Avertir le modérateur

- Page 3

  • Le masculin l’emporte-t-il sur le féminin ?

    Dernier avatar du débat autour de la langue française, un manifeste de 314 enseignants publié par Slate qui proclame « Nous n'enseignerons plus que « le masculin l'emporte sur le féminin ». Une prise de position qui rejoint la campagne actuelle dans les médias pour « l’écriture inclusive ». Vous n’êtes pas au courant ? Pourtant depuis plusieurs mois les médias s’enflamment pour ce nouveau sujet de controverse.

    Un site lui est même dédié qui explique « L'écriture inclusive désigne l'ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d'assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes», et le site (où il est possible de télécharger un manuel d’utilisation) de formuler des propositions :

    « Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres

    Exemples : "présidente", "directrice", "chroniqueuse", "professeure", "intervenante", etc.

    User du féminin et du masculin, par la double flexion, l'épicène ou le point milieu

    Exemples : "elles et ils font", "les membres", "les candidat·e·s à la Présidence de la République", etc.

    Ne plus mettre de majuscule de prestige à "Homme"

    Exemple : "droits humains" ou "droits de la personne humaine" plutôt que "droits de l'Homme"

    Pour l’instant en dehors d’une prise de position de l’Académie française qui y voit une "mise en péril mortel de la langue française", et de Bernard Pivot qui la juge « insupportable », peu d’écrivains ont émit un avis mais nul doute qu’ils apporteront leur point de vue sur une pratique qui risque de changer considérablement leur mode d’écriture.

    D’autant plus que l’usage de l’écriture inclusive se double d’un débat de société. L’académicienne Dominique Bona estime sur France Culture que : « Nous sommes quatre académiciennes, et toutes les quatre, nous pensons que la liberté et l’égalité des femmes ne passent pas par le massacre de la langue française. Ce n’est pas en la compliquant, en la rendant pour le moins illisible, qu’on obtiendra un progrès de la condition féminine. La condition féminine n’a rien à voir avec tout ça, et je crois que c’est une mauvaise idée. Je crois que la langue française est belle par la clarté, par la limpidité, donc c’est vraiment tout à fait dommage de penser à la compliquer. »

    Certains font remarquer que les règles concernant l’orthographe et la grammaire ont toujours été évolutives comme l’explique François Reynaert, journaliste à l’Obs dans la vidéo ci-dessous :

    Obs Inclusive.png

    Une chose est certaine, ces polémiques autour de la langue démontrent que celle-ci reste bien vivante et digne d'intérêt.

    Une émission sur France Inter.

  • Internet parle aussi du livre

    Le site Arch Daily nous invite à la visite de l’étonnante et impressionnante bibliothèque de la ville chinoise de Tianjin Binhai. Selon l’article « Les cinq niveaux du bâtiment contiennent un vaste programme d'installations éducatives. Le niveau souterrain dispose d'espaces de service, de stockage de livres et de grandes archives, tandis que le rez-de-chaussée est accessible aux enfants et aux personnes âgées, l'entrée principale et l'accès au complexe culturel, l'auditorium et les terrasses accès aux étages ci-dessus. Les premier et deuxième étages se composent principalement de salles de lecture, de livres et de salons tandis que les deux derniers étages comprennent également des salles de réunion, des bureaux, des salles informatiques et des salles audio. » La bibliothèque de Tianjin fait partie du plan des architectes allemands GMP qui vise à accentuer les caractéristiques des nouveaux quartiers environnants.

    Arch Daily, Tianjin Binhai, ActuaLitté.com, Chereau, Pixel Fever, Diego Alamos, RTBF

    Photo © Ossip van Duivenbode

    Nouveauté sur le site spécialisé ActuaLitté.com, des dessins satiriques de Chereau commentent chaque semaine l’actualité du livre. Ce même dessinateur vient de publier par ailleurs son quatrième livre de dessins d’humour « Du moment qu’on s’aime » (éditions Pixel Fever).

    Chereau Actua.jpg

    Pascale Sury et Jonathan Bradfer nous racontent sur le site de la RTBF l'histoire de Diego Alamos qui a installé au milieu du désert, une librairie et une maison d'édition aux portes de San Pedro de Atacama, première ville touristique du nord du Chili. « Une double oasis : une oasis de la verdure et une oasis du livre » pour ce passionné des livres dont la mère était bibliothécaire.

    Arch Daily, Tianjin Binhai, ActuaLitté.com, Chereau, Pixel Fever, Diego Alamos, RTBF

  • Quand les livres font leur cinéma

    La littérature et aujourd’hui la bande dessinée, sont une vraie mine d’inspiration pour l’industrie du cinéma avec des résultats très inégaux.

    « Adapter un livre en film (ou en série) est souvent un pari risqué que se lancent les réalisateurs. Car en sus d'affronter la critique, le film doit faire face à un public encore plus redoutable : les fans du livre dont il est inspiré. Adapter un livre c'est évidemment prendre le risque de décevoir ceux qui l'ont lu auparavant » constate le Huffington Post qui se rend à l’évidence « finalement la réponse est simple : rien ne rivalise avec votre imagination. »

    A moins que le réalisateur ne transforme le texte de l’écrivain en une œuvre plus personnelle, et quelquefois avec la complicité de l’auteur comme le souligne Le Figaro : « Pierre Lemaitre est le plus heureux des hommes. L'adaptation de son roman, Au revoir là-haut, qui lui a valu le prix Goncourt en 2013 (Albin Michel), le ravit. « Je lui ai soumis des modifications, il me disait: “À tes risques et périls mon petit gars”», raconte Albert Dupontel, qui a transposé avec brio le livre «picaresque» à l'écran. » Une réussite saluée par le public avec un score de 97 302 entrées pour sa première journée, mais qui fait écrire aux Inrockuptibles « Le résultat du premier jour de l'adaptation du roman de Pierre Lemaitre peut toutefois sembler décevant, au vu de la grosse promotion entourant la sortie. Au revoir là-haut devrait terminer autour du million et demi de spectateur, mais peut faire un peu mieux selon le bouche-à-oreille. »

    Autre mise en images, celle du roman "D'après une histoire vraie" (J-C Lattès) de Delphine de Vigan par Roman Polanski. C’est à propos de ce film que le Huffington Post titre « Pourquoi les adaptations de livres au cinéma sont souvent décevantes », mais on devine le calcul des producteurs qui espèrent qu’une partie des lecteurs de ce best-seller, prix Renaudot et Goncourt des lycéens en 2015, se dirigeront vers les salles de cinéma. Avant même sa sortie en salle la critique est déjà partagée sur cette réalisation qui raconte les affres d’une écrivaine à succès face à la page blanche.

    Tout aussi attendue est le film tiré des aventures de Spirou et Fantasio (février 2018), avec l’espoir qu’il mettra fin à la longue série d’échec commerciaux due à des adaptations ratées de bandes dessinées. Les premières images de la bande annonce :

    Spirou.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu