Avertir le modérateur

le monde - Page 5

  • Rayons de livres pour l’été

    Le livre accompagne toujours les vacanciers, que ce soit sur la plage pour peaufiner le bronzage, en cas de pluie pour attendre le retour du soleil, ou tout simplement pour s’évader s’il n’est pas possible de partir.

    Plus que quelques jours – jusqu’au 17 août – pour profiter de l’opération « Le camion qui livre », dont j’ai déjà parlée et qui est organisée par Le Livre de Poche. Une camionnette transformée en librairie longe les côtes françaises pour aller à la rencontre des vacanciers tout en associant les libraires locaux. Quelques-unes des dernières dates : Quiberon – Esplanade place Hoche : 11-12 août, Fouesnant – Cap Coz : 14 août, Crozon-Morgat – Place de l’église : 15 août, Bénodet – Butte du Fort : 16-17 août 2015.

    65797499_13606645.jpgAutre initiative, celle de l’éditeur J’ai lu, associé à la SNCF et iDTGV qui a diffusé cet été – uniquement le 7 août - dans les trains 4 000 exemplaires de livres de poche signés Anna Gavalda, Serge Joncour, David Foenkinos, Thierry Cohen, Takuji Ichikawa, Frédérique Hébrard, Nora Roberts, entre autres auteurs dépaysants : ...« Sentez-vous comme il est doux d’être bercé par les promesses de bonheur d’un roman ? Comme tout devient alors plus léger ! Vous vous surprenez déjà à croire aux miracles et aux transformations dus à l’amour. Vous vous sentez pousser des ailes et vous partez en voyage entre les lignes d’une histoire qui se passe au bout du monde. »...
    J’ai lu propose également cet été, jusqu’à la fin août, un 3ème livre offert parmi 6 best-sellers pour 2 livres achetés.

    On peut parcourir le France avec Les petits Polars édités par Le Monde et la SNCF. Pour la quatrième année, des auteurs reconnus et des illustrateurs invitent à résoudre des intrigues criminelles à Colmar, Biarritz, La Baule, Lyon, Lille, etc. Précision : « En supplément dans chaque livre, une échappée curieuse et gourmande sur les lieux du crime : il n’y a pas que le coupable qui passera à table ! » En vente chez les marchands de journaux à 3,90 euros.

    Les éditeurs savent aussi profiter astucieusement de notre temps de cerveau disponible pendant les vacances. C’est le cas de celui des aventures d’Astérix & Obélix, personnages omniprésents dans les stations services Total (serviettes éponge et canettes isotherme à leur effigie), et qui nous prépare à la parution du prochain tome de leurs aventures Le Papyrus de César, signé Didier Conrad (dessinateur) et Jean-Yves Ferri (scénario), à paraître le 22 octobre 2015 (d’après les personnages créés par René Goscinny et Albert Uderzo). Le Figaro nous en dévoile également, dès le 8 août, une planche inédite.

    Enfin, la période des vacances est le moment idéal pour vagabonder dans les librairies. Il y en a quasiment partout au bord de la mer, en montagne, et même ailleurs, et on y trouve toujours de quoi se dépayser.

     

  • Livres de vacances

    Les vacances sont, dit-on, propices à la lecture et même si les éditeurs ne publient plus de « best-seller de l’été », les journaux continuent à proposer des listes de livres pour passer quelques heures sur la plage ou sous la pluie.

    Actualitté écrit à ce sujet « Lit-on plus l’été ? C’est ce que tendent à prouver les statistiques. Le temps libre incite donc les gens qui ne sont pas des lecteurs assidus à entrer dans la librairie de leur lieu de villégiature ou lors de leurs courses dans les super ou hypermarchés à acheter le « fameux livre de l’été. Il suffit de regarder les clients des librairies ou des grandes surfaces. Les têtes de gondole attirent l’œil et l’acheteur va, dans une espèce de réflexe quasi pavlovien se diriger vers ceux qui s’y trouvent. Lira-t-il de la qualité, un auteur ? Nul ne le sait, il ira vers ce qu’on lui a conseillé et généralement vers les couvertures attractives. »

    Le quotidien Sud-Ouest recense toutes les sélections proposées aussi bien par l’Académie Goncourt, l’association ACBD de critiques de bandes dessinées, que les journaux Le Point, Marianne, L’Obs ou Le Monde. Des choix éclectiques qui vont du dernier Guillaume Musso « L’instant présent » au deuxième tome de « L’arabe du futur » de Riad Sattouf. Il faut remarquer que trois journaux Le Monde (article payant), Le Point, et L’Express privilégient les livres de poche.
    A voir également en video les conseils de Jean Birnbaum, du Monde des livres.

    Livres de poche toujours dans la sélection de Gérard Collard (libraire à St Maur) et Marina Carrère d'Encausse de la rédaction de Allo Docteurs sur le site de FranceTVinfo.

    Daniel Martin dans Le Journal du Centre rappelle que « contrairement à une idée fausse comme toutes les idées reçues : en été, on ne lit pas que léger » et propose une liste qui débute par « Tu n'es pas revenu de Marceline Loridan-Ivens » (Grasset) et se termine par « un superbe hommage à la langue française : « Au péril du lieu », de Luba Jurgenson (Verdier). Prix Valery-Larbaud 2015. »

    Dans un genre, disons moins littéraire, Le Figaro a trouvé « sept idées pour prolonger le plaisir du Tour de France cet été » avec parmi elles « Antoine Blondin – La légende du Tour » (éditions du Rocher) qui rend hommage à un écrivain hors-normes dont les chroniques ont grandement contribué à la légende de l’épreuve cycliste.

    Enfin, il faut signaler l’initiative de l’éditeur Rue du monde qui s’associe au Secours Populaire Français pour offrir fin août à Paris, 50 000 livres aux enfants qui ne partiront pas en vacances cet été. Une initiative lancée en 2004 et qui associe 500 libraires. Les détails de l’opération expliqués parFrance Inter et Paris Match. Voir photo ci-dessous.

     

    lete-des-bouquins.jpg

     

  • Paroles d'écrivains

    Quatre auteurs dans l’actualité parlent de l’écriture et des livres :

    9782330035990.jpg«  On lit “Madame Bovary” comme un roman presque neutre, alors qu’il est extrêmement méchant. Chez moi, il y a toujours plusieurs moteurs qui agissent : l’émotion, la colère, qui peut brûler l’écriture, l’ironie aussi. J’aime les livres qui possèdent plusieurs musiques. Et puis, ce n’est pas si simple d’opposer un discours à la fable. La littérature permet de redonner une voix à ceux que l’on a condamnés au silence… »

    Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre. Une histoire de Buffalo Bill Cody », Actes Sud, dans Paris Match.

    « La Pléiade, on la lit moins qu'on ne la met dans sa bibliothèque pour la regarder. En revanche, la collection de poche Folio, c'est ça que j'aime. Moi, je veux être lu par le plus grand nombre. Et surtout par les jeunes ! Je n'en démords pas : le lecteur idéal a 12 ans. C'est pour lui que j'ai récrit "Vendredi ou les Limbes du Pacifique", devenu "Vendredi ou la Vie sauvage", dont il se vend toujours des dizaines de milliers d'exemplaires chaque année. Mon modèle, c'est La Fontaine. Etre simple, accessible, imagé aura été mon unique vanité d'écrivain. »

    Michel Tournier rencontré et cité par Jérôme Garcin dans L’Obs.

    « Je ne cherche pas une histoire à tout prix. Je continue à creuser les mêmes sillons. Je suis écrivain tout le temps. Les rares moments où je n'écris pas m'apparaissent comme du temps non vécu. C'est du temps saboté. Je peux le dire avec des mots mais, fondamentalement, je ne comprends pas pourquoi je ne m'autorise pas à vivre sans écrire. Je me sens légitime à vivre uniquement quand je fais ma part de travail : mettre des mots nouveaux pour décortiquer ce qui arrive. On n'aura pas assez de toute une vie pour comprendre ce qu'on fait là. Chaque véritable écrivain est une voix singulière et unique. »

    Lionel Duroy interviewé dans Le Journal du Dimanche sur son prochain livre « Echapper » à paraître en janvier 2015 (Julliard).

    « J’ai toujours cru que le poète et le romancier donnaient du mystère aux êtres qui semblent submergés par la vie quotidienne, aux choses en apparence banales, – et cela à force de les observer avec une attention soutenue et de façon presque hypnotique. Sous leur regard, la vie courante finit par s’envelopper de mystère et par prendre une sorte de phosphorescence qu’elle n’avait pas à première vue mais qui était cachée en profondeur. C’est le rôle du poète et du romancier, et du peintre aussi, de dévoiler ce mystère et cette phosphorescence qui se trouvent au fond de chaque personne. »

    Patrick Modiano, extrait de son discours de réception du prix Nobel publié par Le Monde.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu