Avertir le modérateur

  • La dédicace BD à quel prix ?

    Eric Wantiez, auteur de livres pour la jeunesse et scénariste de BD, s’interroge sur son blog « Et sinon, vous avez un vrai métier ? » sur les dédicaces de livres et plus particulièrement dans le domaine de la bande dessinée : « Car en effet, la plupart du temps, les auteurs dédicacent bénévolement. Si quelques festivals et salons payent les auteurs invités, le plus souvent ils ne font que leur rembourser leurs frais de déplacements et leur offrir les repas (et l'apéro...). Les auteurs en dédicaces ne touchent donc bien souvent que leurs droits d'auteurs sur les albums vendus et signés. »


    Eric Wantiez propose alors une solution, les dédicaces payantes : « On pourrait donc faire payer la dédicace au lecteur. Bon. Il a déjà payé son ticket d'entrée (quand le festival est payant) et son album. Est-il prêt, le lecteur à payer encore pour un petit dessin ? »
    Une pratique courante au Etats-Unis et une idée qui n’est pas nouvelle puisqu’en 2010 on pouvait déjà lire sur le site 9ème Art : « Comme tout travail (même de promotion) mérite salaire, il faut que quelqu’un paie... » et d’expliquer « L’auteur : il prend de son temps. S’il était resté chez lui pendant les deux jours de salon, il aurait pu faire une paire de pages. Soit un montant assez conséquent (disons environ 500 € pour un dessinateur - 300€ pour un encreur comme moi). Et je parle du Français. L’Américain arrive généralement le vendredi pour repartir le lundi ou le mardi (car souvent il enchaine avec des séances de dédicaces en boutique) ce qui fait 5 jours, soit 5 pages ou 1250$ environ. Il aurait pu aussi passer du temps avec sa famille. Quand on sait les horaires de boulot pour tenir le délai sur de la BD ou pire sur du comics, ce n’est pas du luxe. »


    Mais qui va payer ? Eric Wantiez écrit : « Certains le font et un tarif a été posé dans la charte des auteurs et illustrateurs : 205 € la journée. Pourquoi pas ? Mais qui payera ? Le festival ? Les éditeurs ? Les libraires (quand il y en a) ? Comment financer ce coût supplémentaire ? En augmentant le prix de vente des livres ? En augmentant le prix d'entrée des festivals ? En supprimant l'apéro ? »

    Il est vrai que dans le domaine de la bande dessinée les salons, festivals, et manifestations en tous genres se multiplient et s’appuient sur la présence bénévole des auteurs pour assurer un minimum d’animation. Mais alors que la question ne se pose pas pour un artiste de variété rémunéré pour le spectacle qui attire le public, les auteurs, surtout les dessinateurs, eux ne sont pas défrayés.

    Une situation d’autant plus paradoxale qu’il existe autour de ces livres dédicacés un véritable marché avec des albums, ou des dessins, que l’on retrouve en vente sur des sites comme eBay ou Le Bon coin alors que l’encre n’est pas encore sèche.

    Photo : Dédicace William Vance in XIII Le dossier Jason – Enchère sur eBay à 150 euros au 29 juin 2014.

    Dedicace_57.JPG

  • Retour vers Stéphane de Groodt

    Connaissez-vous Stéphane de Groodt ? Comme d’autres humoristes avant lui, il joue et jongle avec les mots. On pense à Raymond Devos, Pierre Desproges, François Rollin, François Morel... Lui se revendique de Pierre Repp, bafouilleur volontaire, qui eut son heure de gloire dans les années 1960-1980.

    C’est avec sa chronique « Retour vers le futur » dans l’émission de Canal+ « Le Supplément » animée par Maïtena Biraben, qu’il a conquis un large public. Des « rencontres » avec des personnalités aussi diverses que Victor Hugo, Valérie Trierweiler, Jésus, Claude François, Oussama Ben Laden, le Père Noël, ou Nabila, entre autres.

    Festival du Mot à La Charité-sur-Loire, Dany Boon, Maïtena Biraben, Stéphane de Groodt, Raymond Devos, Pierre Desproges, François Rollin, Pierre Repp, Canal+, Voyage en absurdieParis Match qui connaît « le poids des mots » lui a consacré un grand article et a écrit à son propos « Les aficionados du jongleur de mots ont d’ailleurs pu retrouver ces textes à tiroirs dans son livre « Voyages en absurdie », carton en librairies avec 250 000 exemplaires vendus : « C’est vraiment une surprise pour tout le monde, pour l’éditeur, pour moi, pour Canal. Je pensais qu’on allait en vendre même pas le dixième », explique Stéphane de Groodt, sincèrement touché par son succès : « J’en suis très heureux et je le vois dans la façon dont les gens m’abordent, ça m’emplit de bonheur. Quand on écrit, on a envie d’être lu, et pour le coup, je suis lu ! » Entre sa chronique et son livre, il y a pour lui un « côté ludique, presque complémentaire » qui a fait le succès de son « Voyage ».

    Fin mai 2014, il a reçu des mains d’Aurélie Filippetti le Prix Raymond Devos dans le cadre du 10ème Festival du Mot à La Charité-sur-Loire. L’hebdomadaire Les Inrockuptibles le met en couverture de son numéro datée 18-24 juin, et Canal + diffuse le 24 juin à 20h 50 "De Groodt, une fois !" une émission qui lui est entièrement consacrée. 

    Si Stéphane de Groodt a annoncé qu’il arrêtait après deux saisons sa chronique sur Canal +, le comédien poursuit sa carrière au théâtre et au cinéma. Il prépare même son premier long-métrage - produit par Dany Boon - en tant que réalisateur.  

    Mais la vraie bonne nouvelle, c’est qu’il a suffisamment de chroniques en réserve pour publier un tome 2 de « Voyages en absurdie », déjà en préparation aux éditions Plon.

    A lire aussi un entretien avec Stéphane de Groodt sur le site Pure Médias.

  • Où trouver des livres en anglais près de chez vous ?

    A Paris :

    En 2012, le site Toute la Culture déplorait la fermeture de la librairie américaine de Saint-Germain des Prés, Village Voice Bookshop et recensait sept librairies anglophones dans la capitale. En 2014, il semblerait qu’il en reste encore quatre :

    Shakespeare and Company
    Depuis 1951, une des plus célèbres et originales librairies anglaises de Paris, face à la Seine, 37 rue de la Bûcherie, 75005. De 10 h à 23 h. Les samedi et dimanche, ouverture à 11h. Tél : 01 43 25 40 93
    Son site internet http://www.shakespeareandcompany.com/

    San Francisco Book Company
    Une librairie créée en 1997 à deux pas de la place de l’Odéon, 17, rue M. le Prince, 75006. Spécialisée dans les livres d’occasion mais on y trouve aussi des livres neufs.  Du lundi au samedi de 11h à 21h, le dimanche de14h à 19h30. Le site Internet : http://www.sanfranciscobooksparis.com/shop/sfbparis/index.html

    WHSmith
    La librairie WHSmith se trouve au 248 rue de Rivoli, dans le 1er arrondissement. Elle est ouverte tous les jours, dimanche et jours fériés compris. La «plus grande librairie anglaise en France depuis 1903 » reçoit régulièrement des auteurs anglais pour des présentations et des dédicaces de leurs ouvrages. On peut commander des livres par téléphone.
    Site Internet : http://www.whsmith.fr/


    Brentano’s
    « Créée en 1895, la librairie Brantano's, disparue en 2009, renaît petit à petit de ses cendres depuis 2010, à travers son nouveau concept anglo-saxon, alliant librairie américaine, papeterie raffinée. » 37 av. de l'Opéra 75002 Paris. Ouverte du lundi au samedi de 9h30 à 20h30. Site Internet : http://www.librairie-brentanos-paris.com/

    Galignani
    La création de la librairie située 224 rue de Rivoli près du Palais Royal, date de 1856. De nombreux titres sont disponibles en anglais mais aussi en français. Du lundi au samedi, 10h-19h, Tél. : 01 42 60 76 07.

    Le site Internet : http://www.galignani.fr/

    En Province :

    Bookworm
    3, rue de Pâques, 67000 Strasbourg. A cette adresse depuis 1997. Fondée par deux américaines. Ouverte du mardi au samedi de 10h à 19h. Tél. 03 88 32 26 99. Site Internet actuellement en reconstruction : http://www.bookworm.fr/ Contact : info@bookworm.fr

    Bradley's Bookshop
    69 bis, rue des Trois-Conils, 33000 Bordeaux. Créée en 1983, se présente comme « l'unique librairie spécialisée en langue anglaise en Aquitaine ». Lundi : 14h -19h, du mardi au samedi : 10h -19h. Tél. : 05 56 52 10 57. Son site Internet : http://www.bradleys-bookshop.com/index.html


    The Bookshop
    17, Rue Lakanal, 31000 Toulouse. « 30 ans de savoir-faire dans la littérature et l'apprentissage des langues étrangères » (De l’anglais au Russe en passant par le grec, le chinois, et le portugais, entre autres). Ouverte du mardi au samedi de 10h à 19 heures. Tél : 05 61 22 99 92. Son site Internet : http://bookshop-toulouse.com/index.php

    Librairie Inter Fun
    59, rue Vendôme, 69006 Lyon. Depuis 28 ans spécialisée Jeunesse (0-18 ans), en français et en anglais. Tél. : 04 78 89 57 53. Site Internet (pas terrible) : http://www.inter-fun.fr/

    (Listes non exhaustives.)

    Photo : The Bookshop à Toulouse.

    c66b0329c3f3390c805016f554bb3817.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu