Avertir le modérateur

- Page 3

  • Le second roman d’Harper Lee

    harper lee,go set a watchman,tanja carter,andrew nurnberg,jonathan burnham,to kill a mockingbirdL’annonce de la parution du livre d’Harper Lee « Go Set a Watchman » (Va, place un guetteur) a surpris le monde littéraire. Pour être complet sur cette information, il faut rajouter que ce roman est la suite d’un des récits les plus populaires de la littérature américaine « To kill a mockingbird » (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur) paru... en 1960.

    Un texte, que l'on croyait perdu, et qui aurait été retrouvé par hasard comme le raconte le journal Slate citant le New York Times : « Tonjia Carter, amie et avocate de l’écrivain, aurait découvert cet automne le manuscrit de Go Set a Watchman. Un récit qui se déroule vingt ans après To Kill amockingbird mais aurait été écrit en premier. »

    Slate souligne « Seulement trois mois après le décès d’Alice Lee, qui protégeait les intérêts d’Harper Lee en tant que sœur et avocate, voilà qu’un manuscrit écrit il y a plus de 55 ans réapparaît entre les mains de la maison d’édition de l’auteure à succès. Pourtant, Harper Lee, dépassée par le succès de son unique roman, semblait déterminée à ne pas publier d’autres livres », et rajoute « Marja Mills, une amie des sœurs Lee, est sceptique et beaucoup se demandent si sa publication est réellement une volonté de l’auteur, comme le souligne le site Jezebel. »

    De son côté Jonathan Burnham, vice-président des éditions Harper et éditeur de l’écrivaine, dit n’avoir jamais parlé directement à Harper Lee, au sujet du nouveau livre et n'a communiqué qu'avec son avocate, Tanja Carter, et son agent littéraire, Andrew Nurnberg. 

    Le plus étonnant dans cette histoire est que Harper Lee aujourd’hui âgée de 88 ans est toujours de ce monde et ne semble avoir droit à la parole. En 1963, raconte Le Monde, elle répondait à un journaliste américain qui l’interrogeait sur son deuxième roman : « J'espère être encore de ce monde quand il sera publié. »

    A propos de son premier roman, Le Monde rappelle « Sa narration généreuse, empreinte d'humour, sa grande richesse, ont fait de ce roman sur le racisme, la lutte des classes et la vie dans un petit village du Sud profond un classique instantané, récompensé en 1961 par le prix Pulitzer, adapté au cinéma la même année par Robert Mulligan – le film Du Silence et des ombres a valu à Gregory Peck un Oscar pour son interprétation d'Atticus –, avant d'être étudié dans les lycées américains, vendu à 30 millions d'exemplaires pour sa seule version originale, et traduit dans quarante langues. »

    Au final, il faut espérer que à défaut d’intéresser les avocats, éditeurs, et agents littéraires, le livre qui sera chez les libraires en juillet 2015, diffusé à 2 millions d'exemplaires, intéressera peut-être les lecteurs.

  • Louisa Colpeyn, héroïne de romans

    « Il y a quelques années, elle promenait encore sa longue silhouette dans les allées du parc d'un hôpital pour personnes âgées situé en plein Paris. Sa démarche était encore vive, bien que soutenue par une canne. Ses cheveux blancs et abondants peignés à la diable surplombaient un visage familier. Qui pouvait être cette femme qui arpentait ce lieu peuplé d'ombres n'espérant presque plus rien ou n'attendant qu'une improbable visite ? Je la regardais avec insistance lorsqu'elle répondit à cette insolence par un sourire franc en me pointant avec sa canne et en m'apostrophant : "Vous me faites penser à mon fils." Cette voix énergique claquait comme une réplique de boulevard. »

    Jean-Noël Mirande Le Point

    « Ma mère n’est pas moitié hongroise mais tout à fait flamande : famille modeste de dockers d’Anvers. Mais à un moment, elle a elle-même créé la confusion à cause d’un accent légèrement balkanique quand elle parlait français, et pour expliquer cet accent elle a dit qu’elle était d’origine hongroise (…) ».

    Lettre à Thierry Laurent, 1996.

    « Ils se sont rencontrés dans un climat assez trouble, puisque mon père était obligé de se cacher, évidemment. Dans ce Paris de l’Occupation où les choses étaient beaucoup moins tranchées qu’on l’a dit. (…) J’ai toujours trouvé qu’il y avait quelque chose de (…) romantique (…) dans la rencontre de mes parents. Elle avait vingt-deux ans, elle était actrice, il se cachait… Ils se sont mariés après, évidemment, en 1946. »

    Entretien avec Dominique Jamet, Lire, octobre 1975.

     
    vph-colpeyn-phi1.jpgLouisa Colpeyn est morte le 26 janvier 2015, à l'âge de 96 ans. La comédienne était l'une des héroïnes récurrentes des ouvrages de Patrick Modiano, Prix Nobel de littérature en 2014. L’écrivain l’a évoquée précisément dans l'autofiction Livret de famille, au chapitre IV, puis dans son livre autobiographique Un pedigree et lui a dédicacé son roman La Ronde de nuit (1969) - (Sources Le réseau Modiano).

    Son fils, Patrick Modiano, son épouse et leurs deux filles ont annoncé son décès dans un avis paru dans Le Monde daté du 29 janvier 2015.

    La biographie de Louisa Colpeyn.

    Photos : Louisa Colpeyn dans les années 1950 et couverture de Un pedigree (Folio) – Photo René Maltête.

    product_9782070321025_195x320.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu