 9e, Village Voice dans le 6e, l'Ile lettrée dans le 10e... Paris serait-elle la capitale des librairies... qui ferment ? Le MOTif (observatoire du livre et de l'écrit de la Région Ile-de-France) a enregistré 45 défections et 25 créations de librairies entre 2011 et 2014, sans compter, comme l'a fait l'Apur, les librairies-papeteries et/ou presse. La baisse est donc plus proche des 8 %. »

    L’article de Marine Relinger se poursuit ainsi : « Paris conserve le maillage le plus dense d'Europe », tempère Serge Guérin, président du MOTif. « Ce sont les petites structures qui souffrent le plus. Mais, en Ile-de-France, les libraires font l'essentiel du chiffre d'affaires des éditeurs, devant les grandes surfaces culturelles comme la Fnac », précise Vincent Monadé, président du Centre national du livre. »

    Ce ne sera plus le cas de la Hune.

    La Hune donne un dernier rendez-vous littéraire le 10 juin, avec Jean-Michel Djian, à propos de son livre « Les rimbâldolatres » (Grasset),  à paraître le 27 mai 2015.

    Photo : Facebook La Hune.

  • Charlie Hebdo la page n’est pas tournée

    Europe 1 titre : « Charlie Hebdo : ruée sur les ouvrages des dessinateurs disparus » et écrit : « Les ventes relancées en librairies. "Le mouvement de solidarité envers Charlie Hebdo a relancé les ventes des livres publiés et réimprimés par Les échappés, la maison d’édition du magazine", précise le magazine 'Livres Hebdo'. Dans le Top 20 des meilleures ventes, selon une étude GFK/Livres Hebdo pour la semaine du 5 au 11 janvier 2015, figurent notamment "La reprise tranquille: l'année 2014 en dessins", un ouvrage publié par Les Échappés et préfacé par l'économiste Bernard Maris, disparu dans la tuerie perpétrée dans les locaux du journal satirique. Suivent "Charlie Hebdo, les unes, 1969-1981", le deuxième tome "Des Fatwas de Charb, petit traité d'intolérance" ainsi que "L'intégrale Beauf", signé de Cabu et édité par Michel Lafon. Quant à "Houellebecq Economiste", l'ouvrage de Bernard Maris, paru en septembre 2014, il "s'impose en 24e position des essais", précise encore Livres Hebdo. Top 100 des livres les plus vendus sur Amazon. Parmi les meilleures ventes de livres sur Amazon, on trouve, dans le top 3, le livre de "Cabu : Peut-on encore rire de tout ? " ainsi que "Les 1000 unes 1992-2011 de Charlie Hebdo". Les deux ouvrages se trouvent aussi depuis 10 jours dans le top 100 des livres les plus vendus sur Amazon, précise encore le site de vente en ligne. »

    Dans L’Express, « Les livres qui triomphent depuis les attentats  » : « Charlie Hebdo n'a jamais été autant lu. L'hebdomadaire, tiré à 5 millions d'exemplaires, a été vendu dans des proportions historiques . Et les livres publiés par des membre sa rédaction connaissent le même succès. La preuve dans notre Palmarès des ventes des essais du 5 au 11 janvier, bouleversé par l'actualité. Quatre essais y font une entrée fracassante. D'abord "Charlie Hebdo. Les Unes 1969-1981", qui s'empare directement la deuxième place. "Houellebecq économiste", par Bernard Maris - assassiné le 7 janvier lors de l'attentat contre Charlie Hebdo - arrive lui en neuvième position. Viennent ensuite "Charlie Hebdo. La reprise tranquille" (16e) et "le Petit traité d'intolérance (t.II). Les fatwas", de Charb (17e), par Charb - également assassiné. »

    Lu dans Livres Hebdo :  « Le Livre de poche réunit ses auteurs en soutien à Charlie Hebdo » : « Depuis quelques jours, les initiatives de soutien à Charlie Hebdo se multiplient dans l’édition. Alors que le groupe BD du Syndicat national de l’édition (SNE) va publier un livre hommage, probablement début février, Le Livre de poche s’attelle de son côté à la publication de Nous sommes tous Charlie, un ouvrage collectif dont les bénéfices seront intégralement reversés au journal satirique. »

    A lire également dans Livres Hebdo : « Charlie : un défi pour le livre ». Extrait d’un encadré qui accompagne l’article : « Lors des rassemblements du 11 janvier, des exemplaires du "Traité sur la tolérance" de Voltaire ont été glissés entre les bougies et les pancartes. Ce livre, dans lequel le philosophe plaide en faveur du respect des croyances, connaît depuis les attentats un net regain d’intérêt. »

    Poche-Charlie.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu