Avertir le modérateur

Cherissimo l’envoi de livres par La Poste

Les usagers qui fréquentent les bureaux de Poste savent que la notion de « service public » est depuis quelques années largement parasitée par les activités commerciales des agents et par les ventes de produits en tous genres : enveloppes pré-timbrées, téléphones mobiles, etc.

Or, voilà que la Poste, nous apprend Le Parisien, a décidé de faire passer les lettres de plus de 3 centimètres d’épaisseur au tarif Colissimo. Pour les béotiens, le tarif Colissimo est un tarif inventé par La Poste pour faire payer plus cher les colis qui étaient auparavant transportés dans les mêmes conditions. En effet, si le coût d’un colis est toujours calculé à partir de son poids, viennent s’y ajouter des surcoûts : livraison sans signature, avec signature, délais, assurances. Sans oublier que Colissimo vend ses propres emballages (7,90 euros le moins cher pour 1 kilo).

Quel rapport avec le livre tout ça ? J’y arrive. Le Parisien écrit « La Poste fâche le monde du livre. En imposant à tous les envois de plus de 3 cm d'épaisseur un tarif Colissimo, la Poste s'est attirée les foudres des libraires et des éditeurs dont les coûts d'expédition ont doublé depuis janvier. » et fournit cette explication « Jusqu'alors, les postiers fermaient les yeux lorsque les clients glissaient livres, CD et d'autres petits objets dans des plis classiques affranchis au tarif lettre nettement plus doux. Mais voilà, confronté à la baisse du volume du courrier, la Poste s'est mise en quête de rentabilité. L'entreprise met en avant que cette nouvelle offre est « plus simple, plus souple, plus lisible » ».

Hélas, elle augmente considérablement les coûts de fonctionnement d’un éditeur, car les envois postaux sont très utilisés notamment pour tous les services de presse aux journalistes à chaque nouveauté. Pareil pour les libraires qui de plus en plus offrent la possibilité sur leur site de commander un ouvrage par Internet.

Toujours selon l’article, « L'affaire des 3 cm est remontée jusqu'à la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, et jusqu'au président du Centre national du livre (CNL), Vincent Monadé. Tous les acteurs se sont réunis fin février au ministère. Après négociations, un système de code-barres standard à coller sur chaque envoi de livre hors vente qui permet de profiter à nouveau du tarif lettre a été proposé aux éditeurs... mais pas aux libraires. »

Le journal indique que ce tarif ne s’applique pas à Amazon qui représente à lui seul près de 10 % du chiffre d'affaires de ColiPoste, ce qui lui donne une position de force lui permettant de négocier au plus serré ses tarifs.

Dans un des commentaires, un lecteur écrit « La Poste scie la branche sur laquelle elle est assise. Si les tarifs augmentent ont passera au livre numérique. Plus de colis et plus de librairie. »

Schéma ci-dessous "emprunté" au site Ivres de livres qui publie un "Petit guide d’utilisation des tarifs postaux 2015 à l’usage des vendeurs (et acheteurs) de livres".


france.jpg

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu