Avertir le modérateur

Le temps des écrivains : Virginie Despentes, Jean-Marie Laclavetine, Laetitia Colombani

C’est l’été et l’actualité vit au ralenti, ce qui laisse un peu de place dans les médias pour s’intéresser aux écrivains.

Virginie Despentes nous fait visiter Lyon

Despentes 3.pngAuteure à succès, le troisième tome de Vernon Subutex (Grasset) vient de paraître, Virginie Despentes raconte à Bernard Lehut sur RTL les quelques années vécues à Lyon. Le quotidien Le Progrès, (qui publiera dans son édition du dimanche 30 juillet un grand entretien avec elle), la cite : « « Oui, je dirais que j’ai vraiment été heureuse à Lyon, j’ai vraiment été triste en la quittant… J’aime toujours autant cette ville, c’est comme Barcelone, c’est un endroit où on arrive et au bout de deux minutes, je la reconnais et je l’aime », explique-t-elle notamment. La romancière a d’ailleurs pris son pseudonyme en « hommage » aux pentes de la Croix-Rousse qu’elle a habitées. « À Barcelone, j’ai vécu en haut d’une colline. À Paris, j’habite à Belleville, ça me plaît de vivre en hauteur dans les villes. »

Jean-Marie Laclavetine nous parle de la Touraine

Laclavetine.pngLa nouvelle République ouvre sa série estivale Plumes d’ici avec l’auteur et éditeur Jean-Marie Laclavetine : « La Touraine, qu'il connaît déjà bien après une enfance passée sur les rives de la Garonne, lui convient. « La présence de la Loire m'importait beaucoup. J'aimais ce fleuve, ses paysages et son histoire. Il y a une douceur dans ces paysages et ces populations. Ici, les gens ne sont pas marqués par une nature hostile et n'ont pas développé un sentiment national particulier. Au contraire, ils ont vu passer et repasser des puissants avec une ironie goguenarde. » Les lieux ont-ils inspiré le romancier au fil des années ? « Les lieux, non, plutôt une atmosphère, une façon d'être, une sorte de présence au monde particulière. » Et Jean-Marie Laclavetine d'évoquer encore « une bienveillance de la nature propice à la réflexion et au bien-être. Je ne suis pas sûr que l'écriture a grand-chose à voir avec l'espace. Plutôt avec le temps, l'enfance, le parcours de vie. »

Le succès de Laetitia Colombani

Capture d’écran 2017-07-24 à 12.21.14.pngPas de ville ou de région spécifique pour Laetitia Colombani invitée sur Europe 1 à parler de son premier roman La tresse (Grasset) déjà vendu à plus de 200 000 exemplaires, et qui sera édité dans une trentaine de pays : « Ce succès, la romancière ne "l'explique pas", tout simplement. "C'est une grande et belle surprise que je savoure. J'écris depuis longtemps parce que je travaille pour le cinéma, en tant que scénariste, mais je n'avais jamais écrit sous forme romanesque." Quand Laetitia Colombani s'y met, elle raconte l'histoire, en chapitres courts, de trois femmes sur trois continents avec conditions sociales et religions différentes mais avec une soif de liberté pour dénominateur commun. "J'avais envie de raconter la vie des femmes dans différentes parties du monde, de parler des combats, des espoirs, des difficultés et, à travers elle, parler de trois sociétés qui traitent différemment les femmes.»

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu