Avertir le modérateur

  • Le Petit Nicolas n’a pas fini de grandir

    le petit nicolas,imav,anne goscinny,rené goscinny,folio,sud-ouest dimanche,moustiqueLe Petit Nicolas est né – officiellement* – en 1959 dans l’édition dominicale du quotidien Sud-Ouest. C’est une création de René Goscinny pour les textes et de Jean-Jacques Sempé pour les illustrations.

    Dès sa parution en recueils, 5 au total de 1960 à 1964, ces histoires « Le Petit Nicolas », « Les récrés du Petit Nicolas », Les vacances du Petit Nicolas », « Le Petit Nicolas et les copains », et « Joachim a des ennuis » (devenu « Le Petit Nicolas a des ennuis », connaissent le succès public. Depuis, on ne compte plus les diverses versions de cette série proposée par les éditeurs, la plus abordable étant celle parue dans la collection Folio (Gallimard).

    Le Petit Nicolas trouvera une seconde jeunesse en 2004 avec « Histoires inédites du Petit Nicolas » volume de 642 pages qui réunit 80 histoires publiées dans Sud Ouest mais jamais parues en recueil. Vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, il sera suivi deux ans plus tard par « Histoires inédites du Petit Nicolas – tome 2 » avec 45 récits, et en 2012 par « Les premières histoire du Petit Nicolas » avec des dessins inédits de Sempé.

    le petit nicolas,imav,anne goscinny,rené goscinny,folio,sud-ouest dimanche,moustiqueC’est à cette occasion que naîtront les éditions IMAV, crées par Anne Goscinny et son mari Aymar du Chatenet, qui republient aujourd’hui l’intégrale des histoires reclassées en 14 thèmes. Seule héritière de l’œuvre de son père, décédé lorsqu’elle avait 9 ans, elle veille sur sa pérennité sans oublier toutefois de la faire fructifier à travers des objets dérivés, cartables, agendas, calendriers, tee-shirts (chez Colette à Paris).

    La série a aussi donné lieu à une adaptation en dessins animés 3D pour la télévision (M6), et à des films Le Petit Nicolas, et Les vacances du Petit Nicolas (sortie le 9 juillet 2014), tous deux réalisés par Laurent Tirard.

    le petit nicolas,imav,anne goscinny,rené goscinny,folio,sud-ouest dimanche,moustiqueLe Petit Nicolas est une œuvre qui n’en finit pas de bien vieillir, ses aventures sont traduites dans une trentaine de langues et depuis peu, on peut aussi les savourer en breton, en arabe maghrébin, en yiddish, en latin, et en corse (IMAV). Une universalité relayée par plusieurs générations de parents et d’anciens enfants qui y prennent autant de plaisir. En 2009, on fêtait les 50 ans du petit garçon. On attend avec impatience son centenaire !

     

    * une première version était apparue en 1956 sous forme de bande dessinée dans l’hebdomadaire belge Moustique.

    Le Petit Nicolas a aussi un site officiel : http://www.petitnicolas.com/

  • Deux librairies impressionnistes

    La Caverne aux livres vous connaissez ? Auvers-sur-Oise peut-être un peu plus, une ville aux environs de Paris popularisée par les peintres impressionnistes et où sont enterrés Vincent et Théo van Gogh. C’est à Auvers, dans un ancien hangar de la SNCF avec deux anciens wagons postaux en guise d’annexe, que s’est installé en 1990 Philippe Ferry, ancien journaliste, ex-directeur à la Caisse des dépôts et consignation, aujourd’hui libraire. Un lieu à nul autre pareil (voir photos ci-dessous) où des milliers de livres d’occasion, à quelques euros, rares, ou totalement hors d’âge, attendent le lecteur et le collectionneur.

    A quelques 30 km de là, vous trouverez la librairie Goussainlivre ultime vestige de ce qui aurait du être le Village du livre projet « rêvé » en 1995 par Philippe Ferry dans un Goussainville vidé de ses habitants pour cause d’aéroport proche et bruyant. Nicolas Mahieux y reçoit les quelques rares visiteurs qui s’aventurent jusque dans sa boutique, mais surtout alimente son site web marchand de livres anciens ou d’occasion à qui il redonne une nouvelle vie.

    La Caverne aux livres, 1, place de la gare, 95430 Auvers-sur-Oise. 01 34 48 02 87.

    Goussainlivre, 4 Place Hyacinthe Drujon, 95190 Goussainville
    01 39 88 29 09.

    Auvers 1.JPG

    Auvers 2.JPG

    Auvers 3.JPG

    Auvers 4.JPG

    Auvers 5.JPG

  • Le livre face à son destin

    A l’occasion d’un Conseil des ministres franco-allemands, Aurélie Filippetti et Monika Grütters ministres de la Culture ont lancé un appel commun pour « prôner et mettre en œuvre une vision européenne commune du livre à l’ère numérique », et ont estimé que « ces enjeux doivent être une priorité de travail pour 2014 ».

    Dans un article (payant) titré « Le boom de l’e-book » et publié dans Le Monde son auteure Laure Belot note qu' « Avec la généralisation du smartphone – fin 2013, un Français de plus de 15 ans sur deux en était détenteur, selon Médiamétrie –, un nombre croissant de personnes se mettent à la lecture sur ce couteau suisse numérique. D’autant que grands téléphones et mini-tablettes se rejoignent en taille et qualité d’écran. » Le quotidien précise « En mars 2013, le baromètre du Syndicat national de l’édition (SNE) soulignait que 27 % des lecteurs numériques utilisaient – non exclusivement – leur smartphone. La librairie en ligne Feedbooks.fr note une accélération du phénomène ces derniers mois. Ce site propose 800 000 livres payants, mais son audience, mondiale, est portée par son offre gratuite : 15 000 ouvrages libres de droits sont disponibles en cinq langues ; un téléchargement est enregistré par seconde, soit 3,5 millions par mois depuis 240 pays. »

    Si tout va bien pour le livre numérique, auquel peu d’éditeurs croyaient il y a encore quelques mois, qu’en est-il de la diffusion du livre alors que le site ID Boox titre « Les librairies à l’agonie, Amazon bientôt premier libraire de France » ?

    Aux Etats-Unis le New-Yorker s’est intéressé à Amazon, un article repris par Slate.fr décrit « un système régi par les chiffres et les algorithmes, où la spécificité des contenus, la littérature, n’ont pas de sens. Tout ce qui n’ajoute pas une valeur concrète (comme les interviews d’écrivains) n’a pas d’intérêt pour l’entreprise. », et de conclure « Mais Amazon nuit aux maisons d’éditions traditionnelles. Et si l’entreprise prétend offrir aux écrivains un pourcentage plus confortable sur les livres publiés directement par Amazon, elle ne donne pas les avances que donnent les éditeurs. «Sans les avances suffisantes, beaucoup d’écrivains ne pourront plus prendre le risque de se lancer dans des projets longs et difficiles.» Amazon nuirait ainsi aux auteurs, qui en très grande majorité restent fidèles à leurs éditeurs.

    Les livres numériques, Amazon... et les libraires ?

    Sur 57 librairies Chapitres, 23 n’ont toujours pas trouvé de repreneur et ont fermé leur porte. Entre perspectives et mutations, 2014 semble être une année décisive pour l’avenir du livre.

    Photo © Charles Delcourt Light Motiv : quatorze éditeurs et libraires du Nord-Pas-de-Calais posent "Tous à poil !" pour montrer leur soutien «aux auteurs et aux livres injustement attaqués ».

    amazon,new yorker,charlotte pudlowski,slate.fr,feedbooks.fr laure belotlibrairies chapitre

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu