Avertir le modérateur

  • Les écrivains enterrés à Paris

    La famille de l’écrivain Michel Déon mort en Irlande en 2016 souhaitait que celui-ci fût définitivement enterré à Paris. Une volonté que la municipalité a rejeté arguant que l’écrivain ne répondait à aucun des critères administratifs le permettant. A savoir : être décédé sur le territoire de la commune, être domicilié sur le territoire de la commune, avoir une sépulture de famille dans la commune, et être inscrit sur la liste électorale de la commune. »

    Un appel indigné paru dans Le Figaro et signé par Antoine Gallimard, Yasmina Reza, Bernard-Henri Lévy, Michel Houellebecq, Delphine de Vigan, Amélie Nothomb, Philippe Sollers, Pierre Nora, Michel Onfray, Bernard Pivot, Erik Orsenna, Jean-Christophe Rufin, Tatiana de Rosnay, a cependant poussé la municipalité à trouver une solution. Selon Le Parisien la maire « a demandé à ses services d’accorder une dérogation pour répondre favorablement à la famille de l’écrivain ainsi qu’à Hélène Carrère d’Encausse (NDLR : secrétaire perpétuel de l’Académie Française dont Michel Déon était membre) ».

    Cortazar.jpgA Paris, le cimetière du Père-Lachaise (confesseur de Louis XIV) accueille sur ses 43 hectares un grand nombre de tombes d’écrivains. Le site Un Monde littéraire en dresse la liste : Marcel Proust, Guillaume Apollinaire, Honoré de Balzac, Gérard de Nerval, Beaumarchais, Antoine Blondin, Daudet, Alfred de Musset, Raymond Radiguet, Oscar Wilde, etc.. Toujours dans la capitale, c’est au cimetière du Montparnasse que l’on trouve les sépultures de Charles Baudelaire, Guy de Maupassant, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Emmanuel Berl, Marguerite Duras, Roberts Desnos, Alphonse Boudard, Maurice Leblanc, Régine Desforges.

    Quelques auteurs étrangers y reposent pour l’éternité : Samuel Beckett, Emil Cioran, Julio Cortázar, le poète péruvien César Vallejo.

    On y découvre aussi des tombes d’éditeurs renommés comme celle de Louis Hachette, Pierre Larousse, Pierre-Jules Hetzel, l’éditeur de Jules Vernes, ou Pierre Seghers.

    A Paris il existe pas moins de six cimetières susceptibles d'offrir le repos éternel à des écrivains et célébrités. Depuis des années Bertrand Beyern qui se présente comme « nécrosophe », et « l’homme qui passe sa vie dans les cimetières » (il propose des visites guidées) en dresse sur son site la liste, une liste constamment mise à jour. Il est également l’auteur de « Guide des cimetières en France » (Cherche-midi éditeur -1994) « Carnet de dalles » (Cherche-midi éditeur - 2011).

    Michel Déon reposera finalement au cimetière du Montparnasse dans le quatorzième arrondissement de Paris.

    Photo : la tombe de Julio Cortázar (document Bertrand Beyern).

    Lien permanent Catégories : Auteur, Editeurs 0 commentaire
  • Le prix de la circulation des livres

    12% de son prix c’est ce que coûte la distribution d’un livre pour qu’il soit disponible au plus près de chez vous. Ce montant est perçu par le distributeur intermédiaire obligé entre l’éditeur et le librairie.

    Mais il existe d’autres modes de diffusion du livre. On exclura Amazon et son système qui fait appel à des sociétés privées pour le transport, et offre en général les frais d’envoi à ses clients « 0,01 EUR par envoi pour une commande ne contenant que des livres sans minimum d'achat », hormis pour les livres d’occasion. Si on souhaite être livré en 1 jour ou en Express, le tarif passe à 7,99 euros. (les tarifs Amazon).

    Les envois de livres peuvent se faire aussi par La Poste, un service longtemps public et qui se privatise de plus en plus. Actualitté consacre un article aux tarifs de cet organisme et explique : « Depuis le mois de janvier 2015, les éditeurs, particulièrement les plus petits, et les libraires font face à une augmentation des tarifs postaux pour l'envoi de livres. Quand le livre n'excède pas les 3 centimètres, tout va bien : mais une fois cette épaisseur dépassée, le prix d’expédition est aligné sur celui du Colissimo, ce qui double la facture. »

    La Poste a mis en place un tarif spécial pour l'envoi de livres et de brochures de la France à l'étranger, nommée « Livres et brochures », « liée à une politique de promotion de la culture française dans le monde », ce qui fait dire au Comité Quartier Latin a l’initiative d’une pétition sur ce problème « Ce qu'elle fait pour la culture à l'étranger, la Poste ne peut-elle le faire pour en France ? » Portée par les éditeurs des Hauts-de-France la question des frais d’envois est même remonté jusqu’à l’Assemblée nationale indique Actualitté. Pour l’instant, la Commission des Affaires culturelles a désigné deux députés « pour évaluer la situation ».

    Enfin, pour faire circuler les livres il reste un moyen peu onéreux et que ce blog a déjà évoqué les Boite à lire, et diverses initiatives comme, entre autres, Circul'Livre. C’est gratuit.

    Photos : boîte à lire à Chantilly et à Dunkerque.

    5705793_380cdd38-fffa-11e5-bff4-f3b42d3a92c0-1.jpgbibli-2.jpg

  • Cette culture qui nourrit son homme

    Le Salon international de l'agriculture se déroulera à Paris du 24 février au 4 mars 2018. Un secteur en pleine évolution et sujet de nombreux livres. Quelques-uns, souvent polémiques, s’interrogent sur son l’état actuel et sur son avenir.

    Fabrice Nicolino, AFP, Paul François, Jean Imbert, Flammarion, Fayard,Frédéric Denhez, Buchet-Chastel, Périco Légasse, Charlie Hebdo, Culture bio ou culture industrielle ? Frédéric Denhez publie « Le Bio, au risque de se perdre » (Buchet-Chastel) préfacé par Périco Légasse, chroniqueur gastronomique de Marianne. Sur son blog hébergé par Médiapart l’auteur écrit : « Le bio est fragile, travaillé qu’il est par des contradictions internes et les formidables pressions de l’industrie et de la Grande distribution qui, toujours, essaient de phagocyter ce qui les menace. La crise de croissance est bien là. Elle peut ouvrir l’avenir sur un nouvel équilibre, une ligne d’horizon attirante pour ces 20% d’agriculteurs qui sont déjà en train de changer de modèle ; ou être l’idiot utile du processus d’élimination de l’agriculture humaine et paysagère, au profit d’une moléculture hygiéniste, tracée, propre à destination de purs esprits urbains effrayés par le sang, le sol, les épluchures, le gras et la mort. »

    Fabrice Nicolino, AFP, Paul François, Jean Imbert, Flammarion, Fayard,Frédéric Denhez, Buchet-Chastel, Périco Légasse, Charlie Hebdo, Avec « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenu l’agriculture » paru en 2015, Fabrice Nicolino journaliste à Charlie Hebdo trace une grande fresque du monde agricole d’hier et d’aujourd’hui. Interrogé par l’AFP il déclare : « Les Français ont envie de manger des produits de qualité, pas farcis de  pesticides, d'antibiotiques ou d'hormones" et demandent "une agriculture qui respecte enfin les sols, les eaux, la santé des humains et des organismes vivants". "Ce qui a été fait peut être défait". "Il faut imaginer un plan de conversion de l'agriculture intensive, qui prendra peut-être une  génération. C'est à la fois beaucoup et peu. »

    Fabrice Nicolino, AFP, Paul François, Jean Imbert, Flammarion, Fayard,Frédéric Denhez, Buchet-Chastel, Périco Légasse, Charlie Hebdo, La condition de l’agriculteur est aussi évoquée dans « Un paysan contre Monsanto » (Fayard) signé par Paul François qui se bat depuis 10 ans pour faire reconnaître les effets nocifs des pesticides sur les récoltes et sur les hommes. Lui-même intoxiqué au Lasso, un puissant herbicide interdit en France depuis, Paul François a déjà gagné deux procès contre la multinationale et raconte son parcours.

    Fabrice Nicolino, AFP, Paul François, Jean Imbert, Flammarion, Fayard,Frédéric Denhez, Buchet-Chastel, Périco Légasse, Charlie Hebdo, L’agriculture est encore le principal fournisseur de ce que nous mangeons et depuis longtemps nombre de grands chefs privilégient la qualité des produits qu’ils utilisent. Le jeune cuisinier Jean Imbert popularisé par ses émissions de télé publie « Utile + de 100 recettes éco-responsables » (Flammarion). Au-delà du goût il nous sensibilise à une cuisine éco responsable, engagée, et nous incite à « manger de saison, utiliser des restes, ne presque plus rien jeter ».

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu