Avertir le modérateur

actes sud - Page 5

  • L’univers vivant du livre

    « Le livre a de beaux jours devant lui » a déclaré au quotidien Le Monde, Bruno Racine qui fût pendant neuf ans président de la BnF (Bibliothèque nationale de France). Un livre dont plusieurs événements récents démontrent qu’effectivement, il a un passé, un présent, et un avenir. Mais qui en douterait encore ?

    Dans Le Figaro on apprend que « La plus vieille bibliothèque du monde va bientôt rouvrir » : « Édifié il y a plus de 1000 ans, le célèbre temple des livres al-Quaraouiyine situé au Maroc ouvrira à nouveau ses portes en mai prochain, après quatre années de travaux de restauration. Les manuscrits qu'elle abrite ont plus de 1200 ans. Fondée en 859, le temple des livres marocain al-Quaraouiyine est sans conteste la plus vieille bibliothèque du monde entier. Ce beau monument de style arabo-andalou est la réalisation d'un serment : celui de Fatima el-Fihriya, la fille d'un riche commerçant tunisien qui avait émigré à Fez. La pieuse femme s'était engagée à consacrer tout son héritage à la construction d'une mosquée et d'une bibliothèque pour sa communauté. À la mort de ses parents, elle tint parole, lança le chantier et pour s'assurer les bénédictions divines, jeûna chaque jour jusqu'à la fin des travaux. » Réhabilitée par la fondation TED sous la conduite de l’architecte Aziza Chaouni, elle devrait rouvrir ses portes en mai 2016 (photo).

    Bruno Racine, BnF, Fatima el-Fihriya, al-Quaraouiyine, fondation TED, Aziza Chaouni, Actes Sud, Françoise Nyssen,Mathias Enard, Kamel Daoud, Svetlana Alexievitch, Hubert Nyssen, Bibliothèques sans frontières, Ideas Box, Patrick Weil, Google.org,

    L’éditeur Actes Sud, dirigé aujourd’hui par Françoise Nyssen, s’est vu décerner le Prix du meilleur éditeur dans le cadre des « London Book Fair International Excellence Awards » de la Foire de Londres. Le journal Les Echos rappelle qu’en 2015, Actes Sud « a réussi un triplé historique avec le prix Goncourt (Mathias Enard), le Goncourt du premier roman (Kamel Daoud) et le prix Nobel (Svetlana Alexievitch) ». L’article précise : « Le choix final s’est porté sur la maison d’édition d’Arles, créée en 1978 par Hubert Nyssen, le père de Françoise, en raison de «l’ampleur et la profondeur de son catalogue, sa ligne graphique sans égal, la qualité de sa production et de son fonds ».

    « Offrir des espaces sécurisants accueillants et reposants pour les enfants, adolescents et les personnes les plus vulnérables, et lutter ainsi contre leur état de stress et leur sentiment d'insécurité », est un des objectifs des Ideas Box développées par Bibliothèques sans frontières déployées sur la route des Réfugiés en Europe. Un programme soutenu par Google.org et qui a débuté ses activités début mars, en Grèce, sur l’île de Lesbos et à Athènes. Selon Patrick Weil, Président de Bibliothèques Sans Frontières, « Pour les centaines de milliers de femmes, d'enfants et d'hommes réfugiés qui ont fui vers l'Europe au péril de leur vie, l'urgence c'est aussi d'avoir accès à une information de qualité dans leur langue, à des moyens de communiquer et à un espace de repos et de sociabilité. L'Ideas Box permet d'apporter cette réponse adaptée et innovante et de donner à des populations parmi les plus démunies les premiers outils pour se reconstruire. »

  • Editeurs à Paris ou ailleurs

    Si on peut écrire n’importe où, il semblerait aussi que l’on puisse éditer en divers endroits.

    Actes Sud a choisi de s’installer à Arles, place Nina-Berberova, une ville où l’éditeur possède également une librairie et un cinéma. Hubert Nyssen fondateur avec sa femme, Christine Le Bœuf, des éditions Actes Sud raconte : « En 1968, j'ai fondé un atelier de cartographie avec un jeune géographe dans une bergerie provençale du XVIIIe: “Actes”. C'était passionnant, mais en 1977, je venais de passer 50 ans, j'ai dit à Jean-Philippe Gautier de continuer sous le sigle “Actes”; de mon côté j'ajoutais “Sud” pour me lancer dans l'édition. » Une délocalisation « loin du Flore » dont il décrit les conséquences « On a mis longtemps à me le pardonner. François Nourissier m'a dit un jour : “Hubert, tu t'es mis dans des conditions où tu n'auras plus jamais un prix, ni toi personnellement ni ta maison d'édition. On s'arrangera pour que tu n'en aies pas.”Oui, voyou à ce point ! J'ai lancé une contre-offensive :“Mais nous sommes sur la rive gauche. Du Rhône.” »

    Le sixième arrondissement de Paris qui a longtemps été considéré comme le quartier des éditeurs a perdu sa substance au fil des concentrations, des restructurations, et surtout du manque de place et des hausses de loyers au centre de la capitale. Restent malgré tout, dans ce haut lieu de la littérature, des maisons comme Le Cherche midi, Hoëbeke, Arléa, L’Iconoclaste, Buchet-Chastel, à quelques centaines de mètres de St Germain-des-Prés.

    D’autres ont quitté le centre de Paris pour s’installer à la périphérie. Les éditions de La Martinière sont installées depuis quelques années dans le quatorzième arrondissement, à la lisière de Montrouge, dans un immeuble qui leur permet de rassembler toutes les filiales du groupe, Seuil, Seuil Jeunesse, Points, Don Quichotte, Métailié, etc.

    Autre éditeur à s’installer pas très loin de Paris, Hachette, troisième éditeur mondial, dont Le Figaro nous dévoile le nouveau siège « Un livre ouvert sur la ville » : « Du haut de ses sept étages, le nouvel édifice qui se déploie sous la forme d’un « H », accueille les 700 salariés d’Hachette depuis mars dernier. Ces derniers avaient du quitter les célèbres bureaux du quai de Grenelle (15e arrondissement de Paris). À Vanves, ils sont déployés sur plus de 20.000 m² ! Pour casser l’image des plateaux de bureaux alignés les uns à côté des autres, Jacques Ferrier a développé l’idée d’une promenade intérieure avec des couloirs qui bifurquent, s’évasent et divergent. «Tout cela rythmé par de la lumière naturelle, des patios et des loggias» commente-t-il. »

    Pour terminer cette liste non exhaustive, on signalera les éditions Au diable Vauvert dont le siège se situe dans une ancienne école de village d'un lieu-dit dépendant de la commune de... Vauvert.

    Photo : une vidéo sur le nouveau siège d’Hachette commentée par son architecte.

    SiegeHachette.jpg

     

  • Paroles d'écrivains

    Quatre auteurs dans l’actualité parlent de l’écriture et des livres :

    9782330035990.jpg«  On lit “Madame Bovary” comme un roman presque neutre, alors qu’il est extrêmement méchant. Chez moi, il y a toujours plusieurs moteurs qui agissent : l’émotion, la colère, qui peut brûler l’écriture, l’ironie aussi. J’aime les livres qui possèdent plusieurs musiques. Et puis, ce n’est pas si simple d’opposer un discours à la fable. La littérature permet de redonner une voix à ceux que l’on a condamnés au silence… »

    Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre. Une histoire de Buffalo Bill Cody », Actes Sud, dans Paris Match.

    « La Pléiade, on la lit moins qu'on ne la met dans sa bibliothèque pour la regarder. En revanche, la collection de poche Folio, c'est ça que j'aime. Moi, je veux être lu par le plus grand nombre. Et surtout par les jeunes ! Je n'en démords pas : le lecteur idéal a 12 ans. C'est pour lui que j'ai récrit "Vendredi ou les Limbes du Pacifique", devenu "Vendredi ou la Vie sauvage", dont il se vend toujours des dizaines de milliers d'exemplaires chaque année. Mon modèle, c'est La Fontaine. Etre simple, accessible, imagé aura été mon unique vanité d'écrivain. »

    Michel Tournier rencontré et cité par Jérôme Garcin dans L’Obs.

    « Je ne cherche pas une histoire à tout prix. Je continue à creuser les mêmes sillons. Je suis écrivain tout le temps. Les rares moments où je n'écris pas m'apparaissent comme du temps non vécu. C'est du temps saboté. Je peux le dire avec des mots mais, fondamentalement, je ne comprends pas pourquoi je ne m'autorise pas à vivre sans écrire. Je me sens légitime à vivre uniquement quand je fais ma part de travail : mettre des mots nouveaux pour décortiquer ce qui arrive. On n'aura pas assez de toute une vie pour comprendre ce qu'on fait là. Chaque véritable écrivain est une voix singulière et unique. »

    Lionel Duroy interviewé dans Le Journal du Dimanche sur son prochain livre « Echapper » à paraître en janvier 2015 (Julliard).

    « J’ai toujours cru que le poète et le romancier donnaient du mystère aux êtres qui semblent submergés par la vie quotidienne, aux choses en apparence banales, – et cela à force de les observer avec une attention soutenue et de façon presque hypnotique. Sous leur regard, la vie courante finit par s’envelopper de mystère et par prendre une sorte de phosphorescence qu’elle n’avait pas à première vue mais qui était cachée en profondeur. C’est le rôle du poète et du romancier, et du peintre aussi, de dévoiler ce mystère et cette phosphorescence qui se trouvent au fond de chaque personne. »

    Patrick Modiano, extrait de son discours de réception du prix Nobel publié par Le Monde.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu