Avertir le modérateur

harry potter - Page 4

  • Les héros de livres meurent-ils vraiment ?

    deux_fois .jpgAu cinéma, ou à la télévision il est assez facile de se débarrasser d’un personnage récurrent. En littérature, cela l’est beaucoup moins. Harry Potter, Sherlock Holmes, Arsène Lupin, San Antonio, Nestor Burma, Astérix & Obélix, sont condamnés à ne pas vieillir et à « vivre » éternellement. Ils restent une bonne affaire pour leur créateur et leur éditeur.

    La légende raconte qu’Alexandre Dumas, l’auteur des « Trois mousquetaires » et de « 20 ans après » (avec Auguste Maquet), sortit un jour très éprouvé d’une séance d’écriture du feuilleton qu’il rédigeait et publiait au jour le jour, avouant en sanglots « J'ai dû tuer Porthos ». L’écrivain ne fera mourir d’Artagnan (tué au combat), Athos (qui ne survit pas à l’annonce du décès de son fils Raoul), et Porthos (écrasé par un rocher de granit) que dans "Le Vicomte de Bragelonne", troisième tome de la trilogie dont les mousquetaires sont les héros.

    En 2010, Le Monde des livres qui annonçait le départ à la retraite du commissaire Kurt Wallander et de l'inspecteur John Rebus, personnages célèbres d'Henning Mankell et de Ian Rankin, écrivait « Familier, solidement campé, ce type de personnage est consubstantiel à la naissance des littératures dites "de genre", qu'il s'agisse du roman policier, de la bande dessinée ou de la littérature jeunesse. Aujourd'hui, ces littératures continuent d'explorer, voire d'exploiter abondamment un "filon" qui joue sur l'attachement des lecteurs à des personnages et à leur désir de les voir évoluer de livre en livre. »

    C’est ce qui va sans doute arriver au personnage de Tintin, célébrité planétaire, dont les ayant-droits annoncent un nouvel album de ses aventures malgré le souhait de son auteur Hergé décédé en 1983 et qui ne souhaitait pas qu’il lui survive. Il faut toutefois préciser que cette nouvelle aventure ne paraîtra qu’en 2052... un an avant que les droits ne tombent dans dans le domaine public.

    J-Y Depoix s’interroge « Quelle est la date de naissance de Maigret ? »et tente de calculer celle-ci. S’il arrive à conclure que l’âge du célèbre commissaire créé par Georges Simenon se situe entre 45 et 55 ans, il n’est même pas question de retraite et encore moins de la date de son décès. Et de montrer pour étayer son enquête une image de la tombe des parents de Maigret extraite d’un épisode télévisé. Heureusement, on n’est pas près de voir celle de leur rejeton dont l’adaptation des aventures au cinéma et à la télévision ne se comptent plus et le rendent plus vivant que jamais.

    Les héros ne meurent jamais, c’est peut-être vrai.

  • La couverture à la Une

    La couverture, c’est l’élément graphique qui contribue à distinguer un livre et à le faire vendre... et qu’on oublie dès qu’on l’a ouvert, mais pas toujours, puisqu’on en parle :

    harry potter,jean-claude götting,michel gourdon,salon du livre,livre de poche,couverturesSur le site Poudlard.org on apprend que  « À l’occasion du quinzième anniversaire de Harry Potter à l’École des Sorciers, l’édition américaine des livres, Scholastic, a révélé la première des sept nouvelles couvertures de Harry Potter. »

    Dessinées par Kazu Kibuishi, celui-ci rend hommage à l’artiste qui l’a précédé dans cet exercice « Les couvertures de Harry Potter par Mary GrandPré sont si fantastiques et emblématiques. Quand on m’a demandé de proposer des dessins, j’ai hésité au début, parce que je ne voulais pas que ces couvertures soient réinterprétées ! Cependant, j’ai senti que si je m’occupais du projet, je pourrais y apporter quelque chose que bien d’autres designers et illustrateurs ne pourraient probablement pas apporter [...]. » En France toutes les couvertures ont été dessinées par Jean-Claude Götting.

    Le Monde a récemment consacré un article à Michel Gourdon (abonnés) illustrateur émérite des couvertures du Fleuve noir à l’occasion de la vente aux enchères de ses œuvres. Le journaliste Yan Plougastel le présente ainsi : « Son nom, il le signe à la pointe du crayon, d'un G qui veut dire Gourdon, avec la même typographie que celle du studio Harcourt. Pourtant, qui connaît Michel Gourdon (1925-2011) ? En un temps que les moins de 30 ans n'ont pas connu, où les romans policiers ont mauvais genre et où la vision d'une gorge féminine à peine décolletée trouble l'ordre public, ce peintre réservé porte haut la culture populaire grâce à la pureté du trait, à la simplicité des lignes, au sens du cadrage hollywoodien. A des femmes qui ne laissent rien ignorer de leurs charmes... ». C’est lui qui a dessiné les couvertures des premiers San Antonio. A lire sur Arrêt sur images l’article publié lors de sa disparition en 2011.

    De son côté, le site The Buried Talent célébrait en mai 2012 « quinze couvertures mythiques de livres (eux aussi mythiques) » mais précise « Il faut reconnaître qu’en matière d’illustration des couvertures de livres, les maisons d’édition américaines et britanniques sont bien meilleures que nos éditeurs français. » « Vous ne trouverez jamais une couverture à la Gallimard ou Stock pour le format hardcover (l’équivalent du broché) car les éditeurs outre-Manche et outre-Atlantique ont compris qu’il fallait associer dès le début un visuel fort à un livre pour qu’il reste plus longtemps dans les têtes. »

    Des visuels forts, on pourra aussi en découvrir quelques-uns dans l’exposition 60 ans de couvertures présentée au Salon du livre de Paris du 22 au 25 mars 2013 à l’occasion des 60 ans du livre de Poche. Des images ancrées dans nos mémoires, et, si aujourd’hui la photo est omniprésente, cette collection s’est distinguée à ses débuts en faisant appel à des concepteurs de talent comme Pierre Faucheux et aux meilleurs illustrateurs de l’époque.


  • Les secrets d’un best-seller

    Le prochain livre pour adultes de J.K Rowlings, dont on vient d’annoncer la prochaine parution, sera-t-il un best-seller comme l’a été la série des Harry Potter, un succès universel édité à plus de 400 millions d’exemplaires ?

    Difficile à prédire, il n’y a pas de recette imparable, surtout lorsqu’on sait que le manuscrit initial de l’auteure britannique a été refusé à l'époque par une dizaine d’éditeurs.

    En octobre 2011, Bernard Pivot qui consacrait sa chronique du Journal du Dimanche  au livre Histoire des best-sellers de Frédéric Rouvillois, (Flammarion), écrivait « Les livres best-sellers sont d’autant plus excitants qu’ils sont inattendus. Les éditeurs les ont tirés à trois mille exemplaires ; les libraires ne leur ont pas prêté une attention particulière ; et les auteurs sont déjà comblés d’avoir franchi le cap difficile de la publication. Et puis voilà que, très vite ou au fil du temps, tel livre, souvent sans le secours de la presse ou d’un prix littéraire, rencontre les faveurs d’un public qui grossit de plus en plus et qui devient marée d’équinoxe. Ainsi, il n’y a pas si longtemps, L’Élégance du hérisson, de Muriel Barbery, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, d’Anna Gavalda, ou, succès universel et inouï, la saga Harry Potter, de Mrs J.K. Rowling. » et tente une explication à la réussite d’un livre reprochant à l’auteur de ne pas analyser « assez profondément ce processus d’irrésistible engouement qui culmine dans une pression de curiosité et de snobisme sur des populations d’abord réticentes, puis décidées à y aller voir "pour ne pas mourir idiot ». Un « panurgisme » selon Pivot qui  « a été amplifié par les listes de best-sellers publiées dans les hebdomadaires et affichées dans les librairies. On achète un livre parce que des dizaines de milliers de personnes l’ont déjà acheté. »

    Le livre de Frédéric Rouvillois n’a peut-être pas figuré dans la liste des succès de librairie, mais son auteur a été l’invité de plusieurs médias qui ont tenté, à travers lui, de définir les clés de la réussite d’un ouvrage. Ce fut le cas de "La marche de l’histoire" de France Inter qui explique dans la présentation de l’émission « L'ère de la vitesse a commencé il y a 150 ans et quelques avec le chemin de fer. Celle des best-sellers avec l'accélération des modes d'impression et de diffusion, à la même époque. L'expression  apparaît aux Etats-Unis en 1889, elle est largement utilisée en France dès les années 1920. Mais le mot est un fourre-tout. Selon les périodes, il ne s'applique pas aux mêmes seuils : à notre époque d'industrie culturelle, on compte en millions ; il y a un siècle, au temps de la littérature industrielle, on calculait seulement en centaines de milliers d'exemplaires. Du best-seller,  on parle généralement comme d'un succès prévu, calculé voire manipulé. Mais le best seller le plus révélateur n'est-il pas l'imprévu, celui qui s'embrase comme un feu, révélant tout d'un coup une sensibilité latente ? »

    D’autres comme Umberto Eco dans Lector in fabula (Grasset) se sont interrogés sur la relation du « Lecteur modèle » avec le texte. Une étude savante pour mieux comprendre son apport au contenu de l’œuvre. Citation : «L'activité coopérative qui amène le destinataire à tirer du texte ce que le texte ne dit pas mais qu'il présuppose, promet, implique ou implicite, à remplir les espaces vides, à relier ce qu'il y a dans ce texte au reste de l'intertextualité d'où il naît et où il ira se fondre.» Ou encore : « Un texte se distingue d'autres types d'expressions par sa plus grande complexité. Et la raison essentielle de cette complexité, c'est qu'il est un tissu de non-dit. "Non-dit" signifie non manifesté en surface, au niveau de l'expression: mais c'est précisément ce non-dit qui doit être actualisé au niveau de l'actualisation du contenu. Ainsi un texte, d'une façon plus manifeste que tout autre message, requiert des mouvements coopératifs actifs et conscients de la part du lecteur.»

    A la lecture de tous ces points de vue, la « recette » du best-seller apparaît en filigrane, mais l’élément « miraculeux » qui conduit à la rencontre d’un auteur avec ses lecteurs reste un mystère, ce qui aurait tendance à rendre l’industrie du livre beaucoup plus humaine.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu