Avertir le modérateur

l'express - Page 3

  • Une autre idée du livre

    Saviez-vous que Marc Lévy venait de publier un nouveau   livre ? A moins d’être sourd et aveugle (et encore) il semble impossible d’échapper à cette information.

    Un article du Figaro publié à la mi-mars 2014 dévoile la couverture du livre, le titre, et l’histoire : « Deux femmes entreprennent un voyage de cinq jours en voiture à travers les États-Unis. »

    Une interview dans Le Journal du Dimanche au mois d’avril explique comment est venue l’idée du livre à son auteur : « À 17 ans, j'ai traversé les États-Unis en stop, du sud de la Floride aux grands lacs canadiens. Avec Kerouac et Ginsberg en tête, je suis parti à la découverte de cette Amérique qui était le symbole des libertés individuelles. »

    Une émission sur RTL, une rencontre sur France Info avec Bernard Thomasson (20 mn), un passage à C’est au programme sur France 2, une invitation à C à vous sur France 5, (cette chronique), etc., etc..

    Un article dans L’Express lui fait passer le « le test de la page 99 » et succède à un précédent article qui annonçait que le nouveau Marc Lévy, serait en librairie le 24 avril »
    Sans oublier une campagne d’affichage dans les gares qui annonce que le livre est déjà un succès (numéro un des ventes au Palmarès L’Express – RTL, sur Amazon et sur iTunes...).

    Enfin, sur le site LSA, spécialisé dans « la consommation des ménages et la grande distribution » on trouve la fiche complète du titre avec « L’histoire du produit » (sic), son « Fabricant »,  la « Position du produit sur le marché » (re sic), et, la bande annonce du livre.

    Dans Le Journal du Dimanche, Marc Lévy déclarait « Dès qu'une société fabrique des consommateurs, on ne peut s'attendre à ce qu'elle trouve du souffle. Par essence, le consommateur doit s'essouffler pour recommencer à acheter en permanence. Je dis cela avec la plus grande humilité : on a remplacé l'éducation citoyenne par une éducation marchande, où chacun est une victime passive de ses propres libertés. »

    « Écrire,  m’a rendu libre ! », c’est Marc Lévy ( 30 millions d'exemplaires vendus depuis son premier roman ) qui le dit.

    « Une autre idée du bonheur », de Marc Lévy (Robert Laffont – Versilio), en vente partout.

    414xJWTtDZL._.jpg

  • Il faut de tout pour faire un monde des livres.

    Revue de presse


    POCHETTE-LIVRE
    Paris Match consacre une série de photos à l’accessoire de mode chic qui fait fureur sur les tapis rouge aux Etats-Unis, la « Pochette livre » : « Qu'elles soient signées de la Française Olympia Le-Tan ou des grandes maisons de couture, les pochettes livres ont pris d'assaut les tapis rouges aux mains des stars aux goûts pointus. De Paris à Hollywood, petit florilège du nouvel it-accessoire. »  Une visite sur le site de la créatrice Olympia Le-Tan (photo) donne une idée du prix de ces nouveaux livres pourtant creux.

    LE-TAN.jpg


    HARLEQUIN
    « Harlequin est l’un des éditeurs qui se vend le mieux en numérique. Le catalogue est fourni et plait aux lecteurs ayant adopté la lecture numérique. La maison d’édition publie essentiellement des romans d’amour, catégorie qui fonctionne particulièrement bien au format ebook. Amour, sexe, érotisme, frisson, passion, tous les genres de romances sont proposés » constate le site ID Boox qui nous encourage à découvrir 100 titres de la collection proposés en promotion au prix de 1,99 euro, parmi lesquels « La rose de Boston », « La châtelaine sans nom », « le retour de l’Ecossais », « Une proposition inconvenante » ou encore « La citadelle des passions ».

    HOMME ARAIGNéE
    France Info a invité Alain Robert celui que l’on surnomme le « Spiderman français »  ou « l'homme araignée » « connu du grand public depuis 20 ans pour avoir escaladé à mains nues les plus hauts gratte-ciels du monde » à parler de ses lectures dans la chronique Dernières pages avant la nuit : « Je lis un peu de tout. J'essaie surtout de lire des bouquins en anglais. Comme je voyage beaucoup, cela me permet d'apprendre un vocabulaire nouveau. » Alain Robert cherche aussi et surtout à s'évader à travers les livres. « C'est comme les voyages. Les gens que je rencontre m'apportent de l'évasion, de la connaissance sur d'autres façons de penser, de vivre. La littérature, pour moi, c'est un peu la même chose. »

    GAME BOY
    La console de jeu Game Boy vendue à des millions d’exemplaires par Nitendo fête les 25 ans de sa création et ActuaLitté nous apprend qu’on pouvait déjà y lire, entre deux jeux comme Tétris et Super Mario, des livres numériques : « Des années de mutisme vidéoludique, les yeux rivés sur l'écran… et pourtant peu savent que la machine, depuis 2002 déjà, pouvait servir de… lecteur d'ebooks. Si, si. Pour ce faire, un logiciel a été proposé, le GameBoy Book Reader, permettant d'utiliser soit la GameBoy soit la GameBoy Advance - avec un écran couleur - pour lire des livres. Promis, tout est expliqué à cette adresse. Pas certain que la pratique se soit réellement répandue, et il ne reste manifestement pas de trace sur la toile de photo présentant l'écran de la GameBoy affichant des livres numériques. »

    ONFRAY
    Pas de nouveau livre de Michel Onfray sans polémique. L’Express consacre un article à son dernier livre « Le réel n'a pas eu lieu » (Grasset), premier tome de sa « Contre-Histoire de la littérature ». « L'occasion pour lui de harponner les faux discours sur les chefs-d'œuvre des siècles passés, et d'égratigner la production actuelle. » écrit l’hebdomadaire qui sous le titre « Michel Onfray balance sur Houellebecq et Angot », publie un entretien avec l’auteur. A la question « Le lecteur aujourd'hui est-il un résistant ? » Celui-ci répond : « Oui, certainement. Nous sommes dans une civilisation d'illettrés, au sens étymologique du terme, une civilisation d'Egyptiens. Il y a quelques scribes, qui savent lire et écrire, qui aiment ça, qui ont un rapport amoureux au texte et au papier, et puis il y a les autres. Je ne suis pas dans une logique décadentiste ou réactionnaire. C'est comme ça. Il y a une civilisation qui s'effondre, celle du livre. La vraie conséquence, c'est le formatage du cerveau: c'est un organe dans lequel se trouve ce qu'on y met. Si on y met du vide, il y a du vide ». La suite est à lire dans L’Express.


  • La Grande Librairie de François Busnel

    Cela ne semblait pas évident de concevoir et d’animer à la télévision une émission sur les livres après l’empreinte qu’avait laissé Bernard Pivot avec « Ouvrez les guillemets », «Apostrophes », et « Bouillon de culture ».
     
    Pourtant c’est le pari que réussit « La Grande Librairie » de François Busnel diffusée depuis 2008 le jeudi soir à 20h 35 sur France 5 (rediffusée le dimanche à 23 h). Une chaîne de service public moins exposée à l’audimat qui a permis au rendez-vous littéraire de s’installer et de fidéliser un public.

    Une émission qui doit aussi son succès à la pertinence de son animateur, au savant dosage d’écrivains en tous genres, et au temps qui leur est donné pour parler de leur travail. L’émission a même battu son record d’audience le 10 avril en réunissant 504 000 téléspectateurs qui ont assisté au dialogue entre le très rare Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008, venu présenter son livre « Tempête » (Gallimard), et Pierre Rabhi, pionnier de l’agro-écologie, apôtre de la décroissance, et auteur de « Semeurs d’espoirs » (entretiens avec Olivier Le Naire - Actes Sud) (photo).
     
    François Busnel complète son rendez-vous hebdomadaire avec, une fois par mois, « Les Carnets de Route », série de documentaires où il parcours le monde à la rencontre de grands écrivains. Débutée en 2011 avec la littérature américaine contemporaine, l’émission a également évoqué les écrivains anglais, et irlandais avec « Gens de Dublin » diffusée le 17 avril 2014. Ces entretiens sont disponibles en DVD.
     
    François Busnel est un passionné venu à la littérature sur le tard, après un passage par le journalisme et l’enseignement de la philosophie. Aujourd’hui, l’univers du livre occupe une grande partie de sa vie professionnelle. Depuis 2004, il dirige le magazine spécialisé Lire (fondé par Bernard Pivot) et après avoir été rédacteur en chef  de la rubrique livres de L’Express de 2006 à 2008, il en est resté l’éditorialiste.
     
    Sa vie privée semble aussi être dédiée au livre, non seulement parce qu’il dévoile dans Côté Maison « qu’il y a des bibliothèques dans toutes les pièces » chez lui, mais aussi parce qu’elle crée la polémique lorsqu’il reçoit dans son émission l’auteure Delphine Le Vigan. Il expliquera plus tard dans Télérama « On était ensemble depuis trois ou quatre mois. Est-ce que vous savez ce que peut devenir une relation au bout de trois mois ? Peut-être que si on avait été ensemble depuis dix ans, je ne l'aurais pas fait. Mais lorsqu'elle est venue dans La grande librairie, elle avait déjà vendu des milliers d'exemplaires de " Rien ne s'oppose à la nuit ", elle figurait sur la liste du Goncourt, elle avait obtenu le Prix Fnac... Si vous me dites que c'était une erreur de l'inviter dans une émission littéraire, je l'entends. »  

    La Grande Librairie a son site internet où l’on trouve des informations sur les auteurs et leurs livres, sur le sommaire des émissions, et où on peut les revoir intégralement en replay.

     

    Grande-Librairie.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu