Avertir le modérateur

Tintin au pays du marketing

Tintin.pngPublié pour la première fois en album en 1929, l’album de bande dessinée Tintin au pays des Soviets fait l’objet, à quelques jours du festival de la BD d’Angoulême, d’une réédition accompagnée importante opération publicitaire.

Objectif, écouler les 300 000 exemplaires de cette version mise en couleurs par les éditions Casterman 33 années après la disparition de leur auteur Hergé (George Rémi). Celui-ci n’avait jamais voulu de son vivant redessiner cette œuvre de jeunesse contrairement à d’autres de ses albums : « Il n'est pas question que je reprenne tous mes albums au fur et à mesure de leur vieillissement. Tintin au pays des Soviets, Tintin au Congo ne seront probablement jamais réédités. » Hergé

Couv_151862.jpgParue dans Le Petit vingtième supplément illustré du journal belge Le Vingtième siècle, cette aventure voit la naissance du personnage de Tintin qui connaitra par la suite une renommée mondiale avec plus de 230 millions d’albums et 96 traductions.

Le grand art des éditions Casterman est de présenter cet album comme une nouveauté contournant ainsi le fait que Hergé avait interdit que l’on poursuive après sa mort les aventures du jeune reporter belge.

A défaut de pouvoir faire revivre Tintin, sous la plume d’autres auteurs comme cela a été le cas pour Astérix, Lucky Luke, Blake et Mortimer, etc., l’éditeur a choisi de republier un album mythique dont la qualité narrative et graphique est plutôt décevante mais qui faisait depuis des années l’objet d’éditions pirates hors de prix avant que Casterman lui-même ne la réédite une première fois en 1973 pour endiguer la spéculation. L’album n’avait connu qu’une seule édition officielle en 1930, imprimé en noir et blanc à dix mille exemplaires, dont les 500 premiers numérotés. En avril 2006, l'un de ceux-là s’est vendu aux enchères à Paris pour la somme de 60 180 euros, un record pour un album de bande dessinée.

Alors fallait-il le mettre en couleur ? La polémique fait rage entre comme dans cet article du Monde ou les spécialistes « tintinophiles » Philippe Godin et Yves Frémion défendent leur point de vue. Ce qui est certain c’est que ce nouvel épisode des aventures de Tintin dans le monde de l’édition fera recette.

1102685734.jpg

Photo : une case en noir & blanc de la première édition de Tintin au pays des Soviets et les couvertures de l'édition de 1973 et celle de 2017.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu