Avertir le modérateur

  • Spécial Angoulême 2014 : BD et littérateurs

    Plus de 1 287 500 exemplaires pour le dernier Astérix, 235 5000 pour Blake et Mortimer, et 147 3000 pour le dernier opus du chat de Geluck (source Livre Hebdo). On a tendance à l’ignorer mais la bande dessinée est un des secteurs les plus porteurs du monde de l’édition et représente 245,6 millions d'euros de chiffre d’affaires, soit 9,3 % des ventes de livres en France (source SNE).

    Autre fait remarquable : si, il y a quelques années Jacques Tardi était un des rares dessinateurs à illustrer ou à adapter des auteurs comme Céline, Patrick Manchette ou Léo Malet (Casterman), aujourd’hui le mariage de la bande dessinée et de la littérature est admis par tous.

    Petite sélection qui allie les deux à l’occasion du 41ème festival de la bande dessinée d’Angoulême :

    2138854-9782756033525v-jpg_1868211.jpgJean Teulé est un auteur à succès dont les ouvrages donnent lieu à des films, des pièces de théâtre, et désormais des bandes dessinées. Après l’adaptation de « Le Montespan » dessiné par Philippe Bertrand, de « Je, François Villon » avec Luigi Critone au dessin,  et « Le Magasin des suicides » imagé par Domitille Collardey (les 3 édités par Delcourt), le dernier titre paru est « Charly 9 » tiré du roman publié en 2011 chez Julliard. Les superbes images dévoilées par Le Point nous incitent à penser que ce sera lui aussi un best-seller. Jean Teulé est un ancien dessinateur de bandes dessinées.

    cobayes-tome-1-cobayes-t1.jpgTonino Benacquista, auteur entre autres de romans noirs, écrit des scénarios de bandes dessinées depuis longtemps. En 1998 il signait déjà les textes de « L’outremangeur » dessiné par Jacques Ferrandez (Gallimard-Futuropolis). On lui doit même, dans un autre registre, « Luky Luke contre Pinkerton » co-écrit en 2010 avec Daniel Pennac (Dargaud). Son dernier album « Les cobayes » dessiné par Nicolas Barral (Dargaud) est l’adaptation d’une de ses nouvelles. Le Figaro qui lui consacre un article, qualifie l’histoire de «  thriller pharmaceutique aussi savoureux qu'efficace ».

    ainsi-benoite-groult-1438879-616x0.jpgQuand les écrivains ne racontent pas d’histoires dessinées, ils peuvent en devenir les héros, l’héroïne dans le cas de Benoîte Groult. La dessinatrice Catel Muller a même reçu le prix Artémisia de la bande dessinée féminine 2014 pour « Ainsi soit Benoîte Groult » publié chez Grasset.

    Enfin, Eric-Emmanuel Schmitt, dramaturge et auteur à succès, lui aussi se lance dans l’aventure avec « Les aventures de Poussin 1er » dont les dessins sont signés Janry dessinateur du Petit Spirou (Dupuis). Une œuvre que le site spécialisé Actua BD.com juge convaincante.

    arton15078.jpg

  • La propriété des mots

    A qui appartiennent les mots ? En principe à tout le monde mais ceux-ci peuvent devenir la propriété individuelle de ceux qui les inventent ou en font un assemblage original, tel que des phrases, ou des livres.

    Une œuvre de l’esprit est protégée en France par le Code de la propriété intellectuelle, encore faut-il qu’elle soit originale : « L’originalité est la condition nécessaire et suffisante pour bénéficier de la protection du droit d’auteur. L’originalité est l’expression juridique de la créativité de l’auteur, elle est définie comme l’empreinte de sa personnalité. » (source Culture.gouv.fr)

    Ainsi, si le mot « quenelle » ou « l’expression «  Allô, quoi » ont été déposées en 2013 à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle), cette protection juridique  concerne des marques et leur utilisation commerciale. Sur le blog du Monde SOS conso, Me Antoine Chéron, avocat spécialisé, précise que « le signe verbal d’une marque peut prendre la forme d’un ensemble de mots, existants ou non" : "Il est ainsi admis qu’un slogan peut constituer une marque, sous réserve qu’il ne se borne pas à promouvoir des produits ou services en termes courants." »

    Point qui a son importance : « L'œuvre est réputée créée, indépendamment de toute divulgation publique, du seul fait de la réalisation, même inachevée, de la conception de l'auteur. » (Article L111-2 du CPI). Une disposition qui protège les auteurs en cas de vol ou de copie de leur travail.

    Cette notion de « propriété intellectuelle » s’applique maintenant aux Tweets. Ainsi Larousse qui avait publié « Perles des Tweets » a préféré le retirer de la vente après un article très détaillé de Slate.fr qui dévoilait que « la maison d'édition a négligé de contacter les auteurs de ces 289 perles, qui sont les propriétaires de ces tweets, comme l’affirment aussi bien le droit français que les conditions d’utilisation du réseau social américain. » Le Figaro rajoute « « Les Tweets peuvent relever de la propriété intellectuelle, explique Me Anne Cousin citée par Le Monde, pour peu que soit démontré leur caractère original. » Ce qui semble bien être le cas dans ce recueil puisque Larousse les a choisis pour leur originalité. L'ouvrage recense notamment plusieurs Tweets de Bernard Pivot, grand twitto devant l'éternel qui a lui-même publié Les Tweets sont des chats. » Par ailleurs, un ouvrage peut proposer une compilation de citations, encore faut-il que celles-ci soient limitées à quelques lignes, ou commentées, ou tombées dans le domaine public (70 ans après la disparition de leur auteur).

    Heureusement les mots restent libres et à la portée de tous. Ils peuvent même faire l’objet de débats comme celui publié par Le Nouvel Observateur entre Alain Rey, linguiste, et Françoise Héritier, anthropologue, sur le thème «  Que veut dire le mot « mot » ? »

    Photo ci-dessous : couverture de "Voyages en absurdie" du jongleur de mots Stéphane De Groodt, qui s'est vendu à plus de 170 000 exemplaires (Plon).

    41C+V-n5RNL._.jpg

  • Illettrisme des mots pour le dire

    « L'illettrisme a reculé en France ces dernières années, mais concerne toujours 7% des adultes de 18 à 65 ans, soit 2,5 millions de personnes, selon une étude de l'Insee rendue publique mardi. Au total, 16% des personnes de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine éprouvaient, en 2011, des difficultés dans les domaines fondamentaux de l'écrit, selon cette enquête Information et vie quotidienne (IVQ). Pour 11% d'entre elles, ces difficultés étaient graves ou fortes. Mais ce pourcentage inclut des étrangers n'ayant pas été scolarisés en France, alors que par définition, l'illettrisme ne s'applique qu'aux personnes ayant été scolarisées dans le pays et ne maîtrisant pas suffisamment les compétences de base en lecture, écriture et calcul pour être autonomes." [...]  L’Express.

    [...] « Lors de l'apprentissage de la lecture, apprendre à associer les lettres ou groupes de lettres aux sons qui leur correspondent dans la langue orale constitue un savoir-faire nécessaire car c'est ce qui permet à un enfant de pouvoir identifier un mot qu'il n'a encore jamais lu. Mais savoir produire la forme orale d'un mot écrit ne garantit nullement que l'on en comprenne le sens. L'accès au sens dépend en effet directement de la richesse du vocabulaire que l'enfant a su emmagasiner lors de son apprentissage du langage. A six ans, quand il arrive au cours préparatoire, un enfant possède dans sa tête un répertoire de quelque 2000 mots oraux. Cela lui permet, lorsque vous lui parlez, de reconnaître le "bruit d'un mot" et d'interroger ce petit dictionnaire mental oral pour en comprendre le sens. Lors de son apprentissage de la lecture, la connaissance des correspondances entre lettres et sons va ainsi lui permettre de se servir de ce même dictionnaire de mots oraux dés lors qu'on lui aura appris à traduire en sons ce qu'il aura découvert en lettres. » [...] Alain Bentolila dans L’Express.

    « Au cours de l'année 2013 qui vient de s'achever, l'illettrisme a été déclarée grande cause nationale. Ne pas être en mesure de lire, c'est ne pas être en mesure de déchiffrer le monde qui nous entoure. L'illettrisme est une épreuve quotidienne. L'épreuve d'un quotidien qui ne cesse de vous résister: dans le métro, dans la rue, à la poste, au supermarché, face à un employeur. L'épreuve d'un monde indéchiffrable. L'épreuve d'un environnement qui devrait être familier et qui demeure irrémédiablement étranger. L'épreuve que le monde qui nous entoure, nous n'y avons pas accès comme nous le devrions.

    Transmettre les savoirs fondamentaux, veiller à l'acquisition durable du socle de connaissances, de compétences et de culture: voilà la vocation première de l'école. 7% d'adultes en situation d'illettrisme, ce sont autant de parents qui ne peuvent accompagner la scolarité de leurs enfants. Avoir des parents en situation d'illettrisme est un facteur d'échec pour les élèves et d'éloignement de l'institution scolaire pour les parents. » [...] George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la Réussite éducative dans Le Huffington Post.

    [...] « Je vous donne la définition que propose l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme : " Être illettré c'est ne pas disposer, après avoir été pourtant scolarisé, des compétences de base (lecture, écriture, calcul) suffisantes pour faire face de manière autonome à des situations courantes de la vie quotidienne : faire une liste de courses, lire une notice de médicament ou une consigne de sécurité, rédiger un chèque, utiliser un appareil, lire le carnet scolaire de son enfant, entrer dans la lecture d'un livre, retirer de l'argent à un distributeur automatique, faire un calcul simple, lire un trajet de métro ou de bus ". » [...] Emmanuel Davidenkoff, France Info.


    Photo: Chaunu dans Ouest-France.

    P1D2264058G_px_640_.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu