Avertir le modérateur

Georges Perec mode d'emploi

« Il poussa un profond soupir, s'assit dans son lit, s'appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l'ouvrit, il lut; mais il n'y saisissait qu'un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification.
Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo ; il mouilla un gant qu'il passa sur son front, sur son cou.
Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. »

Vous n’avez rien remarqué ? La lettre « e » est absente de ces quelques lignes, mais aussi des 300 pages du roman de Georges Perec « La disparition » (1969) dont elles sont extraites.

Perec Mag Litt.jpgLe site de l’Oulipo résume l’œuvre de cet auteur (1936-1982), longtemps qualifié d’ « inclassable » : « Il publie son premier roman, « Les Choses » en 1965. Ce roman « sociologique » de facture flaubertienne est couronné par le prix Renaudot. En 1966, il publie un bref récit truffé d’inventions verbales, « Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? », et entre l’année suivante à l’Oulipo, dont il devient l’une des figures majeures. Il expérimente toutes sortes de contraintes formelles : « La Disparition » (1969) est un roman écrit sans la lettre e (lipogramme) ; « Les Revenentes » (1972), où la seule voyelle admise est le e. Son roman le plus ambitieux, « La Vie mode d’emploi » (prix Médicis 1978), est construit comme une succession d’histoires combinées à la manière des pièces d’un puzzle, et multiplie les contraintes narratives et sémantiques. »

Autres ouvrages marquants, « La Boutique obscure » (1973), « W ou le souvenir d'enfance » (1975), « Un cabinet d'amateur » (1979). En 2016, « L’Attentat de Sarajevo » le premier roman de Georges Perec refusé par les éditeurs, est publié par les éditions du Seuil.

En 1988, le comédien Sami Frey créera pour le Festival d'Avignon, le spectacle « Je me souviens », adapté du livre de Georges Perec paru en 1978 (Hachette).

Au mois d’avril 2017, Georges Perec a fait son entrée dans La Pléiade et à cette occasion Le Magazine littéraire lui consacre sa couverture. Le journal dit à propos de « l’un des fantômes les plus influents de la littérature contemporaine » : « On le réduit trop souvent à un architecte virtuose, un horloger malicieux et joueur, en mettant de côté sa part la plus sensible. La machine Perec, pourtant, était nimbée de mélancolie, sinon d’angoisse. Notre dossier dévoile quelques-unes des vies secrètes de cet enfant blessé, qui voltigeait au-dessus d’un abîme. »

Pour plus d’informations, le site de l’association Georges Perec qui recense toute l’actualité le concernant comme cette exposition à Paris « Perec au fil », du 3 mai au 12 août 2017, à la médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon-Schwartzenberg, 75010 Paris.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu