Avertir le modérateur

Auteur - Page 3

  • Don Quichotte nous fait son cinéma

    El_ingenioso_hidalgo_don_Quijote_de_la_Mancha.jpgLe film « "L'Homme qui tua Don Quichotte" réalisé par Terry Gilliam sera finalement présenté dans le cadre du festival de Cannes 2018. Un aboutissement heureux pour ce long-métrage souvent qualifié de « film maudit » car il aura mis plus de 20 ans à être terminé, mais aussi l’occasion de rappeler que les aventures de « L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche » sont une création de l’écrivain Miguel Cervantès. Un roman dont les deux volumes ont été publiés en Espagne en 1605 et 1615. Une œuvre satirique qui conte les pérégrinations à travers le pays d’un gentilhomme extravagant qui tente de concrétiser son rêve de devenir un Chevalier combattant le mal et au service des opprimés. Michel Onfray cité en 2014 par Télérama voit en Don Quichotte « l'homme de la dénégation, pour qui « le réel n'a pas eu lieu ». On y découvre en creux l'archétype du lecteur : « ce qu'il croit devient vrai et le vrai devient une fiction ». Lire ou quand « croire suffit pour voir ». Comment mieux traduire la complexité de ce texte qui pourtant a traversé les siècles ?

    Le récit a déjà adaptée de très nombreuses fois au théâtre comme au cinéma dans le monde entier. Il a inspiré un opéra, divers morceaux de musique, des ballets, des chansons, et aux Etats-Unis une comédie musicale « L’homme de la Mancha » adaptée ensuite en français et magistralement interprétée par Jacques Brel.

    Le texte du roman a aussi donné du fil à retordre à ses traducteurs. Le site Bulletin Hispanique pose la question de la traduction des « archaïsme » et en 2008 Le Monde constatait « Le roman "carnavalesque" de Cervantès pose, avec une particulière acuité, le dilemme classique de la traduction ». Le quotidien donne la parole à Jean-Raymond Fanlo traducteur d’une des ultimes traductions de l’œuvre : « A un moment, il faut arriver à une interprétation de la phrase pour la recréer en français. Au départ, je voulais être fidèle à la phrase de Cervantès. Et je me suis rendu compte que c'était illisible avec nos critères esthétiques. Ce que j'ai cherché à restituer pour les lecteurs d'aujourd'hui, c'est l'effet que pouvait espérer produire Cervantès en son temps. C'est une affaire de sensibilité aux mots. Pour moi, l'esprit tue, c'est la lettre qui vivifie. C'est en cherchant dans les détails que l'on voit apparaître les effets de bigarrure de la langue. »

    La bande-annonce du film :

    Don Quichotte.png

  • Leçons d'écriture

    Vous aimez l’écriture et vous rêvez d’avoir le même succès que des auteurs comme Eric-Emmanuel Schmitt ou Bernard Werber. Pas de problème c’est possible.

    Pour atteindre le niveau d’Eric-Emmanuel Schmitt, « écrivain multi-récompensé, jury du Prix Goncourt », mais aussi « philosophe, dramaturge, réalisateur », et « l’un des auteurs francophones les plus lus et les plus représentés dans le monde, avec plus de 20 millions de livres vendus », il suffit de s’inscrire à la masterclass que propose The Artist Academy. Vous avez le choix entre 2 formules de « 120 à 500 euros » et « selon la formule choisie, vous pourrez même rencontrer l’artiste ! ».

    Le site détaille les 20 chapitres de cet apprentissage vidéo dont les exercices sont corrigés « en live » : « A travers ces 20 chapitres, Eric-Emmanuel Schmitt va véritablement vous faire vivre une expérience unique. En 6 heures : ses secrets, ses techniques, ses exemples, ses inspirations, son travail, son œuvre, les exercices qu’il vous fera faire, tout absolument tout ce qui a fait de lui un auteur à succès vous sera livré de façon inédite, afin que vous alliez au bout de votre rêve. »

    eric-emmanuel schmitt,Maria Konnikova, New Yorker, France Infoamélie nothomb,les artisans de la fiction,the artist academy,bernard werber

    Autre auteur, autre style, Bernard Werber qui lui distille gratuitement sur Youtube des conseils d’écriture. A travers plusieurs vidéos, vous apprenez « Comment écrire un roman » et vous recevez des conseils d’écriture. Ces 4 vidéos sont diffusées par la chaîne Les Artisans de la Fiction qui propose également des entretiens avec Amélie Nothomb dans lesquels elle évoque « le travail de préparation d'un roman : l'importance de lire pour écrire, le trajet comme point de départ d'un roman, l'importance de construire un incipit. »

    Pour terminer, une histoire racontée par France Info et qu’aucun atelier d’écriture n’aurait pu imaginer : Maria Konnikova, journaliste au New Yorker, a eu l’idée d'écrire un livre sur le monde du poker professionnel, ne connaissant rien à ce jeu elle s’est immergée dans le milieu de la compétition comme joueuse débutante. Résultat explique France Info : « En janvier dernier, la journaliste a remporté l'un des plus gros tournois de poker du monde, réunissant 240 personnes, et a gagné 84 600 dollars ». La parution du livre a été reportée mais l’auteure a déjà trouvé le titre : « Comment je suis devenue l'une des meilleures joueuses de poker du monde ».

  • Pierre Desproges écrivain

    Le 18 avril 2018 France Inter commémorait les 30 ans de la disparition de Pierre Desproges. Etait-il un amuseur, un humoriste, ou un écrivain ?

    Les trois sûrement et celui qui ne se considérait pas forcément comme un écrivain mais plutôt comme un « écriveur » déclarait en 1987 : « Je travaille comme un artisan. Je suis très méticuleux, soigneux, besogneux même. Je pèse chaque phrase, chaque mot et je passe des heures dans les dictionnaires. J’ai des Quillet, des Robert, des Larousse. J’aime bien les dictionnaires. »

    Toujours sur France Inter, l’émission « Affaires sensibles » de Fabrice Drouelle lui était dédiée et pour sa présentation piochait sur Wikipedia un résumé de sa carrière : « Il a été journaliste à L'Aurore, puis débute à la télévision sur TF1 dans l’émission de Jacques Martin, Le Petit Rapporteur. À la radio, il est le procureur fantasque du Tribunal des flagrants délires sur France Inter. Auteur de spectacles, il a aussi présenté l'émission humoristique La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède sur FR3 ».

    A ces prestations audio-visuelles, il faut cependant rajouter ses livres, un dizaine publiés de son vivant, parmi lesquels Chroniques de la haine ordinaire, Manuel du savoir-vivre à l'usage des rustres et des malpolis, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis, et surtout son seul et unique roman Des femmes qui tombent, publié en1985.

    Pierre Desproges, Perrine Desproges, éditions du Courroux, Fabrice Drouelle, Une dizaine de titres seront publiés après sa mort en 1988, et en 2014 paraîtra Encore des nouilles (Les Echappés) recueil de ses chroniques culinaires parues dans Cuisine et vins de France en 1984-1985, illustrées par l’équipe de dessinateurs de Charlie Hebdo.

    Pierre Desproges, Perrine Desproges, éditions du Courroux, Fabrice Drouelle, En 2017, sa fille Perrine lui a consacré un très bel album Desproges par Desproges (éditions du Courroux), puisant dans les archives pour nous faire découvrir des facettes plus intimes de sa vie. Interrogée sur France Info elle dit à propos du travail d’écriture : « Mon père, il ne fallait pas toucher à une seule de ses virgules (…) Je ne vous dis pas la pression quand on fait ce livre... Un livre, et il n’est pas là pour se défendre ! »

    Le site officiel de Pierre Desproges

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu