Avertir le modérateur

  • Le livre en fêtes de fin d’année

    Quels sont les livres les plus achetés en 2014 et quels sont ceux offerts à Noël qui vont se retrouver sur les sites de vente d'occasion ?

     L’Obs propose une Infographie sur les plus grands succès de l’année au cinéma, à la télé et dans les livres. Pas de surprise pour les romans, Guillaume Musso, Katherine Pancol, Marc Levy arrivent en tête des ventes mais il faut signaler la cinquième place d’Emmanuel Carrère pour « Le Royaume ». Dans la catégorie bande dessinée, là aussi les « poids lourds » que sont Astérix, Largo Winch, le Chat de Geluck et Lucky Luke, laissent loin derrière les autres héros. Mais ces chiffres ne tiennent pas compte des ventes de Noël pendant lesquelles l’album des dernières aventures de Blake & Mortimer « Le Bâton de Plutarque » a fait un carton.

    meme2.jpgPour les essais et documents, Valérie Trierwieler et Eric Zemmour ramassent la mise de leurs ressentiments, mais on a de bonnes surprises avec en troisième place « Voyages en absurdie » de Stéphane de Groodt suivi de « Mémé » de Philippe Torreton. Comme quoi, l’amour des mots et de sa grand-mère peuvent aussi faire de bonnes ventes.

    Peut-être avez-vous reçu comme cadeau un volume de La Pléiade ? Dans ce cas, vous devez lire l’enquête très documentée que L’Obs, (encore lui) consacre aux secrets de fabrication de cette collection qualifiée de « Livre de poche du riche » par Jacques Drillon (...). Les Pléiade sont assemblés et reliés par Babouot, à Lagny-sur-Marne : de grands ateliers, pleins de machines longues comme des jours sans pain, et une trentaine de personnes, pour une production de 28000 exemplaires par an (plus les agendas et les albums : 35000 exemplaires à peu près).

    Le papier bible de 36 gr est fabriqué spécialement par Bolloré Thin Papers, qui fournit aussi le 32 gr des notices pharmaceutiques. Il y a deux circuits, chez Babouot : le tout-venant, et la Pléiade.

    La reliure représente 32000 m2 de cuir par an, soit 45000 moutons néo-zélandais, dont chacun fournit la matière à 12 reliures de 0,4mm d’épaisseur (plus dix exemplaires personnels pour Antoine Gallimard, reliés à la main, en peau de chèvre) ; la dorure est faite d’or américain, déposé par pression à chaud sur les couvertures, et qui arrive par rouleaux de 244 m ; le pliage, la couture des cahiers, le collage des signets jaunes : toutes ces opérations sont effectuées avec un soin méticuleux par l’équipe de Michel Jeandel. » (...)

    Enfin, dans les mois qui viennent, il faudra peut-être guetter le ciel (le Père Noël lui ne revient que dans un an) lorsque vous commanderez un livre sur Internet ou chez un libraire innovant. Europe 1 relève que la filiale internationale de La Poste Express, Geopost, a récemment testé avec succès un prototype de drone « capable à terme de porter une charge de 4 kilos dans un rayon de 20 kilomètres ».

    De quoi commander l’intégrale de Guillaume Musso ou les tomes de Virgile à paraître dans La Pléiade.

    Photo : Page de calendrier sexy(ste) édité par une entreprise polonaise pour vanter les mérites de sa production de... cercueils.

    calendrier-sexy-cercueil-2015-04_580xh.jpg

  • Les Pères Noël de la librairie

    La période de Noël n’est pas une période banale pour les libraires, surtout cette année où une enquête révèle que le livre figure en tête des cadeaux qui ont été offerts. C’est aussi une bonne occasion pour promouvoir ce métier.

     Au Québec, une trentaine d’auteurs ont emballé les livres dans une quinzaine de librairies, une initiative racontée par Radio Canada : « Cette activité, qui a pour nom Les auteurs s'emballent !, se veut une action de solidarité avec les libraires indépendants, et a été imaginée par l'Association des libraires du Québec (ALQ) et le diffuseur Dimedia qui est toujours en guerre contre les librairies Renaud-Bray. À cause de cette mésentente commerciale, les livres des auteurs distribués par Dimédia ne sont pas vendus par Renaud-Bray. « On essayait de trouver du positif et d'aider ceux qui sont pris entre Dimédia et l'entreprise dont je ne dirai pas le nom », explique Katherine Fafard, directrice générale de l'ALQ. »   

    La Voix du Nord annonce l’ouverture, à quelques heures de Noël, de la librairie du Port « dans une ville qui ne comptait plus qu’une librairie ». Le quotidien raconte : « Derrière le comptoir c’est Virginie Jalain qui tient boutique. Cette professeure de français dans un collège de Calais a décidé de s’accorder deux ans pour réaliser ce projet : ouvrir sa librairie de quartier. Après des mois à monter les dossiers, à chercher les aides et les prêts, à faire les travaux avec son entourage, cette fois, c’est fait. « On a terminé de tout préparer à 2 h du matin pour l’ouverture jeudi à 10 h. Ça faisait bizarre de se dire que quelques heures plus tard, il y aurait les premiers clients », explique la libraire, soutenue dans son projet par la BGE (boutique de gestion pour entreprendre), Initiatives Calaisis et le conseil régional. Les premiers visiteurs ne sont d’ailleurs pas fait attendre. »

    La librairie L'écume des pages à Paris s’est distinguée en recevant la visite d’un président de la République pour ses achats de cadeaux de dernière minute. ActuaLitté note cependant que le Président avait auparavant fait un détour par la FNAC et rappelle qu’aux Etats-Unis « Barack Obama effectue chaque année, avec la régularité d'un métronome, des emplettes en librairie, pour montrer son soutien à la profession. Sa dernière visite, début décembre, s'était d'ailleurs conclue avec plusieurs achats, en compagnie de ses filles, juste avant Thanksgiving ».

    Enfin, la bonne idée de cadeau de Noël (gratuite mais uniquement pour Paris), c’est l’extension « Amazon killer » créée par « l’activiste numérique Elliot Lepers ». Les Inrocks en détaillent l’utilisation : « aller sur Amazon, trouver l’objet littéraire convoité, demander à Amazon-Killer de trouver la liste des librairies les plus proches où il est disponible, le mettre dans son panier et aller l’acheter sur place. » Une idée toute simple selon son créateur : « C’est assez drôle, je n’ai pas fait grand-chose. Il y a une base de données, celle de la Place des Libraires, et il y a Amazon. J’ai juste fait un petit pont entre les deux. Il y a aujourd’hui une volonté affichée par les commerçants en ligne d’être les plus rapides, les plus pratiques. Mais si on prend le métro, en moins d’une heure on a son bouquin. Aussi rapide que soit Amazon, il ne vous livre que le lendemain. »

    bureau_du_pere_noel_laponie.jpg

  • Ces ados qui adorent lire

    width_300.height_433.mode_FillAreaWithCrop.pos_Default.color_White.jpg« Côté cour, côté jardin, dans le foisonnement des mots et des images, chacun trace une route qui va de l'enfance à l'âge adulte. Du théâtre, des livres de jeunesse, autant d'oeuvres qui aident à grandir et permettent à chacun de trouver sa voix(e) comme Alice : elle avait tellement grandi, au cours des dernières minutes, qu'elle ne craignait aucunement de couper la parole au souverain ». Ainsi se présente « Le Temps buissonnier », l’émission de France Culture animée chaque semaine par Aline Pailler.

    Le 21 décembre 2014, elle recevait Mame Fall, 10 ans, Fahartadji Ahmed, 15 ans, Elie de Labrusse, 12 ans, et Erwan Plassart, 13 ans, du club de lecture Lékri Dezados de la bibliothèque Robert Desnos à Montreuil en Seine-Saint-Denis (93). Un club dont les membres, pas toujours les mêmes, sont invités quatre fois par an à l’émission. Cette fois-ci, accompagnés par Aurélie Marchand, bibliothécaire du secteur jeunesse ados, ils venaient parler des livres qu’ils avaient lus et aimés dans le cadre de l’enquête « Les littératures ados en Europe » réalisée pour le 30e Salon du livre de Montreuil.

    Papagay.jpgEn préambule, chacun a raconté comment le goût de la lecture lui est venu. Que ce soit Mame qui habite près de la bibliothèque et chez qui il y a beaucoup de livres, Fahartadji, qui a commencé par les mangas avant de se lancer dans les romans, Elie, qui dès 7 ans a lu Harry Potter et ne s’est plus arrêté depuis de lire de gros romans, ou Erwan qui lit beaucoup de BD et de mangas « mais adore lire », chacun parle avec justesse de la lecture qui leur apporte du vocabulaire, et leur permet de s’évader du quotidien.

    liv-4965-super.jpgLes romans dont les quatre jeunes parlent avec passion :

    « La Chanson du nez cassé » d’Arne Svingen, traduit du norvégien par Aude Pasquier. Magnard Jeunesse.

    « L'été où papa est devenu gay » de Endre Lund Eriksen, traduit du norvégien par Aude Pasquier. Editions Thierry Magnier.

    « Super » de Endre Lund Eriksen, traduit du norvégien par Pascale Mender. Editions Thierry Magnier.

    Automne.jpg« Automne » de Jan Henrik Nielsen, traduit du norvégien par Aude Pasquier. Editions Wiz-Albin Michel.

    Pour podcaster et réécouter l’émission : http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4957268

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu