Avertir le modérateur

Vie quotidienne et difficultés du métier de libraire

Un élan participatif pour aider la librairie de Cogolin

La librairie de Cogolin victime de déboires financiers fait appel à un financement participatif pour se sortir de ce mauvais pas. Le quotidien Var matin explique : « Avec sa tentative de sauvetage, Nathalie espère aussi alerter et "remobiliser les gens autour des librairies et magasins de centre-ville". "Je peux comprendre la facilité d'aller dans les zones commerciales où l'on se gare, on achète son bouquet de fleurs, ses courses et son livre au même endroit. Mais beaucoup de commerçants s'investissent, et ils ont besoin de leurs clients. Avoir un centre-ville vivant, ce n'est pas acquis. Il faut un élan". »

La vitrine qui fâche à Saint Sevran

Ouest France relate les problèmes rencontrés par la librairie Droguerie marine de St Sevran près de St Malo qui a réalisé une vitrine sur des livres consacrés à l’extrême droite : « Nous avons reçu des menaces, des insultes, des injures, des dizaines de messages provenant de comptes Facebook plus ou moins existants, des « avis » infects sur notre page et sur notre compte Google, de l’intox à bloc. (…) Cela montre clairement ce qui arriverait demain si l’on laissait le F Haine prendre le pouvoir. Nous continuerons à défendre la liberté d’expression, la démocratie, les identités additives et non pas exclusives, ouvertes sur le monde. A faire notre travail de libraires. » Et le libraire Loïc Josse de rajouter « les librairies doivent être un lieu de dialogue, de promotion de culture ouverte sur le monde, de résistance à la haine et aux idéologies nauséabondes. »

Fermeture définitive à Toulouse

Aucun espoir en revanche pour la librairie Mot à mot créée en 1994 à Toulouse et qui a fermé ses portes le 31 mars comme le raconte La Dépêche : « Frédérique Azémar a voulu tirer le rideau « avant qu'il y ait trop de casse et payer les indemnités de licenciement avec la trésorerie que j'avais encore car je ne sais pas de quoi demain sera fait. Le fonds de commerce ne vaut plus rien ni le local ». Cette fermeture est, selon la propriétaire, la conséquence directe de la décision de la Région de rendre gratuit les manuels scolaires qui représentaient un tiers du chiffre d'affaires de Mot à mot. « Une librairie qui ferme c'est un coup de foudre qui n'aura pas lieu » alors, hier, la tristesse était immense. »

Photo La Dépêche.

Mot a mot.png

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu