Avertir le modérateur

Edition - Page 3

  • Les libraires contre Amazon, énième épisode.

    Nouveau bras de fer en cette fin d’année 2019 entre les libraires et la multinationale Amazon. En jeu les milliers de livres qui vont être offerts en cadeau à Noël, une période particulièrement favorable pour le monde de l’édition.

    noel librairie independante nouvelle aquitaine.jpgEn première ligne le site lalibrairie.com qui rassemble plus de 2500 libraires et qui se présente ainsi : « Vivez l'expérience lalibrairie.com, qui défend une "économie" locale du livre. Une véritable librairie de quartier mais avec les services des grandes enseignes qui tient dans votre smartphone. Nous prônons un nouveau mode de distribution alternatif aux circuits traditionnels tout en protégeant votre librairie de proximité. Aucun frais de port garanti si vous retirez votre livre dans la librairie au coin de votre rue. Les librairies locales sont le cœur de ce réseau, alors maintenons ces lieux d'échanges et de conseils. »

    Tous les titres sont accessibles et ils sont accompagnés de conseils des libraires. On y trouve aussi la liste de toutes les nouveautés aussi bien en littérature que en livres numériques ou en bandes dessinées.

    Cette adresse circule beaucoup sur les réseaux sociaux de même qu’un appel incitant chacun à ne pas utiliser Amazon notamment lors du Black Friday le 29 novembre. Les initiateurs de la campagne « Se passer d’Amazon : mode d’emploi » expliquent : « Amazon est une championne de l’optimisation fiscale qui tue les libraires et se fiche de l’environnement. Pourtant, lors du Black Friday, l’entreprise irresponsable sera récompensée en encaissant des milliards de dollars… »

    Une initiative largement commentée par les médias. France Info évoque la conclusion du rapport de l'ancien secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi pour qui un emploi créé chez Amazon supprimerait deux emplois dans les commerces de centres-villes. »

    Mais rien n’est simple comme en témoigne Alain interrogé par 20 minutes : « Le premier libraire est à 30 kilomètres de chez moi et le premier d’appareils ménager à 80 kilomètres… Et je ne trouve pas ce que je cherche ! Amazon est une bénédiction pour les zones rurales. ».

    Un journal qui conclut ainsi son article : « Cyrielle, l’une de nos lectrices, résume à la perfection votre rapport à la livraison : « Cela fait partie des choses que chacun doit négocier avec sa conscience. »

    IMG_2279-bis.jpgPhoto : vitrine de Comme une orange librairie indépendante et généraliste, 46 rue Bayen 75017 Paris.

  • Les Gilets jaunes en librairie

    David Dufresne, Grasset, Gilets jaunes, éditions Indigène, Mariel Primois Bizot, David Le Bars, Albin Michel, Edwy Plenel, Au diable vauvert, La Découverte, Le Seuil, 76 Actu, « Plus rien ne sera comme avant dans les relations des policiers vis à vis d'une certaine partie de la population. Des parties de la société sont en passe de se fracturer. Il va falloir imaginer qu'on a besoin d'une police pour tous vivre ensemble. Il faut la protéger, cette police. » Celui qui prononce ces paroles est David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), et auteur, avec Frédéric Ploquin journaliste spécialisé dans les affaires de police, du livre La Haine dans les yeux (éditions Albin Michel).

    L’ouvrage est consacré aux manifestations des Gilets jaunes, un mouvement social revendicatif, quelquefois violent, qui se déroule tous les samedis depuis un an. D’autres auteurs se sont aussi emparés du sujet et dès le mois de janvier on comptait déjà plus d’une dizaine de titres publiés. Parmi eux on peut citer La victoire des vaincus d’Edwy Plenel (La Découverte), ou Le fond de l'air est jaune rédigé par un collectif de spécialistes et sous-titré « comprendre une révolte inédite » (Seuil), ou Fly rider Gilet jaune par Maxime Nicolle, un des leaders du mouvement, un document préfacé par le polémiste Juan Branco et écrit avec la participation de Mariel Primois Bizot (Au Diable Vauvert).

    David Dufresne, Grasset, Gilets jaunes, éditions Indigène, Mariel Primois Bizot, David Le Bars, Albin Michel, Edwy Plenel, Au diable vauvert, La Découverte, Le Seuil, 76 Actu, Depuis d’autres parutions tentent d’établir un bilan de ces actions hebdomadaires qui perdurent. François Boulo, avocat impliqué dans la mobilisation, a publié La ligne jaune (éditions Indigène) qualifié de « manifeste » et qui vise à « restaurer l’image des Gilets jaunes ». Dans un entretien accordé à 76 Actu il dit à propos de son regard sur les Gilets jaunes « Au départ, ils ont simplement voulu exprimer un ras-le-bol. Chacun a fait comme il a pu, a essayé de faire au mieux. Ce serait compliqué de porter une critique. »

    Approche différente pour le journaliste David Dufresne, connu des médias pour tenir le compte détaillé des violences commises par les forces de l’ordre, qui a choisi le roman avec Dernière sommation (éditions Grasset). Dans L’Express il s’en explique : « la fiction a des avantages : d'abord, il n'y a plus la question du off / pas off par rapport aux sources. On peut y aller, il n'y a pas de prévention particulière. Ensuite, ça permet la synthèse. La plupart de mes personnages sont des personnages composites. Il y a plusieurs syndicalistes de police à travers le personnage du syndicaliste que je décris. » 

  • Comment rémunérer les directeurs de collection ?

    Hugues Jallon, Seuil, SNE, Livres hebdo, Agessa, directeur de collection, actualitté.comDans les métiers du livre il en existe un, peu connu, celui de directeur de collection. Son rôle créer, imaginer, une série de livres autour d’un thème ou d’auteurs, et assurer ensuite le suivi du travail des auteurs jusqu’à la remise des manuscrits et la parution du livre.

    Ils sont les intermédiaires entre l’éditeur et les auteurs. Souvent ils s’impliquent dans le contenu des ouvrages pour s’assurer que l’esprit de la collection est maintenu. Ils participent également à la conception des couvertures et des textes qui accompagnent les livres.

    Les directeurs/directrices de collection ne sont pas toujours des salariés de l’entreprise, soit parce que la charge de travail n’est pas suffisante pour justifier ce statut, soit que en tant que spécialistes ils ont une autre profession. Ils étaient donc rémunérés en droits d’auteurs et parfois en pourcentage de droits sur les ventes. Or, suite à un recours en 2017 de l’Agessa (la Sécurité sociale des auteurs pour simplifier), le Conseil d’Etat vient de leur dénier ce statut d’auteur, un problème qui met en émoi et mobilise le SNE Syndicat National de l’édition.

    Livres Hebdo qui fait le point sur cette affaire dans un grand article (payant) écrit : « Jugée « désastreuse » au SNE, cette décision met en péril le travail méconnu mais essentiel de 900 directeurs de collection, rémunérés pour la majorité d'entre eux en droits d'auteur, qui collaborent avec plus d'une centaine de maisons d'édition. Qu'il soit en parallèle auteur, éditeur, traducteur, correcteur, journaliste, artiste, universitaire ou enseignant, le directeur de collection apporte des projets Hugues Jallon, Seuil, SNE, Livres hebdo, Agessa, directeur de collection, actualitté.comindépendants, porte une ligne éditoriale et choisit les ouvrages à éditer en accord avec la maison d'édition. « Ils font partie de l'écosystème de création à part entière », souligne le P-DG du Seuil, Hugues Jallon. »

    Actuallité.com aborde une autre facette du problème : « La dernière inquiétude du syndicat patronal concerne les contrats antérieurs à la décision du CE, notamment dans le cas d'ayant droits de deuxième ou de troisième génération. « Il est impossible de les transformer en taux horaire ou en salaire, et engager des discussions avec tous les concernés serait une tâche monstre. Ce que l'on souhaiterait, c'est que la date d'application de la décision soit maintenant, sans rétroactivité. »

    Le site spécialisé conclut en citant le SNE : « Les collections structurent l’édition moderne. Leurs directeurs sont des maillons essentiels de cette grande chaîne de la création éditoriale », et pose la question « Pourquoi avoir ouvert originellement la boîte de Pandore ? »

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu