Avertir le modérateur

albin michel - Page 4

  • Katherine Pancol, une femme très lue

    En 2010, Karinne Paillaud écrivait dans Le Point à propos de Katherine Pancol : « Le Pancol nouveau s'arrache déjà. Retour sur un livre incroyablement sympathique, signé par une romancière irrésistible. C'est la der des ders ! Depuis quatre ans maintenant qu'elle vit aux côtés de Joséphine, Hortense, Gary, Iris, Philippe, Shirley, Marcel et Josiane, et qu'elle en raconte les tribulations dans une saga inaugurée par Les Yeux jaunes des crocodiles , Katherine Pancol est devenue l'auteur chouchou de lecteurs toujours plus nombreux et impossibles à classer. On y croise les habitués de Douglas Kennedy comme les aficionados de Gavalda, amateurs d'histoires bien troussées, racontées avec intelligence, générosité et réalisme. »

    Un succès qui ne se dément pas au fil des ans. Ainsi Katherine Pancol est, avec 705 000 exemplaires, en troisième place dans le classement GFK des meilleures ventes de livres pour 2012 (l’année où est paru le coffret réunissant en poche ses trois derniers romans : Les Yeux jaunes des crocodiles (2006), La Valse lente des tortues (2008), Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (2010), tous publiés chez Albin Michel).

    Un réussite dont elle a raconté les débuts à Paris Match : « Robert Laffont m’a appelée en me disant : “Je lis vos papiers dans ‘Cosmo’, faites-en un roman.” Je ne le souhaitais pas. Un jour, je suis partie en vacances avec ma machine à écrire, et le début de “Moi d’abord” est venu. Je me suis prise au jeu, petit à petit. J’ai appris à écrire en écrivant. Je me rapproche davantage des romans anglo-saxons que français. Il faut dire que j’ai vécu dix ans à New York. »

    Un exil qu’elle justifie « Après la publication de “Moi d’abord”, en 1979, j’ai eu peur de devenir un petit animal parisien peu intéressant. J’avais connu un tel succès avec ce premier roman ; j’avais vendu 300 000 exemplaires. C’était délirant. Tous les hommes tombaient amoureux de moi ! Chose agréable, mais je vivais avec Pierre Lescure à l’époque. [...] C’est dur le succès, surtout à 25 ans. Vous en prenez plein la tronche. Grâce à l’argent gagné, j’ai pu déménager là-bas. Pierre venait me rejoindre. »

    A propos des premières critiques elle raconte « Pour mon troisième livre, on me reprochait tout : mon style, ma blondeur, ma jeunesse, en gros d’être con. Je me souviens que Pierre Lescure avait caché un journal dont une double page me concernant arborait ce titre : “Katherine Pancol : une ravissante idiote”. Je fais pourtant une littérature de bonne qualité et qui marche. Je n’écris pas au kilomètre. »

    Très discrète dans les médias, titre après titre, 14 à ce jour, elle a su garder ses lecteurs au fil des années, confirmant un engouement populaire certain. En 2006, son roman Les Yeux jaunes des crocodilesse vend à près de deux millions d'exemplaires. Bien évidemment, ce succès engendre des commentaires acerbes des professionnels de la critique, Patrick Besson dans Le Point, Nelly Kapriélian dans Les Inrockuptibles, Le Monde, Olivia de Lamberterie pour le magazine Elle, Arnaud Viviant sur France Inter, Philippe Lançon dans Libération, et François Busnel qui dans France soir déclare « qu’il se refuse à l'inviter dans ses émissions car : « Elle n’a pas besoin de l’émission pour vendre et ce qu’elle raconte à la télé est pathétique » (liens sur la fiche Wikipedia).

    PANCOL.jpgCependant, sur le site de la RTBF, on peut lire « Alors oui, un tel succès fait des jaloux. Il suscite des critiques acerbes quand ce n’est pas un silence pesant et irritant, voire méprisant. « J’ai été journaliste » rappelle Katherine Pancol « Je sais comment ça fonctionne ». N’empêche, son cas n’est pas unique. Ne pensons qu’à Anna Gavalda. Si leurs romans de proximité rencontrent autant le public, ne faut-il pas y voir parfois un ras le bol pour les livres torturés, nombrilistes et souvent pessimistes qui s’empilent à perte de vue chez les libraires ? Pancol et Gavalda quant à elles, donnent l’envie de relever la tête et de regarder les choses sous un autre jour.

     Tout comme Françoise Bourdin qui, dans un autre genre, mais tout aussi absente des médias, se classe quatrième dans la liste des meilleures ventes (512 500 exemplaires), ce sont ces auteurs qui font aimer la lecture et qui font venir les lecteurs dans les librairies.

    Le site de Katherine Pancol.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu