Avertir le modérateur

Livre - Page 2

  • La saison des festivals du livre et des auteurs

    Avec les beaux jours, reviennent les manifestations dédiées au livre et à la littérature. Petite sélection, parmi beaucoup d’autres :

    Concarneau

    "En juillet de chaque année, le festival du polar se déroule Quai d’Aiguillon à Concarneau. Chaque année un thème différent est choisi, l’occasion de découvrir de nouveaux auteurs et de nouveaux horizons. Le 24e festival du Chien Jaune se tiendra du vendredi 20 au dimanche 22 juillet 2018, Quai d’Aiguillon à Concarneau sur le thème du jeu." En photo ci-dessous l'affiche de l'édition 2017. Le site officiel : http://www.lechienjaune.fr/

    ob_bb16a9_1aff-chien-jaune-2017-72dpi-2bca8.jpg

    Boulay

    Salon du livre Boulay Bouq'in 2018 en Moselle. "Pour la neuvième année consécutive, la Communauté de Communes organise son traditionnel Salon du livre, place de la République à Boulay le samedi 23 juin et dimanche 24 juin 2018. Cette année le thème choisi est "Littérature et sport". De nombreuses associations sportives seront présentes pour des animations. l'écrivain Jean-François Pré est le parrain de cette édition.

    BOULAY_BOUQUIN_2018_AFFICHE.jpg

    Arles

    Lectures en Arles à l’abbaye de Montmajour du 20 au 23 juin 2018. Le 23 juin, de 19h à minuit, Nuit de la poésie avec les "Fables" de La Fontaine lues par les enfants de l'École Domaine du Possible, Zabou Breitman qui lira "Futurs parfaits" de Véronique Bizot, Catherine Hiegel "Les Impératifs, poèmes de l'ascèse d'Al-Ma'arrî, et Hugues Quester "Le Testament amoureux" de Serge Rezvani.

    06-20-AU-23-ARLES-LECTURES-EN-ARLES-1-684x850.jpg

    Rochefort

    Les Journées des Maisons d'écrivain (5e édition) auront lieu les 30 juin et 1er juillet 2018 à Rochefort (Charente Maritime) avec pour thème Nourritures. Les journées des Maisons d'écrivain ont été labellisées dans le cadre de l'Année européenne du patrimoine culturel. Parrallèlement à cette manifestation il faut noter que la maison de l’écrivain voyageur Pierre Loti (1850–1923) à Rochefort a été retenue parmi les 18 projets de la mission "Patrimoine en péril" menée par Stéphane Bern.

    salle-renaissance.jpg

    A suivre...

     

  • Les images numériques et les livres

    Découvert le « Blog Gallica » de la BnF avec cet article consacré aux « malédictions » censées protéger des livres anciens : « Grâce au mécénat de la Fondation Polonsky, 800 manuscrits médiévaux antérieurs au XIIIe siècle conservés à la BnF et à la British Library sont en cours de numérisation. Parmi eux, certains présentent d’étranges malédictions. Venez découvrir les anciens anathèmes dans Gallica ! ». Extrait : « Ces malédictions sont parfois accompagnées d’ex-libris et/ou d’éléments décoratifs comme, ci-dessus, l’escarboucle de l’abbaye de Saint-Victor de Paris. Le texte nomme le propriétaire légitime du manuscrit et menace quiconque voudrait le lui soustraire, le voler, le cacher ou en effacer la marque d’appartenance (son "titre"). Les interdictions s’enrichissent parfois de condamnations sévères qui perdureront jusqu’au temps du jugement dernier. »

    uneanatheme.jpg

    Légende de la photo : « Isidorus Hispalensis, De summo bono, manuscrit Latin 12268, 1086-1100. "Hic est liber Sancti Petri Fossatensis. Si quis eum furatus fuerit, anathema sit." "Ce livre appartient à Saint-Pierre des Fossés [aujourd’hui Saint-Maur-des-Fossés]. Si quelqu’un l’a volé, qu’il soit anathème."

     

    La librairie Mollat de Bordeaux nous propose sur Instagram une nouvelle série de « Book face » :

    Tosches.png

    Delacroix.png

    Lapin.png

    Erin Watt.png

    Le site Internet de Mollat : https://blogs.mollat.com/

     

    Vu sur Facebook « Le pouvoir d’un livre » création de l’artiste mexicain Jorge Méndez Blake pour représenter « l’effet de la culture ».

    Mur livre.png

    Sur l’artiste : http://www.meessendeclercq.be/pdf/mendez_blake_fr.pdf et https://www.zerodeux.fr/reviews/jorge-mendez-blake-projets-pour-une-possible-litterature/

  • Les maux des correcteurs

    27814687899_d608a26d10_z.jpg

    Les correcteurs ont un rôle essentiel dans la réalisation d’un livre. Ce sont eux qui corrigent les fautes d’orthographe des auteurs, placent les virgules et les points au bon endroit, entre autres interventions sur le texte. Ce sont eux aussi qui vérifient les invraisemblances d’un récit et la cohérence des noms, des dates, des lieux. Ils portent un regard sur l’ensemble des signes, des caractères qui composent un manuscrit et veillent à ce qu’il soit correctement mis en forme avant d’être mis en page, imprimé, et diffusé.

    Mais voilà la crise de l’édition étant passée par-là et les éditeurs tentent, y compris dans ce domaine, de faire des économies. Si les grandes maisons d’édition ont encore des correcteurs attitrés et salariés, de plus en plus d’éditeurs externalisent ce travail pour faire baisser les coûts de revient ce qui amène les correcteurs professionnels à dénoncer une « ubérisation » de leur métier.

    En janvier 2018 on pouvait lire dans Le Figaro : « «Nos CDI nous contraignent à une rémunération fluctuante et à des périodes de chômage imposé non rémunéré et non indemnisé. Aucune obligation de salaire mensuel minimum n'est faite aux employeurs», déplorent les correcteurs qui ont lancé une pétition pour dénoncer leurs conditions de travail. Cette dernière a recueilli plus de 7.500 signatures dont celles de nombreux écrivains et de tous les membres de l'académie Goncourt. »

    Des négociations ont été entamées avec le syndicat national de l’édition (SNE) et portent sur les points suivants selon le site Actualitté.com :

    - les indemnités de licenciement, 

    - la cadence de travail, 

    - le lissage mensuel de la rémunération 

    - la compensation des pertes de revenus découlant d’un volume de travaux inférieur au volume annuel d’heures prévu dans la clause d’évaluation du niveau d’activité prévisible. 

    Les correcteurs ont même demandé l'intervention de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, ex-éditrice faut-il le rappeler, et le ministère à répondu : « [S]ensible aux difficultés rencontrées par les correcteurs de l’édition », nous suivons « attentivement l’évolution des négociations en cours, conduites par les partenaires sociaux sous l’égide du ministère du Travail ».

    Les négociations continuent faute d'accord.

    Photo : Document Actualitté.com.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu