Avertir le modérateur

- Page 2

  • Les métiers et l’actualité du livre à la BnF

    La Bibliothèque nationale de France propose un site de ressources et d'information entièrement dédié aux métiers du livre.

    On y trouve des informations sur la formation et recherche, les politiques du livre, la bibliophilie et livre d'artiste , les auteurs, les écrivains  les traducteurs les illustrateurs, les graphistes, les métiers de l'objet-livre, les papetiers et imprimeurs, les typographes et calligraphes, les relieurs et restaurateurs, les éditeurs, les libraires et les bibliothécaires et documentalistes.

    Sur sa page d’accueil, on parle de l’actualité du livre et notamment des « Rendez-vous des métiers du livre », organisés dans le cadre de la BnF-Bibliothèque de l'Arsenal. Le texte de présentation indique : « Espace de rencontres et de ressources consacré aux métiers du livre, la Bibliothèque de l’Arsenal ouvre le livre pour éclairer l’ensemble des processus de création, de réalisation et de diffusion de cet objet si particulier. S’appuyant sur ses collections patrimoniales, elle offre un lieu de découverte, de débats, d’échanges entre les professionnels du livre et le public le plus large. Elle propose des manifestations dédiées au livre et à ses acteurs, des présentations temporaires de livres, du plus ancien à la création contemporaine, un centre de ressources sur les métiers du livre en accès libre, des collections patrimoniales (reliures, bibliophilie, typographie, livres d'artiste...). »

    Autre information, l’annonce de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » présentée jusqu’au 7 février 2016 à la Bibliothèque François Mitterrand, galerie 2 : « Exposé dans le monde entier, Anselm Kiefer est connu essentiellement pour ses tableaux et ses sculptures alors que ses livres qui fondent l’œuvre et représentent soixante pour cent de son travail, n’ont, paradoxalement, jamais fait l’objet d’une rétrospective en France. Existant en un seul exemplaire, ces livres sont des œuvres uniques dont les formats et la présentation évoluent au cours des décennies. Pouvant atteindre de grandes dimensions, ils intègrent dans leurs pages divers matériaux, tels que l’argile, le sable, la cendre, les cheveux, les plantes, la paille, des photos…

    Le site propose également des liens vers les autres sites de la BnF : le département Littérature et art, le Centre national de la littérature pour la jeunesse, la Réserve des livres rares, et le département des Manuscrits .

    Photo : le magazine Chroniques édité par la BnF (Cliquez dessus pour le feuilleter).

    Chroniques.png

  • Des auteurs s’engagent pour les migrants

    Le problème des réfugiés venant des pays du Moyen Orient en guerre semble monopoliser un peu moins les médias, mais continue à mobiliser les écrivains, loin des polémiques.
     
    C’est le cas en Angleterre, où la romancière J.K. Rowling a utilisé début septembre son compte Twitter et ses 5,3 millions d'abonnés pour alerter le premier ministre David Cameron et l’inciter à accueillir davantage de réfugiés dans son pays. Elle a écrit : « Si vous ne pouvez pas vous imaginer sur l'un de ces bateaux, vous manquez quelque chose. Ils sont en train de mourir pour une vie digne d'être vécue »


    En France, début décembre, le journal La Croix faisait état de l’initiative prise par 34 écrivains, dessinateurs,  réunis dans le livre « Bienvenue » dont les bénéfices des ventes (5 € le volume) seront reversés au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) : Patrick Gambache, directeur général de Points, les éditions à l’origine du projet. » indique au quotidien, « Après la sidération, il nous a semblé urgent de donner la parole à des personnalités publiques afin de constituer un recueil de textes et de dessins sur le thème de l’asile et de ceux qu’on appelle désormais les réfugiés et les migrants ».
    Parmi les participants à cette initiative on relève les signatures de Pénélope Bagieu, Geneviève Brisac, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, prix Goncourt 2015, Jul, Alain Mabanckou, Plantu, Claude Ponti, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Olivier Tallec et Lewis Trondheim.

    J.K. Rowling, Pénélope Bagieu, Geneviève Brisac, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, prix Goncourt 2015, Jul, Alain Mabanckou, Plantu, Claude Ponti, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Olivier Tallec, Lewis Trondheim, Wazi Mohammadi, Waris Dirie,Mende Nazer, Patrick Gambache,Olivier Adam, Djavann Chahdortt, Damien Lewis

    De son côté l’UNCHR Belgique publie une liste d’ouvrages pour adolescents et adultes qui abordent les conditions de vie en temps de conflits et le déracinement. Sur ce document on peut lire « Il existe une grande variété de livres sur les réfugiés – y compris des livres de fiction primés – et des ouvrages écrits par des réfugiés. Que diriez-vous d'emprunter l'un de ces livres à la bibliothèque près de chez vous ou de vous rendre chez votre libraire pour en acheter ?
    Faites-vous partie d'un club de lecture ? Vous pourriez peut-être envisager d'inclure l'un de ces livres dans votre liste de lecture.
    Parmi les titres :
    De Kaboul à Calais, de Wazi Mohammadi (Robert Laffont).
    Fleur du désert, Waris Dirie (J’ai lu).
    Ma vie d'esclave par Mende Nazer et Damien Lewis (L’Archipel).
    Comment peut-on être français ? Djavann Chahdortt (Flammarion).
    A l'abri de rien, Olivier Adam (Points).

    J.K. Rowling, Pénélope Bagieu, Geneviève Brisac, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, prix Goncourt 2015, Jul, Alain Mabanckou, Plantu, Claude Ponti, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Olivier Tallec, Lewis Trondheim, Wazi Mohammadi, Waris Dirie,Mende Nazer, Patrick Gambache,Olivier Adam, Djavann Chahdortt, Damien Lewis

  • Les beaux-livres au pied du sapin de Noël

    12345655_10205164369535183_4174517731552446464_n.jpgNoël est une occasion en or pour les éditeurs de beaux-livres et une idée de cadeau facile pour tous ceux qui en manquent. Histoire, culture, sciences, divertissement, tous les thèmes sont représentés.


    Le Magazine Littéraire n° 562 daté de décembre 2015, leur consacre un grand dossier et propose une sélection d’ouvrages. Dans son introduction Alexis Brocas écrit : « Loin d’être de simples objets décoratifs unissant images de circonstances et texte à valeur de prétextes, les trente ouvrages que nous avons sélectionnés se distinguent par un soin égal apporté à l’iconographie et au commentaire (…). »
    Un pari risqué pour les éditeurs, car la conception et la réalisation de ces livres représentent un travail de longue haleine et un gros investissement financier qui justifie la plupart du temps leur prix élevé. Même si depuis quelques années, avec la délocalisation de l’impression, les prix ont eu tendance à baisser fortement.


    Le Magazine Littéraire consacre également un article à l ‘économie de ces beaux-livres. On y apprend que, en quinze ans, le marché a baissé de 30% et ne représente plus que 3% du chiffre d'affaires avec des ventes moyennes de 3 600 exemplaires alors qu’il en faudrait environ 10 000 pour qu’un livre soit rentable, selon Valérie Dumeige des éditions Arthaud.
    Parmi les recettes permettant de faire exister ces livres, on notera les thèmes porteurs, les Beatles, Picasso, les co-éditions, les partenariats avec des télévisions ou des radios, ou encore les livres d’entreprises. « Sans une aide médiatique, c’est très difficile » constate Fabienne Kriegel des éditions du Chêne, maison réputée pour ses livres illustrés de qualité.


    Toujours cité en exemple de réussite dans ce domaine, l’album photo « La Terre vue du ciel » de Yann Arthus-Bertrand, publié en 1999, fait lui aussi l’objet d’un article. Avec 3,5 millions d’exemplaires, il est le beau livre le plus vendu dans le monde et a fait la fortune des éditions La Martinière. Son contenu a été décliné sous forme d’agendas, de cartes postales, de puzzles. D’autres titres du même auteur, « 365 jours pour la terre » vendu à 500 000 exemplaires ou « La Terre racontée aux enfants » à 200 000 exemplaires, ont contribué à pérenniser ce succès.


    Le journal donne aussi la parole à l’éditeur José Alvarez. Dans son texte titré « 1975-2005, extinction du livre d’Art » il écrit : (…) « plébiscités, les livres « illustrés », de plus en plus créatifs, étaient attendus, collectionnés par d’authentiques historiens esthètes, connaisseurs ? C’étaient les années1980-1990. Puis, peu à peu, insidieusement, la culture des loisirs – telle une bactérie contaminant les corps – s’étendit à l’ensemble des médias, évacuant l’histoire, la transmission, élaborant un art de la consommation culturelle et artistique autour du manque, de l’objet désirable et éphémère, un trou béant sans mémoire d’où naquirent les nouvelles technologies. (…) »


    Parmi les titres sélectionnés par ce numéro du Magazine Littéraire, on peut citer les 3 tomes de « Histoire des sciences et des savoirs » (Le Seuil), « Charlotte » de David Foenkinos (Gallimard), « Dans le ventre de Hara-Kiri » d’Arnaud Baumann et Xavier Lambours (La Martinière), et « Une histoire mondiale du livre, de la tablette d’argile au livre numérique », de Roderick Cave et Sara Ayad (Armand Colin).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu