Avertir le modérateur

le seuil - Page 2

  • Les 100 ans du Canard enchaîné

    Le Canard enchaîné, hebdomadaire satirique paraissant le mercredi, journal indépendant et sans publicité, fête ses 100 ans en 2016, un anniversaire célébré par le monde de l’édition.

    Le Seuil propose « Le Canard enchaîné, 100 ans. Un siècle d’articles et de dessins ». Un beau livre de 672 pages abondamment illustré dont parle La Croix présente ainsi : « « Notre fierté est d’avoir conservé l’esprit d’origine », confie Michel Gaillard, entré au journal il y a cinquante ans. Un ton satirique que Maurice Maréchal résumait ainsi : « Quand quelque chose me scandalise, mon premier mouvement, c’est de m’indigner. Mon second, c’est d’en rire. C’est plus difficile, mais c’est plus efficace ! » Mais aussi une « grande permanence à la fois formelle et éditoriale, avec des ressemblances dans la titraille, la mise en page, la pérennité de rubriques comme la”mare aux canards”, précise l’historien. Et surtout une indépendance financière. »

    Les Arènes de leur côté éditent « L’Incroyable histoire du Canard enchaîné » de Didier Convard pour le récit et Pascal Magnat pour les dessins.

    Le Huffington Post écrit à son propos : « comme le rappelle la bande dessinée, tout n'a pas toujours été si facile, et les crises ont été nombreuses. Le Canard a connu l'an passé l'un de ses évènements les plus tragiques avec la mort de Cabu, son dessinateur emblématique, dans l'attentat de Charlie Hebdo. L'événement évoqué dans les toutes dernières pages rappelle tristement que le combat pour une presse libre et irrévérencieuse n'est jamais gagné, et que ce qui a été arraché pendant des décennies de combat pour l'indépendance et contre la censure, la corruption et les manipulations n'est jamais acquis pour toujours. Longue vie au Canard ! »

    A lire également :

    "Le Canard enchainé, Histoire d’un journal satirique - 1915-2005", de Laurent Martin (éditions Nouveau monde, 2005).

    "Le Canard enchaîné – La Vème République en 2000 dessins", publié en 2008 et réédité en 2009 en version brochée (Les Arènes).

    14753667_1154646147938120_7774737673678987909_o.jpg

  • Images du livre sur Facebook, suite

    12046709_899673970102007_2947737785318938108_n.jpg

    Editions du Seuil

    11892248_930992563627161_5813267131495739362_n.png

    Lecteurs.com

    le seuil,goossens,fluide glacial,lecteurs.com

    Improbables librairies Improbables bibliothèques

    Cath Guth 15.01.14.png

    Tu sais que tu es bibliothécaire quand...

    11986960_1029332843785241_8880847506644186008_n.jpg

    Les ravages de la lecture...

    Image extraite de l'album "Combats" de Goossens qui vient de paraître aux éditions Fluide Glacial.

     

  • Le livre dans tous les sens

    Tablettes tactiles, smartphones... les outils de lecture évoluent et gagnent du terrain sur le livre papier. Celui-ci tente malgré tout de résister en innovant, avec l’impression des livres à la demande, les « formats courts », mais aussi en imaginant d’autres formes.

    C’est le cas de l’« Ultra-poche » que l’éditeur le Seuil avait proposé en 2011 avec une série de neufs titres où l’on trouvait des auteurs comme Olivier Adam, Pierre Desproges, Cormac McCarthy, Michael Connelly, et Krishnamurti (Le sens du bonheur).

    A l’époque le site ActuaLitté expliquait que l’Ultra-poche permettait de « faire tenir Guerre et Paix dans sa poche de chemise et l’éditeur précisait : « que « .2 » n’est absolument pas destiné à concurrencer le livre numérique. Il n’en a pas la prétention. Simplement, « il est amusant de lancer un nouveau format papier au moment où le livre se dématérialise ». De toute façon, le numérique est une « question générationnelle qui dépasse la question du livre et de la littérature ».

    Ultra-Poche.jpg


    Le lancement de cette collection faisait alors l’objet de nombreux articles dans la presse (Le Point , Mediapart,...), de commentaires sur des blogs, tel Madimado (2013), et d’une vidéo (ci-dessus). Effectivement ce format que l’on lit horizontalement est assez original, et peut se transporter facilement.

    Mais en 2014, ActuaLitté annonce que le concept va réapparaître en Italie sous le nom de Flipback : « Le format Flipback est une version ultra-poche, mesurant 8 cm sur 12 cm, et que l'on peut lire de manière verticale. Imprimé sur papier Bible, il provient de Hollande et avait été introduit en France par Emmanuelle Vial, pour les éditions Points, sous l'appellation Point 2. Acheté fin 2010, pour deux années de commercialisation, il avait été lancé officiellement en mars 2011 et en Espagne, on l'avait vu apparaître sous le nom de Librinos, ou Flipback au Royaume-Uni. »

    Dans la péninsule, la collection est lancée par le groupe Mondadori, qui déclare toujours dans ActuaLitté « Dans une période de dématérialisation du livre, nous avons voulu mettre le papier au centre de l'expérience de lecture : prenez en main un Flipback, observez comment se déploient les premières pages à l'ouverture, appréciez la texture du papier, et savourez la qualité de la reliure cousue. Tout cela représente une expérience de réel plaisir pour tous ceux qui aiment les livres. ». L’éditeur vante également les mérites de son produit dans une video.

    Ulta-poche-Italie.jpg

    L’idée semble astucieuse. Cependant on peut se demander si les lecteurs qui tournent les pages dans le même sens depuis des siècles changeront si facilement leurs habitudes. Un signe qui ne trompe pas, c'est que même les tablettes numériques ont adopté le mode de lecture ancestral des livres.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu