Avertir le modérateur

gallimard - Page 3

  • Le temps des écrivains : Virginie Despentes, Jean-Marie Laclavetine, Laetitia Colombani

    C’est l’été et l’actualité vit au ralenti, ce qui laisse un peu de place dans les médias pour s’intéresser aux écrivains.

    Virginie Despentes nous fait visiter Lyon

    Despentes 3.pngAuteure à succès, le troisième tome de Vernon Subutex (Grasset) vient de paraître, Virginie Despentes raconte à Bernard Lehut sur RTL les quelques années vécues à Lyon. Le quotidien Le Progrès, (qui publiera dans son édition du dimanche 30 juillet un grand entretien avec elle), la cite : « « Oui, je dirais que j’ai vraiment été heureuse à Lyon, j’ai vraiment été triste en la quittant… J’aime toujours autant cette ville, c’est comme Barcelone, c’est un endroit où on arrive et au bout de deux minutes, je la reconnais et je l’aime », explique-t-elle notamment. La romancière a d’ailleurs pris son pseudonyme en « hommage » aux pentes de la Croix-Rousse qu’elle a habitées. « À Barcelone, j’ai vécu en haut d’une colline. À Paris, j’habite à Belleville, ça me plaît de vivre en hauteur dans les villes. »

    Jean-Marie Laclavetine nous parle de la Touraine

    Laclavetine.pngLa nouvelle République ouvre sa série estivale Plumes d’ici avec l’auteur et éditeur Jean-Marie Laclavetine : « La Touraine, qu'il connaît déjà bien après une enfance passée sur les rives de la Garonne, lui convient. « La présence de la Loire m'importait beaucoup. J'aimais ce fleuve, ses paysages et son histoire. Il y a une douceur dans ces paysages et ces populations. Ici, les gens ne sont pas marqués par une nature hostile et n'ont pas développé un sentiment national particulier. Au contraire, ils ont vu passer et repasser des puissants avec une ironie goguenarde. » Les lieux ont-ils inspiré le romancier au fil des années ? « Les lieux, non, plutôt une atmosphère, une façon d'être, une sorte de présence au monde particulière. » Et Jean-Marie Laclavetine d'évoquer encore « une bienveillance de la nature propice à la réflexion et au bien-être. Je ne suis pas sûr que l'écriture a grand-chose à voir avec l'espace. Plutôt avec le temps, l'enfance, le parcours de vie. »

    Le succès de Laetitia Colombani

    Capture d’écran 2017-07-24 à 12.21.14.pngPas de ville ou de région spécifique pour Laetitia Colombani invitée sur Europe 1 à parler de son premier roman La tresse (Grasset) déjà vendu à plus de 200 000 exemplaires, et qui sera édité dans une trentaine de pays : « Ce succès, la romancière ne "l'explique pas", tout simplement. "C'est une grande et belle surprise que je savoure. J'écris depuis longtemps parce que je travaille pour le cinéma, en tant que scénariste, mais je n'avais jamais écrit sous forme romanesque." Quand Laetitia Colombani s'y met, elle raconte l'histoire, en chapitres courts, de trois femmes sur trois continents avec conditions sociales et religions différentes mais avec une soif de liberté pour dénominateur commun. "J'avais envie de raconter la vie des femmes dans différentes parties du monde, de parler des combats, des espoirs, des difficultés et, à travers elle, parler de trois sociétés qui traitent différemment les femmes.»

  • Lire, une habitude à prendre

    « La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens. » Daniel Pennac ("Comme un roman"-1992), source Gallimard.

    Lire ou ne pas lire, lit-on encore aujourd’hui ?

    Il y a quelques mois le journaliste Jean-Marie Gavalda (le bien nommé) constatait dans Midi Libre : Quatorze livres par an : voilà une bonne moyenne pour les Français dont 80 % déclarent "aimer la lecture". Les femmes (18 ouvrages annuels) lisent davantage que les hommes (10) et les seniors (19 livres) plus que les moins de 35 ans (9). Seuls 5 % des Français ne lisent jamais. Si le livre électronique entre progressivement dans les mœurs (21 %), le papier reste dominant. Mais les librairies traditionnelles qui réalisent 28 % des ventes sont en perte de vitesse, talonnées par les grandes surfaces (24 %) et Internet (20 %). Un peu moins d'un Français sur deux fréquente une bibliothèque (48 %) mais seulement 9 % ont une pratique régulière, au moins mensuelle. »

    Des chiffres éloquents d’un énième sondage BVA qui dévoilaient aussi que 50% des personnes interrogées préféraient regarder la télévision, et que 57% ne disposaient de pas assez de temps pour lire.

    Comment alors retrouver le goût de la lecture ?

    Le journal Slate s’interroge « Et si on obligeait les élèves et les profs à lire quinze minutes par jour? », et répond en relatant l’expérience menée depuis 15 ans par lycée Tevfik-Fikret d’Ankara : « consacrer, chaque jour ouvré, qu’on soit élève, enseignant ou personnel technique, quinze minutes de son temps à la lecture. Soit, sur l’ensemble d’une scolarité, plus de 500 heures dédiées au livre. On peut se plonger dans l’ouvrage de son choix, sans restriction de genre – la bande dessinée à sa place à côté des romans et des manuels scolaires – ou de langue – ici, on parle et lit indifféremment turc, français et souvent anglais. »

    Une action volontariste que la directrice de l’établissement résume : « Ils voient les livres de leurs copains, se les recommandent, se les échangent. Comme ils ont toujours un bouquin dans leur cartable, ils peuvent le sortir et lire en classe quand ils ont fini en avance un contrôle, ou dans la navette de transport scolaire. C’est devenu une habitude.»

    Hopper Gallimard.jpg

    Photo : Edward Hopper, "Compartiment C, voiture 293" (1938)

  • A la recherche de Marcel Proust

    Nombreux sont encore les lecteurs qui n’ont jamais osé ouvrir un livre de Marcel Proust, pourtant la renommée de l’auteur de « A la recherche du temps perdu » ne cesse de grandir et plusieurs ouvrages récents vont encore y contribuer.

    Marcel Proust, Bertrand leclair, Patrice Louis, gallimard, Jean-Marc Quaranta, Nathalie Crom, Jean-Yves Tadié,duc de ValentinoisLe magazine Télérama recense pas moins de cinq livres inédits consacrés à Marcel Proust, le plus luxueux (1.100 exemplaires numérotés, tous déjà pré-vendus à 219 euros) étant l’édition des épreuves d'« Un amour de Swann », corrigées de la main de l'écrivain et augmentées des fameuses paperoles. Le Figaro écrit à ce propos : « Gallimard a entrepris il y a trois ans de publier en fac-similé, non pas le manuscrit original de Du côté de chez Swann, mais les épreuves d'imprimerie envoyées à Proust pour qu'il les relise. Une entreprise passionnante dans la mesure où l'écrivain ne se contente pas de menues corrections par-ci par-là. Il retranche des passages entiers en réécrit d'autres, fait des ajouts conséquents. On découvre ainsi que les cinquante premières lignes de la première version d'Un amour de Swann ont été raturées. L'auteur a complètement réécrit le début dans les marges. Quand les morceaux qu'il veut ajouter sont trop longs, il les copie sur des morceaux de papier qu'il colle sur le bord de la page imprimée. Visuellement, c'est très beau. »

    Marcel Proust, Bertrand leclair, Patrice Louis, gallimard, Jean-Marc Quaranta, Nathalie Crom, Jean-Yves Tadié,duc de ValentinoisLe talent d’écriture de Marcel Proust se retrouve aussi dans ses échanges épistolaires. « Lettres au duc de Valentinois », par Marcel Proust, édition établie et annotée par Jean-Marc Quaranta, préface de Jean-Yves Tadié, (Gallimard). Les Inrocks expliquent : « En 1920, Proust révèle les mystères de son œuvre au jeune duc de Valentinois, avant de rompre avec lui. Dans six lettres, donc cinq inédites, son rapport aux autres et à son travail prend un nouvel éclairage. Passionnant. », et dans Télérama Nathalie Crom : « Jean-Marc Quaranta examine de quelle façon ces missives sont pour l'écrivain un lieu d'invention romanesque, et éclairent le rapport si crucial chez lui entre la vie et l'écriture. »

    Ceux qui veulent partager leur passion pour l’écrivain peuvent se rendre sur le blog « Le fou de Proust » animé par Patrice Louis qui se présente ainsi : « Ecrivain promeneur, blogueur malicieux, journaliste en éveil, gamin professionnel, gaucher aux yeux bleus, Parisien d'Illiers-Combray... » Passionné, il nous fait découvrir les secrets de l’œuvre de Proust, notamment à travers ses 2521 personnages.

    Enfin, même si Patrice Louis ne l’a pas trop aimé, vous pourrez aussi aborder cet auteur incontournable de façon originale avec « L’humour de Marcel Proust » (Folio) une approche inattendue de son œuvre avec cette anthologie des citations les plus humoristiques dénichées par Bertrand Leclair dans ses romans.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu