Avertir le modérateur

  • Marc Levy, Adrien Bosc, Isabelle Rivoal, Restos du cœur, Patrick Modiano, Daniel Boulanger, et Fleur Pellerin...

    Revue de presse :

    Déconnecter avec Marc Levy

    Dans ma dernière chronique, je vous contais les aventures de l’écrivain avec l’univers numérique. Dans L’Express, on peut lire un article sur l'enquête de l'association Culture Papier portant sur le rapport des Français au papier. Le parrain de cette association, Marc Levy, déclare au magazine « L'ultra-connectivité est formidable dans bien des domaines et situations, mais pouvoir se déconnecter est aussi un acte essentiel de la vie.  Un exemple, lorsque vous lisez sur une liseuse numérique, vous n'êtes pas déconnecté. Des informations sur vos lectures sont collectées: ce que vous lisez, la vitesse à laquelle vous lisez, les pages que vous avez passées, si vous avez été ou non au bout de votre lecture, les mots que vous avez surlignés, et ceux sur lesquels vous avez effectué des recherches... Ces données sont exploitées à des fins commerciales et publicitaires. »

    La rentrée littéraire des premiers romans

    Toujours dans L’Express, on trouve une liste d’auteurs qui ont « épaté les rédactions de Lire de la rédaction par leur style, la diversité et l'ampleur de leur sujet » ; « des jeunes écrivains avec lesquels il faudra compter lors de la rentrée littéraire. » Cela va du premier roman d’Adrien Bosc « Constellation » dont le sujet « relate le dernier vol du Constellation, petit bijou d'Air France qui, parti de Paris pour New-York, n'arriva jamais à destination. Une réflexion sur le destin audacieuse et bien menée. »  à  « Grosse » d’Isabelle Rivoal « un premier roman décevant ».

    Lire pour les Restos du cœur

    La radio RFI nous apprend sur son site que « Treize nouvelles inédites signées par treize auteurs français de renom seront publiées le 6 novembre au profit des Restos du Cœur par les éditions Pocket, permettant à l'association de distribuer trois repas pour chaque livre acheté. » Dans la liste des treize auteurs figurent Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Alexandra Lapierre, Agnès Ledig, Gilles Legardinier, Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, Marc Levy, Guillaume Musso, Jean-Marie Perier, Tatiana de Rosnay, Eric-Emmanuel Schmitt, Franck Thilliez et Bernard Weber.

    La disparition de Daniel Boulanger

    Sous le titre « Daniel Boulanger, l'homme qui se cachait derrière ses livres est mort », L’Obs rend hommage à l’écrivain en republiant le portrait que Jean-Louis Ezine avait fait de lui en 1994. Auteur d'une vingtaine de romans, mais aussi de nombreux recueils de nouvelles et de poésie, il fut membre de l'Académie Goncourt de 1983 à 2008. Scénariste et quelquefois acteur, il a participé à des films de François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Alain Corneau et Philippe de Broca.

    Modiano prix Nobel... de la Paix ?

    Le Huffington Post présente une « battle » entre ministres de la Culture après les propos de Fleur Pellerin dévoilant à Canal + qu’elle lisait moins depuis qu’elle était ministre. Titre de l’article « Filippetti, Pellerin ou Mitterrand : qui parle le mieux de Modiano ? » Fleur Pellerin a quand même tenu à préciser « Quand j'entends dire que je suis inculte ou que je ne lis pas, je trouve cela absolument scandaleux. J'ai dit que je lisais moins, je n'ai pas dit que je ne lisais pas. »

    13atable.jpg

  • François Bon et son univers numérique

    L’écrivain François Bon accorde un très long entretien à L’Obs, nouvelle formule de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur. Le créateur, en 1997, d’un des premiers sites internet dédié à la littérature (devenu tierslivre.net) y parle de ses liens avec les outils numériques connectés de création.

    « J'ai un tout petit MacBook 13 pouces avec un écran Retina. Du coup au lieu de travailler à mon bureau sur ma grande dalle (un écran externe 27 pouces), à la maison je travaille debout: je pose mon petit ordi sur un pupitre de musicien. C'est comme écrire directement dans le format livre sans passer par le format feuille de la machine à écrire.  Donc dans la journée, moi, c'est l'ordi. Le mien est assez petit, avec une bonne batterie, pour que je l'aie tout le temps avec moi. C'est mon carnet d'écriture, avec des outils de notation instantanée comme Notational Velocity dont je me sers énormément. Ça suppose un changement mental. Mais j'ai toujours besoin du clavier, d'enfoncer des touches: ça n'a l'air de rien, mais jamais on n'a écrit autrement qu'en gravant, en insérant ou en déposant des gouttelettes d'encre. Il faut s'interroger sur ce que les nouveaux outils numériques changent dans l'écriture: ne plus faire de clic, par exemple, ou juste glisser le doigt. »

    François Bon évoque également sa liseuse qu’il préfère à la tablette (que sa fille lui a piquée pour regarder des films) pour la lecture, même si « on ne peut pas sortir du texte ». Il lit beaucoup sur Internet et pour lui « lire connecté n'est pas une atteinte à la concentration », surtout lorsqu’il veut compléter le sujet du livre en allant chercher des images sur le web pour avoir « une lecture plus dense, plus arborescente ».

    françois bon,tierslivre.net,l'obs,macbook,notational velocity,uysses iii,ipad,grégoire leménager,grassetL’écrivain passe en revue toute « sa panoplie d'écrivain du XXIe siècle » et parle aussi de son iPhone,  de la recherche par mots-clés, du logiciel Word « qu’il déteste utiliser » lui préférant Ulysses III, des blogs littéraires, de son site internet , de Google, de Wikipedia et des réseaux sociaux. Autre centre d'intérêt, celui pour la typographie : « Le livre numérique, c’est passionnant parce qu’on peut aussi maîtriser ces typographies. Mais il faut voir comment ça s’affiche sur les tablettes ! Amazon ne propose pas de césure: ils ont des algorithmes de gestion des blancs typographiques, très fins, mais les mots ne sont jamais coupés. Apple, lui, met la césure, mais ne sait pas couper les mots de la langue française. Donc il peut mettre «l’», puis «arbre» à la ligne d’après. Sur l’Ipad, ça casse complètement la possibilité d’avoir une belle lecture. »

    L’intégralité de l’entretien avec Grégoire Leménager

    Photo : François Bon vient de publier "Fragments du dedans" (Grasset).

     

  • Zizi sexuel et choses de la vie

    Déjà présentée en 2007, l’exposition Zizi sexuel destinée au 9 – 14 ans, revient à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris et suscite une vive polémique.

    Le site 9ème Art explique « L'association SOS Educations avait déjà lancé une pétition lors de la première édition, et réitère aujourd'hui, afin de 'dénoncer' la façon dont la sexualité est présentée au jeune public. 37000 signatures ont été recueillies à l'heure actuelle, contre 8000 en 2007. Une augmentation pas si impressionnante compte tenu de l'évolution des réseaux sociaux et de la circulation de l'information ces dernières années, mais qui fait néanmoins parler d'elle dans un contexte où des associations de parents d'élèves liées à la MPT* occupent régulièrement les médias pour accuser le système scolaire de pervertir leurs enfants. » (*Mariage Pour Tous). A propos de l’association SOS éducation on peut lire sur internet qu’elle « dénonce sans relâche les aberrations de l’éducation nationale et la faillite de l’école publique ».

    Depuis sa création, l’exposition a circulé en France et en Europe. Lors de sa présentation à Lille en 2013, Le Parisien précisait «Afin que les jeunes visiteurs abordent sans réticence cette exposition dont le sujet n’est pas un sujet comme les autres, le ton affiché est volontairement décalé. Mais l’approche reste sur le fond très sérieuse. L’exposition a été conçue sous le contrôle d’experts adultes (des spécialistes de l’enfance, de l’adolescence et de la sexualité réunis dans un comité scientfique) mais aussi juniors (des classes de CM2 et de 4e). »

    Zep.jpgFaut-il rappeler que cette exposition est tirée du livre « Le guide du Zizi sexuel » de Zep (Philippe Chappuis) et d’Hélène Bruller, publié en 2001 aux éditions Glénat. Zep est aussi le papa du personnage Titeuf dont les albums pour enfants se sont vendus à des millions d’exemplaires.

    Le thème de la découverte de la sexualité chez les enfants est assez peu abordé dans l’édition jeunesse et le livre de Zep et Hélène Bruller a le mérite de l’aborder avec humour et un langage approprié à la tranche d’âge concernée. Un livre que l’on trouve par ailleurs au catalogue de France Loisirs. Sur Amazon, Philippe Actère écrit « Depuis l'éternel classique ("Comment naissent les bébés ?") jusqu'aux enjeux de société d'aujourd'hui ("C'est quoi, un code génétique ?") sans oublier des sujets plus graves ("Pourquoi il y a des bébés pas normaux ?"), les questions et les réponses sont abordées avec simplicité et sérieux. »

    En 2002, lors de sa parution, son dessinateur Zep expliquait au site Auracan : « C'était un livre nécessaire. Tant qu'à faire un guide, autant qu'il soit utile ! Nous étions partis du principe des manuels du Castor Junior, mais orienté sur la sexualité. Il n'y en a jamais eu. Nous nous sommes demandés, Hélène Bruller et moi, quel livre aurait-on aimé avoir à l'âge de Titeuf… Et c'était évident. »

    L’exposition peut se visiter à la Cité des sciences jusqu’au 15 août 2015 et le livre est toujours disponible en librairie. Pour que chacun puisse se faire une idée librement.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu