Avertir le modérateur

  • Le livre que ne lira peut-être pas Donald Trump

    « Pourquoi le livre "La Servante écarlate" est devenu un manifeste féministe anti-Trump » s’interroge France Info.

    Licia Meysenq l’auteure de l’article écrit à propos du roman de Margaret Atwood : « Son ouvrage a été publié en 1985 et pourtant, il n'a jamais été autant d'actualité. Depuis que Donald Trump a pris ses quartiers à la Maison Blanche, l'ouvrage est devenu un symbole de résistance. Outre-Atlantique, lors de la marche des femmes en janvier dernier on pouvait même lire, écrit sur une pancarte "Rendez Margaret Atwood à la fiction". L'engouement s'est encore multiplié depuis qu'une série télévisée adaptée du livre a vu le jour en avril dernier. » Une série que Le Monde qualifie d’ « intense, vibrante, aux images inoubliables ».

    41O8X2mZ+DL._SX334_BO1,204,203,200_.jpgRésumé de l’intrigue du livre : « Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. »

    Une œuvre de fiction, mais nombreuses sont les femmes américaines qui font un parallèle avec les premières décisions prises par Donald Trump les concernant. La romancière explique « Depuis la présidentielle américaine, les peurs et les angoisses prolifèrent. On a le sentiment que les libertés civiles fondamentales sont menacées, tout comme de nombreux droits acquis par les femmes depuis des décennies, et même des siècles. »

    France Info conclut ainsi : « Si la série à "provoqué un effet d'amplification" sur la vente du livre, comme l'explique l'éditrice Maggie Doyle, responsable de la littérature étrangère chez Robert Laffont, à Ouest-France, l'ouvrage est régulièrement réédité depuis sa sortie : "Depuis la fin de l’année 2016 et le début de l’année 2017, nous avons observé une nette augmentation des ventes."»

    En France, « La servante écarlate » a été publié en 2005 et a été réédité en 2017 par Robert Laffont. La série télévisée The Handmaid’s Tale est diffusée sur la chaîne OCS depuis le 28 juin.

  • Le temps des écrivains : Virginie Despentes, Jean-Marie Laclavetine, Laetitia Colombani

    C’est l’été et l’actualité vit au ralenti, ce qui laisse un peu de place dans les médias pour s’intéresser aux écrivains.

    Virginie Despentes nous fait visiter Lyon

    Despentes 3.pngAuteure à succès, le troisième tome de Vernon Subutex (Grasset) vient de paraître, Virginie Despentes raconte à Bernard Lehut sur RTL les quelques années vécues à Lyon. Le quotidien Le Progrès, (qui publiera dans son édition du dimanche 30 juillet un grand entretien avec elle), la cite : « « Oui, je dirais que j’ai vraiment été heureuse à Lyon, j’ai vraiment été triste en la quittant… J’aime toujours autant cette ville, c’est comme Barcelone, c’est un endroit où on arrive et au bout de deux minutes, je la reconnais et je l’aime », explique-t-elle notamment. La romancière a d’ailleurs pris son pseudonyme en « hommage » aux pentes de la Croix-Rousse qu’elle a habitées. « À Barcelone, j’ai vécu en haut d’une colline. À Paris, j’habite à Belleville, ça me plaît de vivre en hauteur dans les villes. »

    Jean-Marie Laclavetine nous parle de la Touraine

    Laclavetine.pngLa nouvelle République ouvre sa série estivale Plumes d’ici avec l’auteur et éditeur Jean-Marie Laclavetine : « La Touraine, qu'il connaît déjà bien après une enfance passée sur les rives de la Garonne, lui convient. « La présence de la Loire m'importait beaucoup. J'aimais ce fleuve, ses paysages et son histoire. Il y a une douceur dans ces paysages et ces populations. Ici, les gens ne sont pas marqués par une nature hostile et n'ont pas développé un sentiment national particulier. Au contraire, ils ont vu passer et repasser des puissants avec une ironie goguenarde. » Les lieux ont-ils inspiré le romancier au fil des années ? « Les lieux, non, plutôt une atmosphère, une façon d'être, une sorte de présence au monde particulière. » Et Jean-Marie Laclavetine d'évoquer encore « une bienveillance de la nature propice à la réflexion et au bien-être. Je ne suis pas sûr que l'écriture a grand-chose à voir avec l'espace. Plutôt avec le temps, l'enfance, le parcours de vie. »

    Le succès de Laetitia Colombani

    Capture d’écran 2017-07-24 à 12.21.14.pngPas de ville ou de région spécifique pour Laetitia Colombani invitée sur Europe 1 à parler de son premier roman La tresse (Grasset) déjà vendu à plus de 200 000 exemplaires, et qui sera édité dans une trentaine de pays : « Ce succès, la romancière ne "l'explique pas", tout simplement. "C'est une grande et belle surprise que je savoure. J'écris depuis longtemps parce que je travaille pour le cinéma, en tant que scénariste, mais je n'avais jamais écrit sous forme romanesque." Quand Laetitia Colombani s'y met, elle raconte l'histoire, en chapitres courts, de trois femmes sur trois continents avec conditions sociales et religions différentes mais avec une soif de liberté pour dénominateur commun. "J'avais envie de raconter la vie des femmes dans différentes parties du monde, de parler des combats, des espoirs, des difficultés et, à travers elle, parler de trois sociétés qui traitent différemment les femmes.»

  • Jane Austen, Winnie l’ourson, Harry Potter, sont dans l’actualité du livre en juillet

    Un billet de banque à l’effigie de Jane Austen

    Le site canadien La Presse dévoile le nouveau billet de 10 livres sterling présenté par le gouverneur de la Banque d'Angleterre. Celui-ci sera à l’effigie de la romancière Jane Austen sur fond de la cathédrale de Winchester où elle repose. Ce billet célèbre le bicentenaire de la mort de Jane Austen, disparue en juillet 1817 à l'âge de 41 ans, alors qu'elle commençait à connaître le succès littéraire. La Presse écrit à ce propos : « Mark Carney a expliqué le choix de Jane Austen du fait de sa position comme «mère d'une grande tradition du roman britannique», dont les ouvrages se vendent par millions. L'univers de Jane Austen décrit la vie de la petite noblesse campagnarde britannique au début du XIXe siècle. Ayant vécu dans la pauvreté toute sa vie, la romancière avait su dépeindre avec justesse la condition des femmes de son époque, qui n'avaient d'avenir que dans le mariage - Jane Austen demeurant pour sa part célibataire toute sa vie. Son roman Pride and Prejudice a aussi fait l'objet de plusieurs adaptations cinématographiques. » Le billet sera en circulation à partir de septembre.

    Jane-Austen-new-bank-note-c.jpg

    Winnie l’ourson mal vu en Chine

    Le Parisien nous résume cette histoire : « L'omniprésente messagerie WeChat, très utilisée en Chine, a supprimé l'image de l'ourson dans sa galerie d'autocollants, mais les utilisateurs pouvaient toujours diffuser leurs propres images animées du célèbre personnage créé en Grande-Bretagne dans les années 1920. «Pauvre petit Winnie. Quel mal a donc fait cet adorable ourson amateur de miel ?», s'interrogeait un internaute sur Weibo. Quel mal ? Présenter une trop forte ressemblance physique avec... Xi Jinping. Alors qu'approche le congrès quinquennal automnal du Parti communiste chinois lors duquel le président devrait obtenir un nouveau mandat à la tête du pays, les censeurs de Pékin sont très vigilants quand il s'agit de protéger l'image du chef de l'Etat. » Il faut cependant préciser que seul est visé le Winnie dessiné par Walt Disney et non pas celui d'Ernest Howard Shepard qui illustrait les albums de son créateur Alan Alexander Milne.

    Winnie.png

    Harry Potter dans les librairies en octobre

    Deux nouveaux livres d’Harry Potter annoncés pour la rentrée par le site le Tribunal du net : « En plus des trois films de la saga Les Animaux Fantastiques, et de la pièce de théâtre toujours programmée à Londres, J. K. Rowling serait sur le point de publier deux nouvelles histoires sur l'univers d'Harry Potter, et le plus incroyable dans tout ça, c'est qu'elles seront disponibles dès... octobre ! Annoncés par Bloomsburry, l'éditeur historique de la saga Harry Potter, les livres s'intituleront Harry Potter : A History of Magic, The Book of the Exhibition, et Harry Potter, A Journey Through a History of Magic. Si le premier se concentrera sur les sujets étudiés à Poudlard, le deuxième, lui sera porté sur le monde du héros éponyme, et partagera anecdotes sur tout ce qui l'entoure. » Décidément le succès de cette saga ne se dément pas et on ne se privera pas de rappeler que cette série fût au départ refusée par plusieurs éditeurs.

    livreshp.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu