Avertir le modérateur

  • L’actualité fait toujours et encore vendre des livres

    J'ai déjà parlé sur ce blog du regain d’intérêt pour les livres des dessinateurs de Charlie Hebdo et de l’économiste Bernard Maris, qui ont perdu la vie lors de l’attentat contre le journal le 7 janvier 2015.

    D’autres ouvrages ont eux aussi connu des ventes exceptionnelles après l’émotion suscitée par ce drame comme le raconte L’Express dans un long article : « Les ouvrages en rapport avec la "culture arabo-islamique, le djihadisme, le terrorisme, le racisme ou sur le Proche et Moyen-Orient" sont très demandés, assure-t-on à la Fnac de Saint-Lazare, à Paris. La responsable du rayon Sciences Humaines et Religions indique avoir été "dévalisée dès le lendemain" de l'attaque de Charlie Hebdo. "Et ça continue", ajoute-t-elle. "Habituellement, le rayon fonctionne bien, mais là, en quelques heures, le rayon était vide, je n'avais plus de Coran. Les livres de Tariq Ramadan ou L'Islam expliqué aux enfants (et à leurs parents) marchent très bien aussi". »
    Autre «bénéficiaire » de ces évènements dramatiques, Voltaire, dont le "Traité sur la Tolérance" est en rupture de stock.

    La télévision retrouve aussi son rôle de prescripteur. Après la diffusion par TF1 du téléfilm « L’emprise » adapté du livre « Acquittée » de Alexandra Lange. RegardACQUITTEE.jpgé par 8,5 millions de téléspectateurs (meilleure audience enregistrée par une fiction française depuis janvier 2011), le titre, cité au générique,  s’est retrouvé en tête des ventes sur Amazon dès le lendemain.

    20 minutes : « Sur Amazon ce mardi, le livre édité chez J’ai lu s’est hissé à la première place des ventes de livres, repoussant Michel Houellebecq, qui soumet les ventes depuis des semaines, à la seconde place. Le livre paru chez Michel Lafon est lui monté à la 14e place des ventes. «On espérait que le film allait fonctionner, mais de là à s’attendre à voir un bond dans les ventes…», réagit auprès de 20 Minutes Margaux Mersié, l’éditrice chez Michel Lafon qui avait contacté Alexandra Lange en 2012, après avoir suivi son procès dans les médias, pour lui proposer de raconter son histoire. Avec la diffusion du film sur TF1, « on s’était préparé pour avoir du stock, assure l’éditrice, mais là, vue l’audience du film, on réimprime.»

    « Acquittée », sous titré « Je l’ai tué pour ne pas mourir » raconte l’histoire vécue de son auteur, mère de famille de quatre enfants, victimes de violences conjugales pendant plus de douze ans et qui tuera son mari d’un coup de couteau.
    L’avocat général Luc Frémiot qui avait demandé l’acquittement de l’accusée au procès a lui aussi témoigné dans le livre "Je vous laisse juges..." aux éditions Michel Lafon.

  • L’univers du livre de Bernard Pivot à Michel Houellebecq

    Bernard Pivot a accordé un long entretien au Journal du Dimanche (publié en deux parties). Il y parle de livres, de Twitter, des fautes d’orthographe, de son ancienne émission Apostrophes, de Charlie Hebdo, de la presse, et de sa chronique dans le JDD :

    « Comment préparez-vous votre chronique du JDD ?
    J’aime humer les livres, je les ouvre, je les casse même, je lis quelques pages. Parfois je m’arrête vite, parfois je suis pris jusqu’au bout. Aujourd’hui, je reçois finalement peu de livres chaque jour, une dizaine. Du temps d’Apostrophes, j’en recevais entre 50 et 80 quotidiennement. Je ne parle pratiquement que des livres que j’aime. Je suis arrivé à un âge où je ne vais pas démolir les livres, même si cela m’est arrivé dans le passé. Je préfère être positif, porter mon appui à des auteurs. J’ai plutôt envie d’être généreux.

    C’est quoi une bonne critique littéraire ?
    C’est celle qui donne envie de lire ou qui détourne d’un livre. Le meilleur compliment qu’on peut me faire sur ma chronique dans le JDD, c’est quand on me dit : "Vous m’avez donné envie de lire ce livre." Exactement comme à l’époque d’Apostrophes. Une critique littéraire ne doit jamais être faite pour épater ses confrères journalistes. »

    De nouveaux auteurs en Livre de Poche

    « Préludes » c’est le nom de la nouvelle collection initiée par Véronique Cardi, 33 ans directrice générale du Livre de Poche. Une collection avec des « prix attractifs » présentée ainsi sur son site dédié « Au rythme d’une dizaine de romans par an, nous souhaitons vous faire partager notre enthousiasme pour de nouveaux talents de la scène littéraire française et étrangère. Premiers romans en littérature française, premières traductions en français pour la littérature étrangère, nous vous invitons à la découverte. Pour poursuivre ce voyage en littérature, nous vous proposons à la fin de chaque ouvrage des passerelles vers d’autres livres auxquels ils font écho. »

    Voir la présentation en video par MyBoox sur Youtube.

    bernard pivot,charlie hebdo,michel houellebecq,grégoire leménager,véronique cardi

    Houellebecq le retour

    L’Obs consacre un article au dernier livre de Michel Houellebecq et au succès qu’il connaît en Allemagne. Le journaliste Grégoire Leménager cite l’auteur en promotion à Cologne « Le début de mes interviews sur ‘‘Soumission’’ a été pénible car j'ai eu le sentiment de répéter en boucle : mon livre n'est pas islamophobe. », et conclut : « Tout en s’offrant le luxe d’ajouter qu’après les attentats terroristes qui ont fait 17 victimes en France, elles risquent d'être « encore plus pénibles » car il va devoir répéter : 1)   que le livre n'est pas islamophobe, et 2) qu'on a parfaitement le droit d'écrire un livre islamophobe.
    On se souvient que Charlie Hebdo se présente volontiers comme un «journal irresponsable». L'auteur de «Soumission», lui, réclamait l’autre jour "zéro limite" pour la liberté d’expression. Il est de ces idéalistes qui pensent encore que la critique d'une religion n'a rien à voir avec le racisme, qui suppose la haine d'un peuple. C'est un point de vue. Et écrire un livre stupide, on a le droit ? On a le droit. Mais on se demande quand même s'il n'est pas temps d'offrir à Michel Houellebecq un badge bien visible pour que les choses soient claires. Chacun pourrait y lire : « écrivain irresponsable ».»

    Photo une des dernières couvertures de Charlie Hebdo consacrée à Michel Houellebecq.

    bernard pivot,charlie hebdo,michel houellebecq,grégoire leménager,véronique cardi

  • Le nouveau Magazine littéraire

    Si quelques quotidiens ont encore des suppléments littéraires comme Le Monde ou Le Figaro, les journaux grand public essentiellement consacrés aux livres et à l’écriture sont de plus en plus rares.

    Le Magazine littéraire est un de ceux-là. Un titre ancien créé en 1966 par le journaliste Guy Sitbon et où de nombreux écrivains se sont succèdés au poste de rédacteur en chef ; François Bott, Jean-Jacques Brochier, Jean-Louis Hue, Joseph Macé-Scaron, Laurent Nunez. Le peintre Raymond Moretti en dessinera aussi les couvertures à partir de 1972 et pendant plus de 25 ans.

    Aujourd’hui le magazine est édité par Sophia Publications, société de presse dirigée par Thierry Verret, Gilles Gramat, et Maurice Szafran. Ce dernier qui dirigeait il y a peu l’hebdomadaire Marianne en est le directeur éditorial et a appelé à ses côtés Pierre Assouline comme conseiller de la rédaction.

    Le Magazine littéraire, Raymond Morreti, Louis-Ferdinand Céline, Virginia Woolf, Stefan Sweig, Albert Camus, Marcel Proust, Marguerite Duras, Fleur Pellerin,François Bott, Jean-Jacques Brochier, Jean-Louis Hue, Joseph Macé-Scaron, Laurent Nunez, Guy Sitbon, Maurice Szafran, Pierre Assouline Le magazine annonce une nouvelle formule à paraître le 23 janvier 2015. Livres Hebdo nous en dévoile les détails : un format plus haut, une nouvelle typo, une nouvelle maquette plus colorée et plus dynamique, découpée en trois parties de 30 pages : l'actualité non littéraire vue à travers les livres, les critiques de livres, poche compris, et un dossier « véritable institution du titre à laquelle collaborent de nombreux universitaires », le tout « vivement illustré ».

    Parmi les « scoops » de cette nouvelle formule, Fleur Pellerin, ministre de la Culture, qui « s'explique enfin sur l'affaire Modiano » comme le titre Le Figaro qui écrit  « Dans cet entretien de quatre pages, elle précise être une grande lectrice (avec des volumétries variables) et qu'elle a notamment lu quelques ouvrages de la rentrée littéraire achetés à la librairie Millepages à Vincennes car elle peut y aller à pied de chez elle, à Montreuil. Debout-Payé, le roman de Gauz sur cet étudiant ivoirien devenu vigile au Camaïeu de Bastille et au Sephora des Champs-Élysées après avoir atterri sans papier en France. Fleur Pellerin dit aussi lire « comme tout le monde » Le Royaume, d'Emmanuel Carrère. Si elle s'apprête à entamer Soumission de Houellebecq, elle avoue avoir été déçue par ses romans plus récents. »

    En 2012, Le Magazine littéraire a lancé une collection de livres de poche intitulée « Nouveaux regards ».  Celle-ci se propose de « revenir sur les grands textes de la littérature française et étrangère avec un œil neuf et des lectures inédites par les plus grands spécialistes. Les trois premiers volumes – disponibles en librairie – mettent en lumière respectivement l’œuvre de Louis-Ferdinand Céline, Virginia Woolf et Stefan Zweig, les suivants porteront sur Albert Camus, Marguerite Duras et Marcel Proust. »

    Le site officiel du Magazine littéraire.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu