Avertir le modérateur

- Page 3

  • Le Sillon, prix Renaudot 2018

    Le sillon.png

    « Le Goncourt pour Nicolas Mathieu, et un Renaudot surprise ! » titre Le Parisien. Pas tout à fait inattendu puisque Le Sillon de Valérie Manteau, figurait déjà dans la première pré-sélection du Renaudot avant d’en disparaître mystérieusement.

    Récompense « surprise » mais très bon accueil pour ce livre dans la presse et les médias. Comme le rappelait ce blog l'autrice a eu les honneurs d’un passage dans La Grande Librairie au côté de Salman Rushdie, et d’articles élogieux dans Le Monde des livres, Télérama, Les Inrocks, Libération, et Le Devoir au Canada.

    Dans une vidéo réalisée pour la librairie Mollat, Frédéric Martin patron de la maison d’édition Le Tripode raconte comment pour sa rentrée littéraire 2018 il a fait l’impasse sur trois autres titres prévus, dont un inédit d’Alexandra David-Néel, pour que toute l’attention des libraires et journalistes se porte sur Le Sillon.

    Le Sillon est le second roman de Valérie Manteau, le premier Calme et tranquille, a lui aussi été publié par Le Tripode en 2016. Le site On la lu écrivait à son sujet : « Il va se dire et s’écrire beaucoup de belles choses sur ce livre : que les libraires se sont enthousiasmés logiquement pour ce nouvel ovni du Tripode, également éditeur de Sigolène Vinson qui a côtoyé Valérie Manteau à Charlie-Hebdo ; qu’Annie Ernaux a été plus qu’émue par cette prose intimiste ; que ce texte qui se joue des registres (ni tout à fait fiction, récit ou essai) a été réimprimé sitôt paru. Il va peut-être aussi se trouver des esprits chagrins pour s’agacer de la multiplication de témoignages d’après-attentat(s), pointant qui la légitimité d’écriture de l’auteure, qui son implication passée au sein d’une rédaction - et de proches - en souffrance », mais, conclut l’autrice de l’article Christine Sallès : « A tous, il n’est qu’une ligne de conduite qui vaille : lisez ce texte. Il serait surprenant que vous n’en sortiez pas profondément bouleversé, sincèrement ému. » Un conseil de lecture que l’on peut réitérer pour Le Sillon.

    Les jurés du prix Renaudot ont également attribué un « prix spécial » à Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard), qui a déjà remporté le prix Femina mais qui avait été éliminé de la liste du prix Goncourt.

    « Ecrire ça alimente la peur, je me fais peur, mais je ne peux pas m’en empêcher », Valérie Manteau, extrait de l’émission Par les temps qui courent sur France Culture.

  • L'art de bien traduire les mots

    « Dans la traduction, on a déjà l’architecture globale, le livre existe déjà, ce qui n’est pas le cas dans l’écriture. La traduction, c’est du travail d’orfèvre, très minutieux. » C’est ainsi que le traducteur Brice Matthieussent invité d’honneur du Festival VO-VF de Gif-sur-Yvette, parle de son métier. Une manifestation littéraire, créé en 2013 à l’initiative de deux libraires Hélène Pourquié et Pierre Morize, avec Sylvie Melchiori. Une manifestation « unique en son genre, puisqu’elle donne la parole au traducteur, lecteur idéal et formidable passeur entre les littératures du monde. » écrivent ses organisateurs

    Une profession incontournable dans l’édition française où la part des traductions dans la production, tous genres confondus, littérature, bande dessinée, jeunesse, sciences humaines et sociales, art, a atteint en 2017 19,1 % des 13 027 nouveautés Une progression de 14 % en dix ans.

    Livres Hebdo confirme ce niveau record : « Lentement mais sûrement, la part des traductions dans la production de l’édition française progresse. Témoignant de la mondialisation croissante du secteur, au sein duquel les échanges de droits se sont multipliés au fil des années.»

    Ce savoir faire artisanal et très spécialisé sera-t-il un jour bousculé par la technologie ? Le 18 octobre 2018 était publié le premier livre entièrement traduit par une intelligence artificielle. Ironie de la chose, l’ouvrage est consacré… à l’intelligence artificielle. France Info qui apporte cette précision explique : « 800 pages de concepts et de formules mathématiques. Le livre L’apprentissage profond, écrit en anglais par trois scientifiques, Ian Goodfellow, Yoshua Bengio et Aaron Courville, fait référence dans le domaine de l’intelligence artificielle. Il sortira prochainement pour la première fois en langue française. Alors qu’il aurait fallu des semaines à un humain pour le traduire, il a suffi d’une douzaine d’heures au logiciel de traduction mis au point par l’entreprise Quantmetry pour exécuter cette tâche. » L’article se termine par ce constat : « "Il n’est pas possible de traduire automatiquement de la littérature" », confie encore Jérémy Harroch. Les traducteurs humains ont encore quelques belles heures devant eux. » 

    Un travail que l’on peut découvrir sur le site de Télérama qui diffuse en avant-première et en accès libre jusqu’au 9 novembre, le film d’Henri Colomer, “Des Voix dans le Chœur – Eloge des traducteurs” (photo), projeté lors du festival Les Etoiles du documentaire organisé par la Scam (Société civile des auteurs multimédias) au Forum des Images à Paris les 10 et 11 novembre 2018.

    Traducteurs.png

  • L'autre grande bibliothèque de François Mitterrand

    Que faire d’une bibliothèque au décès d’un proche ? La récupérer chez soi si on a un grand appartement ou une grande maison ? La donner ? Les héritiers de François Mitterrand ont choisi de vendre une partie de la sienne aux enchères. Un événement qui a eu lieu le 30 octobre 2018.

    François Mitterrand homme politique français, président de la République de 1981 à 1995, mais également écrivain – il a publié plus d'une vingtaine de livres et essais - et grand amateur de littérature. Il fut aussi l’initiateur de la très grande bibliothèque de France qui porte aujourd’hui son nom. On aurait pu croire que son fonds aurait pu y trouver une place ce n’est peut-être pas aussi simple.

    Pourtant le contenu de la bibliothèque « moderne » que son fils Gilbert met en vente semblait riche en documents chaque ouvrage étant accompagné d’une note rédigée par François Mitterrand. Parmi les auteurs on trouve Jacques Chardonne, Maurice Barrès, Robert Brasillach, Jules Romains, mais également Albert Camus, François Mauriac, Marguerite Duras, Gabriel Garcia Marquez.

    Jean-Baptiste de Proyart, expert de cette vente, rappelle que « François Mitterrand a été bibliophile. Il aimait les exemplaires sur grands papiers et les reliures. Il était connu pour arpenter les librairies et dévorer les catalogues de libraires. Il s’échappait ainsi des dures réalités politiques par ses fameuses promenades littéraires dans le Quartier Latin. C’était l’une de ses parts les plus secrètes, la source spirituelle de son action ».

    Jacques Chardonne, Maurice Barrès, Robert Brasillach, Jules Romains, mais également Albert Camus, François Mauriac, Marguerite Duras, Gabriel Garcia Marquez, François Mitterrand, Archimah, La Croix,Bettina Rheims, Jean-Baptiste de Proyart, Le Monde, Le site Archimag précise « Cette vente ne représente cependant qu'une partie modeste des livres de l'ancien président de la République. En 1990, il avait offert près de 20 000 ouvrages à la médiathèque Jean Jaurès de Nevers. »

    Au final, la vente des 683 lots comportant livres et lettres manuscrites, le tout pour une valeur estimée de 450.000 euros a atteint 1,5 million d’euros (avec frais), soit trois fois plus que les estimations les plus hautes, note le quotidien La Croix et Le Monde rappelle « De tous les présidents de la Ve République, François Mitterrand est le seul à poser un livre à la main, Les Essais de Montaigne, lors du rituel de la photo officielle. »

    Photo de François Mitterrand par Bettina Rheims.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu