Avertir le modérateur

  • En librairie et nulle part ailleurs

    Une librairie « Bulles en vrac » qui ouvre à Paris dans le 5ème arrondissement, deux autres à Besançon le « Marulaz » et « Mine de Rien » ; malgré la crise et l’omniprésence d’Amazon dans la distribution des livres, les libraires sont loin d’avoir baissé les bras.

    10716259_491635751021493_1089229540_n.jpgLes libraires indépendants ont même lancé fin novembre une campagne de promotion de leur métier, une opération de communication qui devrait se poursuivre en 2015 bien au-delà de la période des fêtes, toujours favorable à la vente de livres.

    Deux slogans « Entrez ici, vous êtes ailleurs » et « Entrez ailleurs » (qui, il faut l’espérer, ne sera pas mal interprété) doit inciter le public à fréquenter les librairies. Pour Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la Librairie Française (et libraire à Rouen) cité par Les Echos, « L’idée est aussi de dire que la librairie est un métier d’avenir et qu’elle n’est pas en perdition ».

    Le syndicat qui regroupe 650 magasins dédiés au livre sur un total de 2500 à 3000 enseignes en France précise sur son site les détails de la campagne :
    « Une identité collective (logo) qui a pour objectif de faciliter la reconnaissance de notre réseau d'indépendants et d'en renforcer l'attractivité.
    Un message de campagne (affiches) invitant clients et grand-public à vivre, dans nos librairies, une expérience hors des sentiers battus....
    Un site internet http://www.librairiesindependantes.com/ présentant la campagne, le réseau des libraires et incluant un outil de géolocalisation des librairies. »

    Le site Internet sera accessible le 1er décembre, et d’après Le Figaro on pourra y voir des marque-pages, une vidéo et différentes histoires visuelles qui illustrent les multiples expériences vécues dans une librairie.

    Actualitté.com, qui relaie aussi cette information, s’interroge sur la réussite de la campagne et écrit « Le message déployé dans la campagne est intéressant, et part d'une bonne intention – celle dont on pave l'enfer. Mais après tout, tout buzz est bon à prendre. Rappelons que la dernière campagne de communication en soutien à la librairie indépendante avait été si catastrophique, que certains plaisantaient en promettant qu'elle leur avait fait perdre des clients. Et dire qu'elle était désastreuse relevait du tendre euphémisme. » C’était en 2011.

    Cette nouvelle initiative est à suivre malgré tout, d’autant plus que la période s’annonce favorable. Une récente étude commentée par le quotidien La Croix indiquait que dans le hit-parade des cadeaux offerts à Noël, le livre arrivait pour la première fois en 17 ans, en tête des prévisions de présents pour les adultes dans 14 pays sur 17 dont la France.

  • Il était 30 fois... le Salon du livre jeunesse de Montreuil

    salon du livre et de la presse jeunesse,henriette zoughebi,actu.bd,augustin trapenard,grand journal canal+,serge bloch,blexbolex,philippe corentin,elzbieta,carll cneut,wolf erlbruch,jean-françois martin,kveta pacovská,quentin blake,roald dahl,house of illustration,rue 8çLe Salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil - Seine-Saint-Denis (le fameux 9 – 3) fête ses 30 ans du 26 novembre au 1er décembre 2014, avec comme à chaque édition une profusion d’auteurs, et d’animations pour les enfants, les parents, et les professionnels.

    Le site spécialisé dans la bande dessinée Actu.Bd en raconte la genèse sous la signature de Didier Pasamonik : « Rien ne se serait fait sans une grande dame : Henriette Zoughebi. C’est elle qui eut la responsabilité de lancer dans une municipalité alors communiste ce salon pour défendre le livre jeunesse et au-delà : « Bernard Pivot consacrera-t-il prochainement une émission au livre de jeunesse ? » écrivait-elle dans le dossier de presse de la première édition. La légitimité qui commençait à porter ses fruits pour la bande dessinée restait à conquérir pour le Livre pour enfants. Pourtant, des éditeurs, des auteurs et des illustrateurs talentueux avaient déjà droit de cité, mais il fallait un événement qui leur offre chaque année un coup de projecteur pour que cette part de la créativité éditoriale ait une visibilité justifiée. Ce sera le Salon de la Seine-Saint-Denis. »

    En 2014, même Augustin Trapenard, le spécialiste littérature au Grand journal (Canal +), consacre une chronique dévoilant quelques chiffres sur ce « 10ème Art » : 1 livre sur 4 vendu en librairie est un livre jeunesse, plus de 150 millions de chiffre d’affaires en 2013, et plus de 150 000 visiteurs attendus à Montreuil.

    Cette année, plus de 150 auteurs, connus ou à découvrir, sont annoncés (Serge Bloch, Blexbolex, Philippe Corentin, Elzbieta, Carll Cneut, Wolf Erlbruch, Jean-François Martin, Kveta Pacovská ) avec comme grand invité Quentin Blake, l’auteur britannique, illustrateur des livres de Roald Dahl qui, il y a quelques semaines, inaugurait à Londres la Maison de l’Illustration (House of Illustration), un lieu d’exposition pour ses dessins mais aussi ceux de ses confrères. Il sera présent le lundi 1er décembre, à 12h30 sur la Scène littéraire, K12, interviewé parFlorence Noiville du Monde.

    Enfin, n’oublions pas que si certains auteurs jeunesse vivent de leur art, l’exercice de la profession est difficile pour beaucoup en raison des faibles rémunérations des illustrations, du montant des droits à partager avec un co-auteur pour les textes ou les dessins, et surtout en raison du faible tirage des titres. Des conditions de vie que l’on retrouve exprimées sur Rue89 avec le témoignage de Marie, 36 ans, illustratrice jeunesse.

    Le site officiel du salon de Montreuil.

  • Tablettes ou tableau noir pour l’école

    Très long article publié par Rue 89 – L’Obs, sur le collège « connecté » Victor Hugo de Tulle qui a distribué à ses élèves des tablettes numériques, un outil qu’ils utilisent quotidiennement avec leurs professeurs.

    « Nous nous sommes intéressés aux tablettes pour des raisons pratiques. L'autonomie, d'abord. Il est impossible de raccorder électriquement des matériels dans les salles. Il y avait l'ergonomie aussi. Si vous prenez la place physique d'un élève dans une classe avec les livres et les cahiers, l'ordinateur, c'est difficile. L'enseignant a devant lui une forêt d'écrans, une barrière. La tablette, c'est simple, ça démarre instantanément », explique un responsable technique de l’opération initiée en 2010.

    Rue 89 – L’Obs, collège Victor Hugo, Tulle, CorrèzeL’enquête illustre aussi le débat qui agite l’Education nationale, les pour, les contres, ceux qui sont partagés, et met en lumière tous les problèmes que soulève la généralisation de ce mode d’enseignement avec en premier le manque de formation des professeurs. Malgré cela un responsable de cette formation estime que « sept enseignants sur dix dans le département utilisent l’iPad, un quart de façon très régulière et un noyau d’une cinquantaine de personnes participe activement à la création de ressources », et il rajoute « Jusqu'à il y a deux ans, fabriquer des ressources pour les gamins, c'était l'apanage des geeks. Aujourd'hui, de plus en plus d'enseignants se mettent à élaborer leurs propres ressources »

    Autre question celle de l’utilisation « strictement scolaire » de l’outil par les élèves. Une convention, signée par les parents, et publiée par Rue89 précise les règles d’utilisation du matériel et indique que « la tablette Ordicollège est prioritairement un outil de travail pour le collège ». Un logiciel Mobile Iron permet d’ailleurs de contrôler à distance les dérives de certains élèves sur des tablettes « configurées pour éviter le grand n’importe quoi » et, le cas échéant, de distribuer des « colles numériques ».

    Enfin se pose aussi le choix du matériel, et l’article de citer des marques « made in France » comme le fabricant de tablettes Unowhy à Montceau-les-Mines, ou Archaos, mais en définitive ce sont les IPads qui ont été sélectionnés, Apple ayant été la seule société à répondre à l’appel d’offre du Conseil général.

    Cette expérimentation sur le terrain, voulue et encouragée par les pouvoirs publics en Corrèze à l’avantage d’appréhender de façon concrète les mutations de l’apprentissage des savoirs à travers de nouveaux outils pédagogiques.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu