Avertir le modérateur

Librairies - Page 5

  • Lieux de mémoire (et de vie) du livre papier

    « J'essaie de ramener les clients en boutique, chez le bouquiniste, dans le réel, parce qu'à un moment le virtuel commence à fatiguer ». Ces fortes paroles sont prononcées par Didier Rodriguez, fondateur du Village du livre.

    Un lieu décrit ainsi par France 3 (une vidéo accompagne l’article) : « Un univers de papiers dissimulé au cœur de vielles pierres. Plus de 2000 mètres carrés dédiés au livre sont installés dans une bâtisse du XVII, à Sablons près de Libourne en Gironde », à Laubardemont plus précisément.

    A eux seuls les chiffres donnent la dimension de l’aventure qui a débuté en mai 2017 : cinq ans de travaux, sept millions de livres, dont près de deux millions référencés sur Internet, seize personnes pour envoyer les livres commandés sur www.le-livre.fr.

    Didier Rodriguez partage aujourd’hui avec son fils Adrian la passion des livres, et sa volonté à vouloir conserver ce patrimoine classé en cinq univers : les vieux papiers et les collections, les religions et les sciences, la gastronomie, l’art et l’histoire naturelle, l’histoire, la géographie et le régionalisme, et la litterature et la jeunesse. Paradoxalement leur site se retrouve au premier rang des libraires indépendants des ventes en ligne.

    Village Livre.png

    Autre lieu pittoresque mais dans le Val-d'Oise, au bout de la ligne D du RER, à 11 kilomètres de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, la librairie Goussainlivres. Dans un village déserté par ses habitants dans les années 1970 après la construction de l’aéroport, subsiste un commerce de livres anciens et d’occasion animé par Nicolas Mahieux. Au mois de mars son créateur fêtait les 20 ans de son enseigne.

    Présent à Goussainville dans sa boutique (fermée les lundi et jeudi), le libraire participe aussi dans la région à de nombreux événements autour du livre, anime une page Facebook où l’on peut suivre son actualité, et un site avec un lien dédié aux ventes par correspondance (avec Priceminister).

    1434191104271_goussainvillevieux_pays_frankreich_flughafen_charles_gaulle_nico.jpg

  • Des librairies qui ferment en Corse et à Paris

    « Bastia : comment expliquer la fermeture des librairies ? » s’interroge France 3 Corse qui constate : « Depuis 2012, cinq des sept librairies de Bastia et ses environs ont fermé. » Le libraire Stéphane Papi fait les comptes : « Ici, sept librairies, on a atteint un niveau qui était trop important. Je pense honnêtement que le marché pour Bastia est de deux librairies […]. Il n’y a pas 100 000 habitants dans le centre-ville. Donc pour faire travailler tout le monde, je pense que deux c’est un bon compromis », et France 3 de conclure : « Deux, c’est exactement le nombre de librairies que compte Bastia avec Papi et Album les deux enseignes historiques de la ville. Pour l’heure, elles sont toujours fidèles au poste. Les lecteurs bastiais, échaudés par les fermetures de ces dernières années, espèrent que la série noire en restera là. »

    Bastia, Paris, la capitale n’est pas non plus à l’abri de la fermeture de librairies. Le Parisien nous apprend que Yves Toutut, le vieux libraire situé en face du Centre Pompidou, va mettre la clé sous la porte. Le quotidien précise : « Pas à cause de son âge, jure ce monsieur bien vert, de colère. « Je pourrais continuer. Mais plus personne n’achète de livres d’art. C’est fini ». » Le patron du Centre Pompidou est même passé le voir pour lui demander de continuer « Car les nouveaux voisins du « XXe siècle & ses sources », de Starbucks à Puma, n’ont plus grand-chose à voir avec la peinture ». Yves Toutut constate désabusé « Il y a des touristes attirés par la vitrine. Mais ils ne rentrent pas », et est déterminé à vendre sa librairie dans les trois mois.

    20 siecle.png Photo Google.

    Autre mauvaise nouvelle trouvée sur la page Facebook SOS librairie qui ferme, à propos de la menace qui pèse sur la librairie parisienne L'œil Ecoute, 77 Bd du Montparnasse dans le 6e. De nombreux écrivains se mobilisent et le vendredi 13 octobre une nocturne sera organisée à partir de 18 heures : « les auteurs viendront avec une bouteille et un truc à grignoter et offriront aux lecteurs un pot de l'amitié. Pour participer, rien de plus simple. Il suffit de s'engager à acheter un livre de la librairie quel qu'il soit. Cela peut-être un polar, un roman d'amour, de politique, un livre pour enfant, un livre de cuisine, celui qui vous tente ou que vous aviez remis à plus tard. Les auteurs y poseront une petite dédicace en souvenir de la soirée. Pour ceux qui n'habitent pas la région parisienne ou qui ne sont pas libres ce soir-là, vous pouvez participer à notre opération de soutien en déposant symboliquement le prix d'un livre sur la cagnotte Ulule https://fr.ulule.com/librairie-loeil-ecoute/ mise en place pour tenter de sauver la librairie. » 25 000 euros sont nécessaires.

  • Les ouvertures de bibliothèques, les changements à Milan, et un éditeur qui se fait un film

    Les horaires des bibliothèques

    Comment fréquenter les bibliothèques publiques quand leurs horaires ne correspondent pas toujours aux modes de vie des lecteurs ? Le site spécialisé ActuaLitté rend compte de la journée d’étude sur le sujet organisée par la BPI du Centre Pompidou avec la participation d’Érik Orsenna, « ambassadeur de la lecture » et de Noël Corbin, inspecteur des affaires culturelles. ActuaLitté écrit : « En quinze jours, l’ambassadeur a pu voir les systèmes de lecture publique de Nancy, Strasbourg et Rennes. Forcément, c’est un peu court pour tirer de premières conclusions, si ce n’est que « des choses formidables se font ». « Seulement 37 % des villes de plus de 100.000 habitants ont une bibliothèque ouverte le dimanche », souligne Orsenna, « alors que des localités plus petites s’arrangent pour le faire. Nous allons regarder comment elles font ».

    Milan ferme son magasin à Toulouse

    Après plus de 20 ans d'activité à Toulouse, la librairie et boutique de jeux Espace Milan fermera définitivement le samedi 28 octobre 2017. Sa directrice générale Marie-Anne Denis, explique à Actu Toulouse : « Il y a malheureusement une raison à cette fermeture. Alors que l’Espace Milan présentait des résultats déficitaires depuis cinq ans, la boutique nécessitait d’importants investissements de mise aux normes. Le groupe ne pouvait plus absorber de telles dépenses, d’autant qu’il s’agit d’une activité périphérique. Nous étions obligés de faire un choix. Notre cœur d’activité demeure la presse et nous préférons nous concentrer sur les développements numériques. » Autre actualité pour le groupe Milan Presse, filiale du groupe Bayard, le déménagement des 250 salariés qui quittent le site historique route d’Espagne pour la zone d’activités de Basso Cambo mais toujours à Toulouse.

    Le métier d’éditeur sur grand écran

    Nombre d’éditeurs ont raconté dans des livres leur métier, aujourd’hui c’est au tour de Paul Otchakovsky-Laurens, (éditions P.O.L) de le faire mais à travers un film, « Editeur », qu’il a présenté selon Livres Hebdo (article payant) en avant-première au cours de la manifestation Les correspondances de Manosque (20-24 septembre). Il dit à son propos : « Depuis plus de quarante ans maintenant, j'exerce un métier passionnant, celui d'éditeur de littérature. J'ai voulu raconter mon métier et, surtout, pourquoi, comment ? Ce film est la reconstitution d'un itinéraire, avec ses péripéties ordinaires et ses moments forts, c'est d'abord une interrogation face à une pratique qui me reste encore très obscure... ». Il sera présenté à Paris en novembre et ensuite dans plusieurs villes en province. 

    Manosqe 2017.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu